La prochaine saison de Ciné-Campus sera aussi riche que par les années passées avec un coût d’abonnement qui n’a pas augmenté. La présentation du contenu de cette saison a été faite mercredi en présence du maire de Trois-Rivières Jean Lamarche et de la directrice générale de l’organisme Stella Montreuil.
La prochaine saison de Ciné-Campus sera aussi riche que par les années passées avec un coût d’abonnement qui n’a pas augmenté. La présentation du contenu de cette saison a été faite mercredi en présence du maire de Trois-Rivières Jean Lamarche et de la directrice générale de l’organisme Stella Montreuil.

Ciné-Campus: Une saison aussi riche que d’habitude

François Houde
François Houde
Le Nouvelliste
TROIS-RIVIÈRES – La pandémie de COVID-19 a évidemment ébranlé beaucoup de choses dans le monde de la culture mais certaines institutions, peut-être par la profondeur de leurs racines, y résistent. On peut inclure dans le lot Ciné-Campus qui offrira à ses membres une saison complète de 33 films réguliers et 12 vues d’automne, d’hiver et de printemps à compter du 4 septembre.

Certes, les circonstances ont imposé certains ajustements aux dirigeants de l’organisme mais artistiquement, on s’est refusé aux compromis. «Dans ma conception des choses, il n’était pas question de présenter une saison de moindre ampleur, clame la directrice générale de Ciné-Campus Stella Montreuil. On offre autant de films que par les années passées et il s’agit d’une très belle programmation, riche et diversifiée. On demeure parfaitement fidèle à notre politique d’offrir toujours le meilleur du cinéma.»

Dans son créneau du film de répertoire, le ciné-club bénéficie du fait que l’offre des distributeurs est tout aussi généreuse qu’en temps plus normaux. C’est ainsi qu’on retrouve au programme de 2020-2021 des films comme Parasite, À couteaux tirés, Le cas Richard Jewell, Une colonie, Le chant des noms, 1917, 14 jours 12 nuits, L’art du mensonge, Les hirondelles de Kaboul, Ford contre Ferrari ou Fahim pour ne nommer que ceux-là. Une douzaine des films qu’il reste à identifier viendront s’ajouter dans le cadre de soirées spéciales ou de ciné-documentaire. La programmation est disponible par la revue web Le meilleur du cinéma via le site de Ciné-Campus.

Les circonstances imposeront évidemment certaines pratiques nouvelles pour rendre les visionnements sécuritaires: lavage des mains à l’entrée de la salle, distanciation garantie par de l’affichage, places condamnées dans la salle même. Les dimensions de la salle Léo-Cloutier et sa configuration faciliteront d’ailleurs le respect de la distanciation recommandée. Au moment de quitter, le public sera guidé par des responsables pour qu’ils empruntent l’une ou l’autre des sorties alternatives évitant ainsi les rapprochements indus.

Dans un même ordre d’idées, on a modifié l’horaire de façon à n’offrir qu’une seule représentation les samedis et dimanches après-midis au lieu des deux qu’on avait l’an dernier. On veut ainsi éviter que le public sortant ne soit en contact avec les gens qui arrivent pour la représentation suivante.

Chaque film régulier sera présenté quatre fois sur trois semaines consécutives selon l’horaire suivant: les vendredis à 19h30, les samedis et dimanches à 13h30 et le mardi à 16h.

Malgré l’annulation d’un événement-bénéfice au printemps dernier et l’impossibilité de compter sur des revenus de la prévente de cartes de membres qui se fait normalement au printemps, la direction de Ciné-Campus a décidé de conserver le prix des sésames à un niveau plus que compétitif . Au prix régulier, la carte pour adulte coûte 75$, la carte pour aînés de 60 ans et plus, 70$ et celle pour étudiants, 50$. D’ici au 31 août, la prévente permettra de se procurer la carte à rabais puisque les différentes options coûteront respectivement 65$, 60$ et 40$.

Comme le secrétariat de Ciné-Campus demeure pour l’instant fermé, le public a la possibilité de s’abonner par le site Internet de l’organisme. On offre également au public de s’abonner par la poste ou même en laissant une enveloppe avec un chèque à la réception du Séminaire de Trois-Rivières. À partir du 1er septembre, le public pourra se procurer sa carte à prix régulier aux points de vente habituels: les librairies Poirier, l’Exèdre et Paulines, aux Pharmacies Jean Coutu des boulevards des Récollets ou Jean XXIII ou aux pharmacies Uniprix Marc Dontigny des boulevards Thibeau et Sainte-Madeleine et des rues Fusée et Côte Rosemont.

Reste maintenant à voir quel effet la pandémie aura sur la clientèle. «C’est impossible à prévoir, dit Stella Montreuil. L’avantage que nous avons, c’est que nous offrons la même expérience de cinéma que par les années passées et je sais que beaucoup de nos membres ont hâte de retrouver cette habitude. On peut peut-être s’attendre à une certaine baisse des abonnements parce que certains pourraient être réticents à sortir mais on prendra toutes les mesures pour que ce soit parfaitement sécuritaire. Nous avions près de 1200 membres l’année dernière mais on n’a aucun indice pour se faire une idée de ce qui nous attend cette année.

Quoi qu’il arrive, on n’a pas d’inquiétude quant à la survie de l’organisme. On va trouver des moyens de traverser cette crise même si elle a un impact sur nos coûts et nos revenus. Ciné-Campus est une richesse pour notre communauté et notre milieu culturel ne peut pas se passer d’un bijou comme ça qui existe depuis 53 ans et qui compte encore plus de 1000 abonnés. On ne retrouve l’équivalent à peu près nulle part ailleurs.»