Carole Dufour, Johanne Pellerin, Marie Pierre Mailhot et Marjolaine St-Pierre font partie du comité organisateur du 20e anniversaire. Absente: Madeleine Gervais.

Complexe culturel Félix-Leclerc: vingt ans à célébrer

La Tuque — Ce sera un samedi particulièrement spécial pour les dirigeants du Complexe culturel Félix-Leclerc. De nombreux invités sont attendus, dans la salle et sur la scène, afin de célébrer le 20e anniversaire. Les organisateurs promettent une soirée mémorable.

«On est très heureux de pouvoir souligner cet anniversaire. Ça fait 20 ans qu’on peut profiter d’un Complexe culturel que les gens aiment et fréquentent. C’est grâce à tous ceux qui l’ont créé il y a 20 ans. Je pense que c’est surtout cette partie-là qu’on voulait souligner, le fait qu’il y ait des gens qui ont cru en ce grand rêve, qu’il s’est réalisé et qu’encore aujourd’hui, il continue de briller», lance d’entrée de jeu Marjolaine St-Pierre, présidente de la Corporation de développement des arts et de la culture (CDAC) de la Ville de La Tuque.

D’ailleurs, on compte bien rendre hommage aux gens qui ont travaillé fort pour bâtir le Complexe culturel malgré certaines embûches.

«La première fois que le projet a été présenté à la population, il avait été refusé. Nos pionniers ont dû travailler très fort. On va les souligner parce qu’on ne les a pas oubliés», souligne Carole Dufour, vice-présidente de la CDAC.

On rendra hommage également aux gens qui sont fidèles au complexe. Une dizaine de personnes ont un abonnement depuis 20 ans. Après un début de soirée plus protocolaire, les artistes locaux prendront toute la place pour la première partie du spectacle.

«On va se remémorer la grande activité d’ouverture qu’il y avait eue il y a 20 ans. Ce que l’on a surtout voulu, c’est toucher tous les volets des arts et de la culture dans notre spectacle. Poésie, théâtre, peinture, musique, danse. […] Toutes les tranches d’âges vont être représentées. Ça aussi c’était important», note Marjolaine St-Pierre.

«On a débloqué nos petits fonds de tiroir pour eux. Ils vont tous avoir un cachet. Il faut reconnaître ce talent-là. On est bien fiers de ça. Ils l’auraient fait gratuitement, mais s’il y a un organisme ici à La Tuque qui devait reconnaître et payer le talent artistique, c’était nous», ajoute Marie Pierre Mailhot, directrice générale du Complexe culturel.

Mis en scène par Madeleine Gervais, le spectacle local permettra également à la population de découvrir toutes les possibilités du Complexe culturel en technique, éclairage, montage...

«On veut que les gens voient toutes les possibilités qu’on a. C’était un grand défi en une heure» souligne Carole Dufour.

Des artistes qui seront sur scène, certains y étaient également lors du tout premier spectacle il y a 20 ans. C’est le cas justement de Carole Dufour.

«J’ai chanté ici à l’ouverture avec la chorale (Brise du Nord). Je vais être encore là. C’est spécial d’avoir été à l’ouverture et d’être au 20e. […] On chantait à l’église, dans un sous-sol, et là d’arriver et de pouvoir se présenter sur une scène, de visiter les coulisses, la loge, la technique… C’était spécial», raconte-t-elle.

«On est fier, et on espère que la population est fière de son Complexe», ajoute Mme Dufour.

En soirée, c’est le groupe traditionnel et folklorique originaire de Montréal Bon Débarras qui sera en prestation sur la scène de la salle La Forestière.

On martèle que pour la population de La Tuque, le Complexe culturel est un endroit important où l’on met de l’avant les arts et la culture, mais d’une façon bien différente d’il y a 20 ans.

«Les arts et la culture vont au-delà des murs et tout ça, c’est grâce aux équipes qui se sont succédé au fil des ans», insiste Mme St-Pierre.

«Ce n’est pas toutes les villes de notre grosseur qui ont un centre culturel de cette envergure. On n’a rien à envier aux autres. Notre programmation est diversifiée et de calibre avec d’autres grandes villes, particulièrement cette année», ajoute Marie Pierre Mailhot.

Ce que les dirigeants de la Corporation de développement des arts et de la culture de la Ville de La Tuque souhaitent comme cadeau pour les 20 ans, c’est de pouvoir réaliser les travaux. On souhaite une cure de rajeunissement au niveau physique.

«Les travaux, on travaille fort là-dessus. On souhaite que les travaux se fassent dans la prochaine année. On pourrait terminer nos 20 ans avec un beau Complexe culturel revampé. On l’espère de tout cœur. Je pense que si on ne le fait pas, on met un peu en péril une partie de notre mission. Il faut s’adapter aux nouvelles technologies, il faut changer la salle, elle a 20 ans et ça paraît. Je pense qu’on a des travaux importants à faire pour mener à bien notre mission.»

«On souhaite également que la population continue de nous soutenir et à être présente», a conclu Mme St-Pierre.