De gauche à droite: Sylvie Patry, Jacques Gingras et Marc Brûlé.
De gauche à droite: Sylvie Patry, Jacques Gingras et Marc Brûlé.

Chanter au grand air pour les aînés

Trois-Rivières — Le printemps s’installe. Il commence à faire beau, mais les aînés doivent demeurer confinés pour éviter de contracter la COVID-19. Marc Brûlé sait ce que c’est. Il a lui aussi été obligé de s’isoler pendant deux semaines lorsqu’il est revenu de Floride précipitamment, alors que la frontière canado-américaine s’apprêtait à fermer.

M. Brûlé avoue avoir été profondément touché en voyant certaines scènes, à la télé, concernant les aînés en ce temps de COVID-19.

Avec ses amis Sylvie Patry, assistante-gérante dans une boutique de la région et Jacques Gingras, un électricien à la retraite, deux excellents chanteurs comme lui, M. Brûlé a donc décidé d’essayer de mettre un baume sur le quotidien difficile des aînés confinés.

Mardi matin, les trois compagnons ont en effet amorcé une tournée des résidences pour personnes âgées de la région. Équipés d’une remorque et d’équipements sonores fournis par les experts en audiovisuel Audi-C de Trois-Rivières, ils vont livrer des spectacles de 90 à 120 minutes aux aînés qui pourront en profiter de leur fenêtre ou de leur balcon.

C’est son ami André Thibeault, un coiffeur pour hommes à la retraite, qui conduit la remorque. «On n’a pas le droit d’être dans la rue. Il faut être sur les terrains des résidences», explique M. Brûlé. Tant qu’à y être, la remorque va donc faire le tour du bâtiment pour que tous les résidents puissent voir et entendre le spectacle.

Ce genre d’initiative n’est pas nouvelle pour Marc Brûlé. Ce snowbird organise ce genre d’événement au Aztec r.v. Resort à Margate, en Floride, où il passe ses hivers.

Pas facile de rester entre quatre murs pour un homme d’affaires dynamique comme lui qui possède les entreprises Marc Brûlé inc., Gicleurs de la Mauricie et Protection incendie CFS. Il est bien connu pour son bénévolat dans la région puisqu’il a été président de 14 associations, au fil de sa vie.

Ce que les gens savent peut-être moins de lui, c’est qu’il adore chanter et qu’il possède rien de moins que 1,5 million de trames sonores dans son ordinateur accumulées depuis 20 ans.

Il entend d’ailleurs en faire profiter pleinement les aînés qu’il visitera.

«Nous allons chanter des airs de 1950 à 1980, ceux qui ont marqué leur génération», dit-il.

L’homme indique qu’il possède plusieurs versions des mêmes chansons dans sa collection. Un des chanteurs amorcera l’activité par une chanson de son cru sur la pandémie qu’il animera de sa guitare.

Mardi matin, la tournée a été initiée aux résidences Cardinal-Roy, rue Cooke. En après-midi, c’était au tour des Résidences du Manoir de la rue des Ormeaux. Il ira sous peu aux deux autres résidences du Manoir, sur Côte Richelieu et rue Saint-Roch. La Résidence Richelieu et le Coin Saint-Paul font également partie de sa liste.

M. Brûlé et ses amis assurent qu’ils travaillent en respectant la distanciation sociale, même sur la plateforme d’où ils exécutent leur prestation. Conscient que la musique pourrait créer de la curiosité dans le voisinage, l’instigateur de cette initiative dit s’être entendu avec les résidences pour qu’elles s’assurent qu’il n’y ait pas d’attroupements.

Marc Brûlé ne sait pas pendant combien de temps il organisera ces spectacles spontanés, «peut-être pendant trois semaines, un mois», indique ce semi-retraité. Ce sera selon les besoins et les demandes des résidences. Quoi qu’il en soit, il le fait tout à fait gratuitement pour mettre un peu de soleil dans la vie des personnes les plus touchées par cette pandémie et ses conséquences.