Nahéma Ricci
Nahéma Ricci

Les révélations de 2020

Le «gala sur le sofa» des Iris 2020 sera placé sous le signe des femmes. Elles occupent presque toutes les places pour les meilleurs films et, encore mieux, l’entièreté des nominations dans la catégorie Révélation de l’année. Le Soleil a eu le goût de vous présenter ces actrices québécoises montantes qui ont scintillé sur grand écran avec des performances éblouissantes. Malheureusement, Alexane Jamieson (Jeune Juliette, d’Anne Émond) n’a pas répondu à nos demandes d’entrevue.

Nahéma Ricci, 22 ans
Antigone de Sophie Deraspe

Q Qu’est-ce que cette nomination représente pour toi?

R Ça a été la preuve un peu plus tangible que je me taille une place dans cette industrie et dans cette culture cinématographique, une marque que je reçois avec beaucoup de reconnaissance. Avec tout ce qui se passe, tous mes projets ont été annulés ou reportés à une date un peu floue… C’est un peu les seuls éléments dont je peux me réjouir sur le plan de ma carrière. Ça fait du bien. J’ai attendu cette place, je ne la remettrais pas tout de suite en question pour aller travailler dans un IGA (rire nerveux).

Q Comment vois-tu le fait que ce soit seulement des actrices qui soient en nomination dans cette catégorie?

Je me réjouis du fait qu’il y ait une volonté inclusive à propos des identités moins représentées dans l’histoire de l’art. Les trois premiers rôles d’Antigone sont des femmes d’origine maghrébine. Je pense qu’on a besoin de ça au Québec, d’un cinéma qui est à l’image de notre multiculturalité. C’est un combat qui doit continuer parce qu’on n’en est qu’au début. Il y a des efforts que je salue et que j’applaudis pour mettre les femmes plus de l’avant, devant ou derrière la caméra, pour offrir des rôles multidimensionnels. Je suis fière et enthousiaste de faire partie de cette relève.

 Q Quels sont tes sentiments par rapport au fait de vivre ce gala en mode confinement?

R C’est décevant parce que je ne peux pas célébrer avec l’équipe d’Antigone ainsi qu’avec tous les nommés. J’aurais aimé vivre ça. C’est la première fois dans ma vie que j’ai une mention et je ne sais pas quand ça va se reproduire… Quand la pandémie est arrivée et que tous les galas ont été annulés, j’ai tellement pas pris le temps de vivre cette déception parce que c’est tellement minime par rapport à la situation planétaire avec ces gens qui meurent ou qui sont en difficulté. J’essaie de ne pas trop m’en faire avec un gala, même si ce n’est pas superficiel. Je le sais parce que je viens quand même de gagner un prix Écran [meilleure actrice] et j’ai écrit les remerciements. La tribune que j’aurais eue pour dire des choses a disparu avec l’annulation de l’événement. Ce sentiment de reconnaissance m’habite beaucoup et ça m’est enlevé. On doit tous faire le sacrifice de ce qui nous rendait heureux, gala compris. J’essaie de relativiser.

Catherine Chabot

Catherine Chabot, 32 ans
Menteur d’Émile Gaudreault

Q Qu’est-ce que cette nomination représente pour toi?

R On ne sait jamais comment le travail qu’on fait va être reçu. Tout ce que je peux faire, c’est d’être la plus prête possible en arrivant au tournage pour s’abandonner sur le plateau. Il ne faut pas penser aux retombées. Je suis extrêmement reconnaissante, surtout pour une comédie au gala Québec cinéma, et très touchée de cette nomination. Et aussi de l’être en compagnie de femmes extraordinaires qui ont livré des performances qui m’ont bouleversée.

Q Comment vois-tu le fait que ce soit seulement des actrices qui soient en nomination dans cette catégorie?

Il y a de plus en plus de place pour les réalisatrices, pour les histoires portées à l’écran par des femmes avec des rôles féminins qui ont de l’ampleur, pas seulement des faire-valoir pour les hommes, et qui portent le film. Il y a une sensibilité maintenant dans l’écriture qui est généralisée, tant chez les hommes que les femmes. C’est un bon signe et un bon signal. On est sur la bonne voie. Ça me touche comme créatrice. C’est un bon engagement pour la suite des choses et pour la relève.

 Q Quels sont tes sentiments par rapport au fait de vivre ce gala en mode confinement?

R Ça me déstresse (rires). Y aurait fallu que je m’achète une robe, que je me fasse faire les cheveux… Ça aurait été compliqué. Sans la pression du tapis rouge, c’est tant mieux pour moi (rires). C’est sûr que c’est plate de ne pas pouvoir se féliciter après, de ne pouvoir discuter des projets et à quel point on a apprécié les performances. J’aurais aimé ça dire [à celles qui sont nommées avec moi] à quel point j’ai été touchée, leur dire à quel point je les aime parce qu’on ne se connaît pas. C’est ça qui me rend triste.

Sharon Fontaine-Ishpatao

Sharon Fontaine-Ishpatao, 22 ans
Kuessipan de Myriam Verreault

Q Qu’est-ce que cette nomination représente pour toi?

R C’était impressionnant. Vraiment! On s’attendait à des nominations, mais je ne pensais pas que ce serait moi… Ça représente beaucoup parce que le casting était non professionnel et on vient d’une petite communauté [Uashat mak Mani-Utenam]. De voir que je suis nommée dans cette catégorie, ça me fait vraiment plaisir.

Q Comment vois-tu le fait que ce soit seulement des actrices qui soient en nomination dans cette catégorie?

R Ça veut dire qu’on découvre de plus en plus de femmes. Je ne sais pas pourquoi, mais j’ai toujours pensé que dans ce milieu, c’était toujours les hommes qui réussissaient. Et là, ça me prouve que non et c’est une agréable surprise.

Q Quels sont tes sentiments par rapport au fait de vivre ce gala en mode confinement?

R Je suis un peu déçue, mais je me dis que c’est un mal pour un bien si on veut protéger tout le monde. Ça ne me dérange pas tant que ça. Bien sûr que ça aurait été plus le fun un grand événement avec tout le monde, mais sur Internet, c’est très correct.

Lilou Roy-Lanouette

Lilou Roy-Lanouette, 9 ans
Jouliks de Mariloup Wolfe

Q Qu’est-ce que cette nomination représente pour toi?

R J’étais contente. Je trouvais que Jouliks, c’était bon, mais que les autres, et pas juste moi, trouvent ça bon, j’étais contente. C’est spécial. J’ai aussi joué dans Cercueil, tabarnak et Les grandes claques [deux courts métrages] après, mais ce n’est pas encore sorti.

Q Comment vois-tu le fait que ce soit seulement des actrices qui soient en nomination dans cette catégorie?

R Je trouve ça bizarre.

Q Quels sont tes sentiments par rapport au fait de vivre ce gala en mode confinement?

R Je suis un peu déçue parce que j’aurais pu rencontrer des nouvelles personnes et avoir du fun à me faire des nouveaux amis.

+