Le Centre de la Biodiversité lance une campagne de financement. Sur la photo: Jean-Guy Dumois, maire de Bécancour, Yanik Daunais, directeur général firme Plasma et Carole Bellerose, directrice générale du Centre de la Biodiversité.

Centre de la Biodiversité du Québec: un projet d'envergure

Du haut de ses 20 ans, la direction du Centre de la biodiversité du Québec voit gros pour les prochaines années avec la réalisation d'un projet récréotouristique d'envergure, qui lui permettrait de rehausser son avantage concurrentiel. Pour ce faire, une campagne de financement privée est lancée auprès de la communauté économique et commerciale de Bécancour afin d'amasser 200 000 $.
Avec l'idée de devenir le produit d'appel touristique du Centre-du-Québec, le Centre de la biodiversité du Québec met sur la table un projet divisé en trois grands volets, qui devrait voir le jour à la fin de l'année 2018. Le premier volet de ce projet consiste tout d'abord à agrandir le bâtiment principal de 3500 pieds carrés, dans le but d'offrir plus de salles de location et afin d'accueillir davantage d'expositions thématiques. 
L'implantation d'une expérience nocturne interactive, multimédia et éducative située dans le boisé du Mont-Bénilde est cependant le volet le plus important du projet. «On est certain qu'on va susciter un engouement avec cette expérience, puisque c'est un projet qui est de plus en plus tendance partout dans le monde. Tous ceux qui viennent ici n'auront pas le choix de passer par le Centre de la biodiversité», avoue la directrice générale du Centre de la biodiversité du Québec, Carole Bellerose.
Dans le plus grand respect de la nature, cette nouvelle expérience nocturne qui se veut éducative permettra aux visiteurs d'en apprendre davantage sur l'histoire de la région avec notamment la découverte de la mer de Champlain qui est l'ancêtre du fleuve Saint-Laurent et de son descendant, le lac Saint-Pierre. 
«On a une forêt magnifique avec plusieurs milieux humides. On trouve qu'on a tellement un beau potentiel avec le boisé du Mont-Bénilde qui est adjacent à notre site, qu'il faut montrer aux gens d'où on vient avec cette richesse historique», souligne Mme Bellerose.
Ayant une mission de sensibilisation et d'éducation depuis les tout débuts, le Centre de la biodiversité du Québec souhaite poursuivre dans la même veine avec ce projet d'envergure. 
L'expérience nocturne interactive va d'ailleurs intégrer la notion d'éducation en suscitant des réflexions notamment sur les changements climatiques, le tout en rendant l'activité divertissante et positive.
Le dernier volet et non le moindre à ce projet récréotouristique consiste à revoir le positionnement du Centre de la biodiversité du Québec en faisant la promotion du développement durable et de l'apport des technologies vertes. 
Un montant total de 2,3 millions de dollars sera nécessaire pour la réalisation du projet récréotouristique. 
Un montant de 200 000 $ est cependant souhaité pour la campagne de financement auprès de la communauté économique et commerciale. Il est donc possible pour ces dernières de faire un don ou encore d'effectuer un prêt au Centre. Jusqu'à maintenant, la campagne de financement a permis d'amasser des dons et des prêts totalisant un montant de 50 000 $, ce qui représente 25 % de l'objectif souhaité. 
Plus qu'emballé par ce projet, le maire de Bécancour, Jean-Guy Dubois, souhaite mettre la main à la pâte. «On a toujours contribué au succès du Centre de la biodiversité et il est évident qu'on va être aux premières loges de ce projet pour les aider à aller réclamer des parts puisque c'est un projet qui est innovant et ambitieux», mentionne-t-il. 
Des retombées importantes
Alors que les attentes sont grandes concernant les retombées économiques que pourrait amener le nouveau projet, la direction souhaite attirer de nouvelles clientèles, dont les milléniaux, les excursionnistes adultes en provenance du Québec, de l'Ontario et des Maritimes ainsi que les croisiéristes qui font escale à Trois-Rivières. 
«C'est certain qu'on s'attend à des retombées économiques incroyables de plusieurs millions de dollars avec notre projet, car on va réussir à attirer une plus grande clientèle, notamment avec des heures élargies à notre horaire habituel», précise Carole Bellerose.