Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.

Colloque sur les arts et la pandémie

Kim Alarie
Kim Alarie
Le Nouvelliste
Article réservé aux abonnés
Trois-Rivières — Une soixantaine de chercheurs et acteurs du milieu culturel se réuniront dans le cadre d’un colloque virtuel permettant de revenir sur les initiatives culturelles québécoises qui ont pris forme pendant la pandémie. Du 10 au 12 mars, les participants se pencheront sur les effets de la crise sur le monde des arts en plus de lancer un mouvement de recherche.

Ce colloque organisé par le Centre de recherche interuniversitaire sur la littérature et la culture québécoises (CRILCQ), dont fait partie le professeur Hervé Guay du Département de lettres et communication sociale de l’UQTR, s’intitule « Réagir, créer, persévérer: les initiatives culturelles québécoises au temps de la COVID-19 » et puisera dans un projet de recensement lancé en mars 2020 et qui est toujours en cours.

«Ce recensement relève d’un colossal effort collectif et il a permis de fournir des données riches pour mieux étudier les impacts de cette crise sur les pratiques culturelles. Ce colloque invite à plonger dans ces données pour en ressortir des pistes de solution qui permettront au monde culturel et aux créateurs de se relever et de continuer à innover pour rejoindre le public. Nous sommes aussi tout à fait désireux de garder des traces d’une crise dont on peut penser qu’elle modifiera durablement les manières de créer au Québec et la situation des créateurs», explique Hervé Guay par voie de communiqué.

Les différentes activités permettront de plonger dans quatre axes: réagir à la crise, créer pendant la crise, garder le contact en temps de pandémie ainsi que persévérer (et survivre). Elles sont ouvertes aux chercheurs mais également aux décideurs et au public.

Consultez le site de l'organisme pour les détails de l’événement et la programmation détaillée. À noter que l’événement est gratuit et qu’il faut s’inscrire sur la plateforme Whova.