Dans le décor forestier de l'activité La forêt enchantée, la directrice générale de Boréalis Valérie Bourgeois était fière de présenter la programmation printemps-été de son musée lundi.

Boréalis: à l'écoute des demandes du public

Boréalis compte sur un achalandage impressionnant et en constante hausse depuis son ouverture et sa direction annonçait lundi une programmation printemps-été 2017 concoctée pour maintenir ce rythme au cours des prochains mois.
On a misé tant sur des valeurs sûres que des nouveautés pour titiller la clientèle locale. Du côté des activités déjà appréciées des habitués, on parle bien sûr des mardis jazz qui reviendront sur la terrasse pour une sixième année consécutive.
Huit soirées sont au programme à compter du 11 juillet et jusqu'au 29 août. La directrice générale Valérie Bourgeois soutient que le téléphone a commencé à sonner depuis une semaine parce que des gens voulaient savoir si le jazz allait être de retour.
Les Caves à vin demeurent aussi très courues et on en offrira trois au cours de l'été. Deux qui s'intéresseront aux vins, ceux d'Italie le 26 mai et ceux d'Espagne le 9 juin et une autre, intitulée la Cave des gentlemen, qui aura lieu le 15 septembre et qui s'adressera aux amateurs de spiritueux.
On revient avec l'impro musicale qui avait connu beaucoup de succès lors de sa toute première présentation l'été dernier. Trois musiciens de l'OSTR affronteront trois musiciens pop dans une soirée d'improvisation. Ce sera présenté le jeudi 13 juillet sur la terrasse.
La Fête du papier qui vient célébrer annuellement la fête du musée aura lieu le 10 septembre avec une journée familiale. 
La visite improvisée intitulée Boréal-LIM selon laquelle on propose une visite avec, comme guide, un improvisateur sera offerte le mardi 13 juin à 20 h.
À cheval sur la nouveauté et la valeur sûre, on retrouve l'exposition extérieure Mémoires d'ouvriers présentée sur l'esplanade du musée pour un deuxième été mais elle sera bonifiée par un contenu audio disponible via un audioguide pour la version diurne et une application téléchargeable gratuitement sur téléphone intelligent pour la version nocturne. 
Autre nouveauté, Boréalis se tourne plus que jamais vers la famille en offrant La Forêt enchantée, une activité dans laquelle les enfants de 3 à 5 ans pourront découvrir l'univers des bûcherons et de la forêt d'antan par l'entremise d'activités ludiques dans un décor de circonstance. On offrira aussi un nouvel espace 0-8 ans en plein coeur du musée où les enfants pourront dessiner sur une murale, s'adonner à différents jeux ou lire. 
On sait que les gourmets ont une place particulière dans l'esprit des programmateurs de Boréalis et cet été, on leur offre une nouveauté intrigante: les herbes médicinales abénakises. Dans le cadre du mois de l'arbre et des forêts, le 20 mai, le public sera invité à goûter et découvrir ces herbes en compagnie de l'herboriste Michel Durand Nolett.
Avec cette palette d'activités, équivalentes en nombre à ce qu'on offrait l'été dernier, Valérie Bourgeois croit être en mesure d'augmenter encore un achalandage qui a atteint un sommet l'année dernière avec presque 50 000 visiteurs.
«D'abord, il faut dire que depuis le début de l'année, nous avons une fréquentation supérieure à 2016 grâce notamment à une hausse des groupes scolaires ainsi qu'à la semaine de relâche qui a été super bonne. On a donc une excellente année qui se dessine. En offrant plus que jamais des activités pour les enfants de tous les âges, dès la petite enfance, nous allons répondre à toutes les demandes. Nous avons été à l'écoute de notre public.»
Dans le cas de Mémoires d'ouvriers, l'intérêt à bonifier l'exposition indique que l'initiative prise l'an dernier d'une exposition extérieure a été jugée pertinente.
«On a voulu la bonifier et fidèles à notre philosophie d'immersion, on a pensé à un contenu sonore alors, on a ajouté l'audioguide. On a une version de jour avec des anecdotes comme les coups pendables que les ouvriers se jouaient ou, pour la portion nocturne, l'atmosphère très particulière des quarts de nuit. On maintient la gratuité et je pense qu'on pousse vraiment les limites de l'accessibilité parce qu'on permet à de simples passants de visiter cette exposition. En plus, avec les téléchargements, on va avoir un indicateur supplémentaire quant à l'intérêt qu'elle suscite dans le public.»
Les mardis jazz demeurent une activité phare de la programmation mais à moins d'une forte pression du public, on ne présentera pas de supplémentaires cette année.
«C'est un choix qu'on a fait au terme de la saison dernière parce que des représentations de plus, c'est un très gros investissement de temps et d'énergie dans une saison qui est déjà très exigeante et qui, au final, ne génère pas de très gros profits supplémentaires.»
La programmation dévoilée lundi s'adresse essentiellement à la population trifluvienne qui génère, bon an mal an, entre 3000 et 3500 visites. Ce n'est donc pas dans un objectif spécifique d'augmenter l'achalandage qu'on a conçu ces activités mais comme le maintien d'un service offert à la population.
«On pense qu'on va augmenter notre achalandage global parce que notre notoriété augmente avec les années, calcule la directrice générale. On a même eu des visiteurs venus de France lors de leur semaine de relâche cet hiver. Ils avaient entendu parler de nous et ça, on le doit notamment aux efforts de Tourisme Mauricie pour faire connaître la région à l'extérieur.»