Claude Godbout confiera les rênes du Chœur Pro-Musica à Rachel Bournival à la fin de la prochaine saison après 40 ans au sein de l’ensemble vocal.

Chœur Pro-Musica: «tatoué sur le cœur»

Trois-Rivières — «Après 40 ans, je suis fatigué de tout gérer. C’est un très gros bateau. On est, en toute modestie, le seul chœur amateur qui chante des œuvres majeures avec orchestre sans subvention, sans rien. Je commençais à avoir fait le tour du jardin.»

Claude Godbout ne s’en cache pas, le poids des années se fait sentir. Le directeur du Chœur Pro-Musica revêtira ce titre pour une ultime saison avec l’ensemble vocal dans lequel il a passé les 40 dernières années.

L’existence du chœur n’est pas menacée pour autant. Une transition tout en douceur s’est amorcée il y a quatre ans déjà. «Rachel va continuer dans le même style, donc si ça va bien, le Chœur va continuer après 40 ans d’investissement, de bonheur, d’épanouissement, de passion... beaucoup de passion. Ça va m’aider beaucoup à faire une transition qui est joyeuse et positive.»

Cette jeune dame, c’est Rachel Bournival. Elle prendra les rênes du chœur à la fin de la présente saison après quatre ans d’apprentissage. «Entre prendre la décision d’embarquer dans le bateau et se rendre à la fin du processus de transition... il y avait une incertitude. Rachel est une excellente musicienne et elle est très en demande. On en a discuté au fil des ans et elle est consciente qu’il y aura des choses qu’elle devra laisser de côté. Ça prend beaucoup de temps et d’implication humaine. Les choristes ce sont des humains et comme la majorité d’entre eux n’ont aucune connaissance musicale, pour les amener à ce niveau, elle réalise que ça va être beaucoup d’investissement», confiait M. Godbout en entrevue.

L’homme jette un regard fier sur les accomplissements des dernières décennies. «Ma plus grande force est de réussir à rassembler des gens ordinaires et de les amener à faire des choses extraordinaires. Je pense que c’est ma plus grande réalisation. Il n’y en avait pas des chœurs comme ça avant à Trois-Rivières.»

Pour la jeune protégée, le défi est emballant. «Je vais m’inspirer de ce qu’il [Claude Godbout] a fait. Je vais essayer d’amener le chœur plus loin chaque année. Pour faire des projets de fou, ça prend des choristes qui sont un peu fous et qui ont envie d’embarquer dans ces projets. Il faut que tout le monde embarque avec enthousiasme sinon ce serait impossible», raconte Rachel Bournival qui a fait des études en musique au Cégep de Trois-Rivières et à l’Université de Sherbrooke.

«Ce que Claude a réussi à faire avec les voix, c’est absolument incroyable! C’est un chœur amateur mais qui sonne comme un chœur professionnel. C’est exceptionnel le travail et les efforts qu’ils mettent dans les pratiques. Tout le monde est passionné et tous ont envie que le chœur aille loin.»

Cette passion est le fondement de la relation qui unit les deux complices. «L’an dernier, Rachel m’a confié avoir le Choeur Pro-Musica tatoué sur le cœur, ça voulait tout dire. On a une très belle complicité Rachel et moi», ajoutera M. Godbout.

Le défi du recrutement

La jeune femme de 29 ans avoue que le recrutement n’est pas une tâche facile mais le défi ne l’effraie nullement. «On essaie de rajeunir le chœur parce que le noyau ne sera pas là indéfiniment», mentionne-t-elle en soulignant qu’un noyau d’une vingtaine de personnes fait partie du chœur depuis une trentaine d’années.

Pour le recrutement, elle compte déjà bon nombre de personnes qui se sont montrées intéressées à joindre les rangs. «J’ai beaucoup de gens dans mon entourage qui disent qu’ils ont envie de joindre le chœur quand je vais le diriger. Ça va amener un vent de fraîcheur», dit, sans aucune prétention, l’enseignante de musique au primaire. «Ça va rajeunir les rangs surtout s’il y en a qui partent à la retraite dans les prochaines années.»

Le fait que le chœur se spécialise dans le chant choral sacré n’est pas, à son avis, un frein au recrutement. «Le répertoire du chant choral sur la musique sacrée est tellement magnifique qu’on n’a pas besoin d’avoir la foi, si je peux dire, pour que ça vienne nous toucher. Ce sont des chants célèbres qui offrent une expérience spirituelle à les entendre. Les amoureux du chant choral et de la musique vont s’y retrouver même si c’est de la musique religieuse parce que ça va au-delà de la religion.»

Le but est de convaincre les choristes de rester année après année et, pour Rachel Bournival, cet objectif peut être atteint notamment grâce aux projets grandioses que le chœur a la réputation de faire.

«Les stratégies pour recruter passent par les projets et par le répertoire. Je veux que les gens aient envie de venir mais pas seulement pour une saison. Certains magasinent un chœur selon le répertoire qui sera présenté durant l’année mais on veut que les choristes aient envie de revenir avec nous et qu’ils embarquent peu importe le projet.»

«C’est thérapeutique le chant choral et tout le monde peut y avoir du plaisir. Le chœur Pro-Musica est vraiment tissé serré. Quand tu y entres, tu entres dans une nouvelle famille. Ce n’est pas juste le point commun qu’ont tous les choristes pour l’amour du chant choral mais il y a de vrais liens d’amitié qui se créent et c’est ça qui est beau!»

Bien que le changement soit important pour le regroupement, la prochaine directrice souhaite faire dans la continuité. «J’aime l’idée qu’il y ait deux concerts qui soient très différents, le concert de Noël et celui du Vendredi saint qui a toujours une première partie a capella. C’est très inspirant.»

Deux spectacles seront au programme de la prochaine année soit le traditionnel concert de Noël qui sera présenté avec la participation de Steve Normandin et dont la première partie sera préparée par la successeure de M. Godbout. Au printemps, on présentera le requiem de John Rutter. «C’est mon requiem préféré, c’était un choix naturel pour terminer ma carrière», conclura M. Godbout.

Pour les personnes intéressées à se joindre au chœur, il est possible de le faire en téléphonant au 819 532-2421 ou au 819 699-8817.