<em>Acadiana</em> de Guillaume Fournier, Samuel Matteau et Yannick Nolin.

Place au court: Acadiana

«Place au court» est votre rendez-vous avec le court métrage dans nos plates-formes numériques. Découvrez un nouveau film chaque mois. Une collaboration de la coopérative Spira.

Le hasard fait parfois bien les choses. Guillaume Fournier, Samuel Matteau et Yannick Nolin se trouvaient en Louisiane, en mai 2017, pour réaliser Laissez les bons temps rouler. Les gars voulaient prendre quelques images au Festival de l’écrevisse, qui se déroule à Pont Breaux. Après quelques moments sur place, ils ont plutôt décidé de tourner un autre film : Acadiana.

«On a été séduit, troublé... On savait qu’on avait quelque chose d’exceptionnel», explique Guillaume Fournier au téléphone. Parce que pendant ce festival de trois jours, les cinéastes pouvaient poser leur regard sur les Cadiens (les Cajuns in english) dans le contexte de ce gros «melting pot» qu’est devenue la Louisiane.

Sur place, les descendants des Acadiens déportés au XVIIIe siècle pendant le Grand dérangement, les Autochtones et les Américains pur jus se côtoient. «C’est un portrait plus complexe qu’il n’y paraît d’une certaine Amérique», estime le réalisateur.

Ce festival, en apparence anodin, révèle une importance pour les Cadiens. L’exil des provinces maritimes vers la Louisiane fut tellement long et ardu que les homards dont devenus des écrevisses, rigolent-ils…

Acadiana témoigne, à sa façon, autant de siècles de vaines tentatives d’assimilation subies que de l’appropriation culturelle qui en a découlé. Il faut parfois savoir lire entre les images de ce film sans narration «qui laisse place à l’interprétation».

Le trio s’est inspiré de la tradition du cinéma direct «tout en se libérant des codes classiques. On s’inscrit dans le type de documentaires plus hybrides qui décloisonnent les séparations entre la réalité et la fiction.»

Grand bien leur en fit : le court métrage a été sélectionné dans plus d’une quarantaine de festivals...

Acadiana de Guillaume Fournier, Samuel Matteau et Yannick Nolin