Le ministre du Patrimoine canadien, Steven Guilbeault, est accompagné sur la photo de la directrice générale du Complexe culturel Félix-Leclerc, Marie Pierre Mailhot, du ministre des Affaires étrangères du Canada, François-Philippe Champagne, de la directrice du service des loisirs et de la culture à la Ville de La Tuque, Estelle Paulhus, ainsi que du maire de La Tuque, Pierre-David Tremblay.
Le ministre du Patrimoine canadien, Steven Guilbeault, est accompagné sur la photo de la directrice générale du Complexe culturel Félix-Leclerc, Marie Pierre Mailhot, du ministre des Affaires étrangères du Canada, François-Philippe Champagne, de la directrice du service des loisirs et de la culture à la Ville de La Tuque, Estelle Paulhus, ainsi que du maire de La Tuque, Pierre-David Tremblay.

Complexe culturel Félix-Leclerc: Steven Guilbeault confirme l’aide du fédéral

Gabriel Delisle
Gabriel Delisle
Le Nouvelliste
LA TUQUE — De passage à La Tuque, sa ville natale, mercredi, le ministre du Patrimoine canadien, Steven Guilbeault, est venu annoncer la participation financière du gouvernement fédéral dans le projet de rénovation du Complexe culturel Félix-Leclerc. La part du fédéral à ce projet global de 3,2 millions $ s’élève à 645 000 $.

«Le Complexe culturel Félix-Leclerc est un haut lieu de culture, mais aussi de rencontres pour la population et les créateurs», affirme le ministre du Patrimoine canadien, Steven Guilbeault.

Avant d’être converti en lieu de diffusion artistique en 1999, le Complexe culturel était une école primaire. Steven Guilbeault se souvient d’ailleurs du gymnase qui occupait alors l’espace de la salle de spectacles la Forestière lorsqu’il fréquentait enfant cette école.

Le député de Saint-Mauricie-Champlain et ministre des Affaires étrangères du Canada, François-Philippe Champagne, était présent virtuellement à la conférence de presse. En plus de souligner l’importance de cette infrastructure culturelle pour La Tuque, M. Champagne a bien avoué que l’endroit «avait besoin d’amour».

«Depuis 1999, le Complexe culturel est l’endroit où se déroulent les grands moments culturels de la Haute-Mauricie», note-t-il.

Moment idéal pour les travaux

Les travaux de rénovations et de modernisation, qui consistent notamment au remplacement de plusieurs équipements scéniques de même que des gradins amovibles ainsi qu’au réaménagement du foyer, se déroulent depuis quelques mois déjà. Cette modernisation des installations doit rehausser l’expérience des usagers.

«C’est un projet de rénovation important pour nous», précise pour sa part le maire de La Tuque, Pierre-David Tremblay.

«Chaque année, le Complexe culturel enregistre plus de 37 000 entrées.»

Les nombreux problèmes engendrés par la pandémie pour les salles de spectacles sont donc vécus différemment à La Tuque en raison de la fermeture du complexe pour une tout autre raison. Financièrement, c’est ainsi plus facile de faire face aux lourdes conséquences de la pandémie du milieu culturel.

«La reprise est assez difficile pour le milieu culturel. C’est vraiment le meilleur moment pour procéder à la rénovation», explique Marie Pierre Mailhot, directrice générale du Complexe culturel Félix-Leclerc.

«Les autres diffuseurs ont beaucoup de difficultés actuellement. Et avec les mesures de restriction, nous aurions dû vendre des billets 100 ou 120 $ pour être rentables. On préfère que la tempête passe pendant que nous sommes en rénovations.»

D’une valeur de 3,2 millions $, le projet doit être financé à 70 % par le gouvernement du Québec, 20 % par le gouvernement fédéral et 10 % proviendront du Fonds Hydro-Québec. Le maître d’oeuvre pour la réalisation des travaux est la Ville de La Tuque, propriétaire du Complexe culturel.