Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
La Shawiniganaise Anik St-Pierre sera la seule Québécoise à prendre part aux auditions à l’aveugle de la 10e saison de l’émission The Voice en France. L’émission sera diffusée le samedi 20 mars sur TF1.
La Shawiniganaise Anik St-Pierre sera la seule Québécoise à prendre part aux auditions à l’aveugle de la 10e saison de l’émission The Voice en France. L’émission sera diffusée le samedi 20 mars sur TF1.

Anik St-Pierre à The Voice en France

François Houde
François Houde
Le Nouvelliste
Article réservé aux abonnés
Trois-Rivières – Une Québécoise sera de la 10e saison de The Voice en France et il s’agit d’Anik St-Pierre. La Shawiniganaise a passé toutes les étapes menant aux auditions à l’aveugle et c’est ce samedi, 20 février, à 21 h (15 h, heure du Québec) que les téléspectateurs français pourront voir l’émission à laquelle elle a participé sur les ondes de la chaîne TF1.

L’émission ne sera pas retransmise au Québec bien qu’il soit possible d’y avoir accès avec un téléphone intelligent muni d’un réseau virtuel privé (VPN). Par contre, une fois diffusée, l’émission deviendra accessible via Youtube ou le site www.tfi.fr

L’émission a été enregistrée en novembre dernier à Paris, mais il est évidemment impossible pour l’instant de connaître le sort de la chanteuse de 48 ans dont on sait qu’elle a été absolument enchantée par le déroulement des choses.

Pour Anik St-Pierre, il s’agit de l’aboutissement d’un très long processus entrepris en 2019. «J’ai plusieurs amis dans le milieu de la musique qui ont une carrière en Europe, expliquait-elle mercredi, journée de l’annonce officielle de sa candidature, et c’est quelque chose qui me tente depuis un bout de temps. Francis Gallant m’a proposé de m’inscrire à The Voice en France, mais je me disais qu’avec le bassin d’interprètes qu’il y a là-bas, c’était peine perdue.»

«Il a insisté et j’ai envoyé un démo. Les responsables m’ont contactée en me disant qu’il était trop tard pour la 9e saison de The Voice qui était déjà entamée, mais qu’ils conservaient mon dossier pour la suivante. Évidemment, je me doutais bien qu’il s’agissait simplement d’une réponse polie, mais en avril 2020, ils m’ont contactée de nouveau pour que je franchisse les diverses étapes en fonction de la 10e saison. Comme tout était sur pause dans ma vie professionnelle à ce moment-là, ça tombait bien. On a fait tout le processus avec des auditions par Skype, notamment. Tout ça a duré six mois.»

Pour les auditions finales en personne devant les producteurs de l’émission, Anik St-Pierre était désavantagée. Elle ne pouvait se rendre sur place alors que les autres candidats allaient être en personne sur un grand plateau professionnel. «J’ai décidé de louer une grosse salle à Shawinigan, j’ai engagé une équipe technique complète avec caméraman, éclairagistes, etc. pour avoir une audition grandiose. J’ai fait un enregistrement en grand.»

L’investissement a été profitable puisqu’elle a été sélectionnée pour l’étape subséquente des auditions à l’aveugle. Par contre, le verdict lui a été communiqué deux jours seulement avant que le gouvernement français ne prenne la décision d’inclure le Canada dans la liste des pays auxquels elle fermait ses frontières. 

«La coordonnatrice m’a appelée pour me dire que l’aventure se terminait avant de commencer, poursuit la chanteuse. Leur équipe d’avocats avait fait des démarches et ils ne pouvaient pas faire venir les Québécois (puisqu’il y en avait plusieurs) sélectionnés à cette étape. Je lui ai dit que je croyais pouvoir y arriver par moi-même si elle m’en laissait la chance, ce qu’elle a accepté.»

«J’ai envoyé des courriels et j’ai fait de multiples appels en France pour parler à divers hauts responsables et au bout de quelques jours, j’ai obtenu une dérogation moyennant que je suive un protocole très strict avec plusieurs tests de dépistage ici et là-bas, des quarantaines, etc. Finalement, je suis la seule Québécoise qui a pu participer aux auditions à l’aveugle.» C’est donc samedi qu’on saura si un ou l’autre des quatre coaches Amel Bent, Florent Pagny, Marc Lavoine ou Vianney l’a sélectionnée.

Elle refuse de dévoiler quoi que ce soit de la suite des choses, mais dit cependant qu’elle a été très impressionnée par le professionnalisme de toute l’organisation. «Il faut bien comprendre que c’est énorme comme organisation. 

L’émission est suivie par quelque chose comme 7 millions de téléspectateurs, quasiment la population du Québec. Ils font preuve d’énormément de respect à mon égard et lors des enregistrements, ils étaient très attentifs à tous nos besoins tout en nous laissant la liberté de rester nous-mêmes. Je suis vraiment contente de ce que j’ai vécu comme expérience jusqu’ici. Ç’a été magique.»

Elle a aussi été impressionnée par le niveau de talent des candidats qu’elle a côtoyés. «C’est d’envergure internationale et malgré les limites imposées aux voyages, il y avait des candidats en provenance d’autres pays comme la Belgique, par exemple. Le niveau de qualité était très relevé. Simplement pour les auditions à l’aveugle, c’était beaucoup de travail, mais heureusement, je m’étais assurée d’être en bonne forme physique.»

Elle dit espérer aller le plus loin possible dans le cadre de l’émission pour obtenir toute la visibilité possible en France, un marché qu’elle aimerait avoir l’occasion d’explorer. «J’ai déjà fait des rencontres et établis des contacts là-bas, mais comme on n’avait pas de public en studio, je n’ai pas eu de réactions de spectateurs. Mais si ça peut m’ouvrir une porte quelconque là-bas, c’est sûr que je suis intéressée. Je n’ai pas vu l’émission alors, j’ai très hâte de voir comment ça a passé à l’écran.»

Rappelons que le quatuor vocal trifluvien QW4RTZ avait également vécu l’expérience des concours télévisés français sur le plateau de La France a un incroyable talent en 2018 pour passer l’étape des auditions à l’aveugle et se rendre jusqu’en demi-finale de l’émission.