Kevin Hart, Dwayne Johnson, Jack Black et Karen Gillan dans Jumanji –Le prochain niveau
Kevin Hart, Dwayne Johnson, Jack Black et Karen Gillan dans Jumanji –Le prochain niveau

Jumanji — le prochain niveau: jouer le jeu ** 1/2

CRITIQUE / Le succès commercial de la relance de Jumanji, avec Bienvenue dans la jungle, a généré exactement le produit hollywoodien habituel dans de telles circonstances : une franchise sans originalité. Pour Le prochain niveau, Jake Kasdan s’est contenté de répéter la même recette, divertissante, mais plombée par une réalisation terriblement convenue et un scénario prévisible. Il faut être prêt à jouer le jeu.

Petit rappel : le Jumanji de 2017 se voulait une suite logique à l’original (Joe Johnston, 1995) et se déroulait avec une vingtaine d’années plus tard. Quatre finissants du secondaire étaient projetés dans le jeu vidéo du même nom : le nerd Spencer, le sportif Fridge, la bavarde superficielle Bethany et la timide intello Martha. 

Ils fréquentent maintenant l’université, mais sont réunis pour la période des Fêtes. Un soir, à l’insu de ses amis, Spencer branche la console et se retrouve à Jumanji. Ils n’auront d’autre choix que de le suivre (pour le ramener) lorsqu’ils découvrent le pot aux roses.

Leurs avatars sont — évidemment — interprétés par la distribution de l’épisode précédent : Dwayne Johnson, Kevin Hart, Karen Gillan et Jack Black. 

Petite variante, qui sert de ressort comique : le grand-père de Spencer et Milo, présents dans la maison, sont aspirés au même moment (sans raison apparente, Bethany reste en arrière). Les deux papis, dont l’amitié est en morceaux depuis 15 ans, vont passer leur temps à s’étriver…

Dans la logique du jeu vidéo, nos aventuriers devraient accéder à un niveau supérieur. Pas vraiment. Les scènes d’action sont une coche en dessous du film précédent. À part, peut-être, le passage avec les ponts suspendus qui swinguent et les mandrills sauvages (des primates proches du babouin), un autre clin d’œil à Indiana Jones. Jake Kasdan est le fils de Lawrence, scénariste des Aventuriers de l’arche perdue (Spielberg, 1981).

Le réalisateur et ses acolytes multiplient d’ailleurs les références à la culture populaire — Mission : Impossible, Dr Doolittle, Le Trône de fer, Wicked Games (Chris Isaak), Baby, I Love Your Way (Peter Frampton), etc. — et aux jeux vidéo. C’est amusant, mais un peu court… Tout comme l’ajout d’une cambrioleuse asiatique et d’un cheval noir.

Même chose pour le reste : de l’humour vaudevillesque, de la musique appuyée, des maximes psychopop, du mélo… 

Au début de la partie, le quatuor d’avatars se retrouve en plein désert — une métaphore qui s’applique bien à l’esprit de ce film édulcoré, quand on y pense. Même la réalisation de Kasdan reste au minimum syndical, avec tous les trucs habituels (gros plans, plans de réaction, champ/contrechamp…).

Sans renouvellement — mais est-ce vraiment ce que souhaitent les amateurs du genre? —, on finit éventuellement par se lasser. Si seulement Le prochain niveau avait pu se conclure en affichant game over!

Au générique

Cote : ** 1/2

Titre : Jumanji — Le prochain niveau

Genre : Comédie d’aventures

Réalisateur : Jake Kasdan

Acteurs : Dwayne Johnson, Kevin Hart, Jack Black, Karen Gillan

Classement : Général

Durée : 2h02

On aime : retrouver le quatuor original. Les petits rôles de Danny Glover et Danny DeVito.

On n’aime pas : la recette éprouvée et tout ce qui vient avec.