La 11e Biennale internationale d’estampe contemporaine de Trois-Rivières est officiellement ouverte depuis dimanche après-midi et elle se poursuivra jusqu’au 8 septembre prochain.

BIECTR: la 11e édition est en marche

TROIS-RIVIÈRES — La 11e Biennale internationale d’estampe contemporaine de Trois-Rivières est officiellement ouverte depuis dimanche après-midi et elle se poursuivra jusqu’au 8 septembre prochain. Le départ officiel a été donné dans le cadre d’une cérémonie tenue au Centre d’exposition Raymond-Lasnier de la Maison de la culture un des principaux lieux d’exposition de cet événement.

Si, comme par les années passées, la Biennale s’étend bien au delà de ses quatre principaux lieux d’exposition, il reste que le centre névralgique se trouve au centre-ville trifluvien. Les amateurs se donneront donc rendez-vous également à la Galerie d’art du Parc de la rue des Ursulines et au Centre de diffusion Presse Papier de la rue Saint-Antoine. En s’éloignant quelque peu du centre-ville à proprement parler, les visiteurs se rendront à l’ancienne gare ferroviaire trifluvienne sur la rue Champflour de même qu’au Musée Pierre-Boucher situé au Séminaire Saint-Joseph de Trois-Rivières sur la rue Laviolette. Tous ces sites d’exposition sont gratuits mais chacun a ses particularités quant aux heures précises d’ouverture. Il est donc recommandé de consulter le site www.biectr.ca pour connaître les heures précises pendant lesquelles les portes sont ouvertes.

On peut cependant confirmer que tous les lieux sont minimalement ouverts du mardi au dimanche. Le circuit de la visite peut se faire à pied pour les gens n’ayant pas de contraintes de mobilité majeures. À noter que le long du parcours, la poétesse Vanessa Bell a écrit des textes pour présenter les artistes sélectionnés en sept regroupements sous les thèmes: témoigner, singulariser, contempler, exprimer, tracer, conceptualiser et détourner. Le public pourra aussi entendre les textes par l’intermédiaire de leur téléphone intelligent.

Rappelons que l’ensemble de la Biennale inclut 280 œuvres de 53 artistes en provenance de 21 pays. Or, le territoire couvert par la BIECTR est nettement plus étendu que ce que le noyau central suggère en vertu de la présentation de divers événements parallèles un peu partout dans la région et en province. Ainsi, pour une toute première incursion de la BIECTR a Musée d’art de Joliette, l’exposition De matrice, d’encre et de papier a débuté le 8 juin et elle se poursuivra jusqu’au 8 septembre. On peut y admirer des œuvres de Bonnie Baxter (Canada), Monika Brzegowska (Pologne), Jenny Robinson (États-Unis) et Tomasz Winiarski (Pologne).

Autre exposition hors les murs qui est déjà commencée, c’est Courtepointe urbaine II de Cara Déry au Centre d’art Jacques-et-Michel-Auger, de Victoriaville où le tout sera présenté jusqu’au 24 août. Le Centre Atoll art actuel, toujours à Victoriaville, présente, pour sa part, Fleuve/Portée/Femme d’Isabelle Clermont du 5 juillet au 24 août. L’atelier ambulant Ma ville, page par page conçu par Julie Bellavance et Michelle B. Gagnon en collaboration avec Sophie Chabot et Annie St-Jean sera présenté en quatre lieux de Victoriaville au cours de l’été.

L’exposition des œuvres d’Ernesto Bonato, du Brésil, Prix Invitation Presse Papier de cette 11e Biennale, sont en montre depuis le 13 juin et jusqu’au 14 juillet au Centre de diffusion de la rue Saint-Antoine.

Mentionnons également l’exposition 40 ans de livres d’artistes présentée au Salon Alexis-Klimov de la Bibliothèque Roy-Denommé de l’UQTR jusqu’au 23 août. L’Espace Jeanne-Vanasse du Cégep de Trois-Rivières est également mis à contribution puisqu’on y présentera, du 15 juillet au 8 septembre, Unicité/Diversité, une exposition collective d’artistes de Presse Papier et du Groupe Impression(S) de Liège.

Dès le 18 juin, le Centre culturel Pauline-Julien présentera Marmelade, une installation de Paolo Almario qui offre une représentation métaphorique de la corruption telle que perçue par le peuple colombien. L’exposition sera présentée jusqu’au 15 septembre.

Les bureaux de la direction de la BIECTR auront, pour la première fois, une adresse sur la rue Notre-Dame dans le centre-ville, au 1554, plus précisément dans un lieu qu’on a appelé Espace 11e BIECTR où le public pourra voir J’imprime écolo: c’est rigolo! issue d’un projet en médiation culturelle avec la participation d’enfants du camp de jour du Centre Multi-Plus. Ce sera présenté du 7 août au 8 septembre.

Le Musée POP sera une fois de plus de la partie cette année avec l’exposition Résonance IV regroupant les œuvres des artistes Louise Boisvert, Fontaine Leriche, Eruoma Awashish qui donnent une seconde vie à des objets tirés de la collection du Musée. L’exposition est présentée jusqu’au 8 septembre et l’entrée est libre. Les artistes seront d’ailleurs présents ce lundi, à 17 h 30, pour l’ouverture de l’exposition.

Du 20 juin au 11 septembre, la Galerie r3 de l’UQTR présente La cuisine du graveur, une exposition soulignant le 40e anniversaire de l’Atelier Presse Papier. D’ailleurs, le Centre de diffusion Presse Papier présentera, du 18 juillet au 18 août, l’exposition As if the mountains are moving? de Ilana Pichon.

Mentionnons également Suite de promenades, œuvres récentes de Suzie Allen du 4 au 25 août à la Maison et atelier Rodolphe-Duguay de Nicolet ainsi que l’exposition Revisiter mon village par la cour arrière de Guillaume Massicotte dans l’ancienne caserne voisine de l’église de son village de Champlain à partir du 19 juillet.

Autres activités qui ne devraient pas manquer d’intérêt, ce sont les rencontres avec la Canadienne Virginie Parr, le 18 juin, et le Belge Mathieu Van Assche, le 14 août, à 13 h qui parleront de leurs œuvres. Dans les deux cas le départ sera pris de la Galerie d’art du Parc. Un passeport au coût de 5 $ est demandé pour cette activité.