On reconnaît dans l'ordre habituel: Martin Boisclair, Marie-Andrée Tessier, Louise Paillé, Les Frères Lemay, Ariane Gélinas, Stéphane Robitaille, représentant Denis Massé, Alejandra Elena Basañes, François Laneuville, Annie Pelletier et Javier Escamilla.

Célébrer l'effervescence culturelle de la Mauricie

Les acteurs du milieu artistique de la région étaient réunis jeudi soir au DigiHub de Shawinigan sous le thème Connecté sur l'excellence afin de célébrer l'effervescence culturelle de la région à l'occasion du 18e gala Arts excellence de Culture Mauricie.
Membre des Tireux d'roches et créateur du personnage d'Henri Godon, Denis Massé a été nommé créateur de l'année alors que l'artiste Louise Paillé s'est vu décerner le prix hommage Cogeco. 
Denis Massé brillait toutefois par son absence, car retenu en France pour un projet artistique. Son prix, présenté par le Conseil des arts et des lettres du Québec, a été accepté par Stéphane Robitaille, le directeur de l'école alternative Tortue-des-Bois de Saint-Mathieu-du-Parc où le récipiendaire du prix de créateur de l'année a mené un projet artistique de douze semaines avec les élèves.
Depuis quatre décennies, l'artiste Louise Paillé éblouit par ses créations et sa démarche artistique. Celle qui est aussi historienne et théoricienne de l'art était très touchée de recevoir le prix hommage Cogeco. «Vous me faites un magnifique cadeau. Je vais avoir 70 ans cette année. Je vous remercie de me l'avoir donné avant que je crève», a-t-elle déclaré sous les rires de l'assistance. 
Louise Paillé est revenue en entrevue sur ses quarante ans de métier. Elle affirme que son parcours n'aurait pas été ce qu'il est sans le travail quotidien d'une artiste animée par une volonté de créer. «En art, c'est être dans son atelier, faire des oeuvres, les travailler. Il faut se surprendre soi-même», a-t-elle souligné. 
Le jury du 18e gala Arts Excellence a décerné deux prix à des artistes pour des oeuvres publiques et d'intégration architecturale. Alejandra Elena Basañes est lauréate du prix production métiers d'art de l'année pour l'oeuvre Les saisons installée au Centre hospitalier régional de Trois-Rivières. L'artiste en arts visuels souhaite que cette création réchauffe le coeur des malades alors qu'ils en ont le plus grand besoin. 
L'artiste derrière les deux sculptures installées dans les niches du Centre d'art des Récollets St. James, a reçu le prix création arts visuels de l'année. Annie Pelletier ne cesse d'être émerveillée par les réactions positives de la population et des touristes face à ses deux personnages. Cette oeuvre est déjà si marquante pour Trois-Rivières qu'un projet de création de cartes postales avec ces deux sculptures est en préparation. 
De plus, le jury a récompensé le spectacle Merlin, l'origine d'une légende des Créations Eldar qui ont permis la «résurrection» de l'Amphithéâtre au coeur de la forêt à Saint-Mathieu-du-Parc. Ce spectacle germait depuis trois ans dans l'esprit de Martin Boisclair. «Partir de quoi c'est difficile, mais repartir de quoi c'est encore plus dur», a-t-il avoué. 
Le jury ne pouvait passer sous silence le travail de Javier Escamilla. L'homme d'origine colombienne au Québec depuis 15 ans se consacre depuis quelques années à un projet de médiation culturel visant la revitalisation et la conservation de la rivière Millette. Il souhaite par ce projet contribuer à offrir en héritage à ses enfants une nature en santé. 
Éric Lord, directeur général de Culture Mauricie, soutient que le jury avait une tâche colossale avec les nombreuses oeuvres de qualité qui lui ont été soumises. «Le niveau des oeuvres était très relevé», avoue-t-il. «Ça témoigne de l'effervescence de la vie artistique et culturelle dans la région.»