La liste: cinq oeuvres pour nous faire voyager

1. À la dérive (2004), Alexander Payne

Un voyage tumultueux s’il en est un que celui de Miles, un auteur manqué, et de Jack, un acteur périmé. Il est beaucoup question de sexe et de vin dans cette très drôle comédie dramatique, mais ce sont surtout les splendides paysages de la Californie (et ses vignes à perte de vue) qui font rêver. Éric Moreault

2. Le temps des gitans (1989), Émir Kusturica

Film magnifique et drame puissant même si on n’est pas dans les décors de cartes postales. L’œuvre s’articule d’ailleurs autour d’un bidonville de Skopje où vit Perham avec sa grand-mère adorée, une dinde et un oncle coloré. Le destin le conduira à Milan, en Italie. Les images laissent un souvenir impérissable... Éric Moreault

3. La plage (2000), Danny Boyle

Une plage aussi secrète que paradisiaque, une communauté de voyageurs qui s’y est établie et y mène une vie de loisirs. Ça semblait trop beau pour être vrai. Ça l’était. On craque pour l’eau turquoise et le sable fin, mais moins pour la leader tyrannique, les voisins trafiquants meurtriers et les attaques de requins. Leonardo DiCaprio, Virginie Ledoyen et Guillaume Canet tiennent la vedette dans cette adaptation par Danny Boyle du roman d’Alex Garland. Geneviève Bouchard

4. L’auberge espagnole (2002), Cédric Klapisch

Quand un jeune Français (Romain Duris) part étudier un an à Barcelone, il vivra toute une métaphore de l’Europe en cohabitant avec une Anglaise, une Espagnole, un Danois, un Allemand et un Italien. Un joyeux bordel, certes, mais aussi une expérience plus que sympathique. La ville elle-même — notamment son parc Güell et ses mythiques mosaïques — joue un rôle marquant dans le film alors qu’on la découvre à travers le regard du visiteur, qui la quittera à regret. Geneviève Bouchard

5. Mange, prie, aime (2010), Ryan Murphy

Adapté des mémoires de l’Américaine Elizabeth Gilbert (interprétée ici par Julia Roberts) Mange, prie, aime relate un périple en trois temps pendant lequel celle-ci a pu retrouver l’équilibre après son divorce, en pleine crise existentielle : se régaler en Italie (et tant pis pour les kilos en trop), apprendre à ralentir en Inde et retrouver l’insouciance en Indonésie auprès d’un séduisant voyageur (Javier Bardem). Disons qu’il y a pire dans la vie... Geneviève Bouchard