Le directeur général de la Corporation des événements de Trois-Rivières Steve Dubé a tracé jeudi un bilan de l’été constellé de records pour l’Amphithéâtre Cogeco.

Amphithéâtre Cogeco: les chiffres d’un été magique

TROIS-RIVIÈRES — Les dirigeants de la Corporation des événements de Trois-Rivières a tracé jeudi un bilan tout en superlatifs, records et bonnes nouvelles pour l’été 2019. L’Amphithéâtre Cogeco a accueilli 125 000 personnes pour les 38 représentations des différents spectacles présentés au cours de la dernière saison extérieure, une augmentation de 9 % par rapport à l’achalandage de 2018.

Plus spécifiquement, les 23 représentations du spectacle du Cirque du Soleil ont attiré 72 000 spectateurs, un record donnant un taux d’occupation de la salle de 97 %, un autre record. Dans ce cas, c’est une proportion de 70 % des spectateurs qui provenaient de l’extérieur de la région. Sur l’ensemble de l’achalandage, on estime que 45 % des spectateurs provenaient de la Mauricie et 55 % de l’extérieur de la région. Le spectacle de The Musical Box a attiré 2800 spectateurs, celui de Francis Cabrel, 4500 personnes, celui de Desjardins symphonique, 4100, Jean-Pierre Ferland, 2850, Lenny Kravitz, 3000, Les Cowboys Fringants, 4000 et Gregory Charles, 3400. Les deux spectacles de The Ultimate Queen Celebration ont attiré 7000 personnes en deux soirs. Par ailleurs, les chiffres dévoilés indiquent que les spectacles de Trois-Rivières en Blues ont été présentés devant 12 000 spectateurs alors qu’Hommage aux citoyens engagés en a attiré 3500, le spectacle pour les 50 ans de l’UQTR s’est déroulé devant 2000 personnes et celui pour la Fondation Albatros, devant 3800 spectateurs. 

Les chiffres présentés à la presse ont particulièrement fait ressortir la provenance de la clientèle puisqu’on a dévoilé que globalement, 55 % de tous ceux qui ont fréquenté l’Amphithéâtre au cours de l’été provenaient de l’extérieur et 45 % de la Mauricie. Spécifiquement, le taux de spectateurs en provenance de l’extérieur a été de 48 % à Trois-Rivières en Blues, 48 % à Desjardins symphonique et de 50 % pour Lenny Kravitz. Toujours dans une vision statistique, on note que le chiffre de 125 000 personnes constitue une hausse de 9 % par rapport à l’an dernier et de 64 % par rapport à 2015 mais il convient de préciser qu’on a présenté 38 spectacles en 2019 contre 25 pour la première année d’exploitation et 39 en 2018. 

L’an dernier, le spectacle du Cirque du Soleil consacré au répertoire des Colocs avait attiré 60 500 personnes en 20 représentations pour un taux d’occupation 94 %. Ces représentations avaient constitué 52 % de l’achalandage global de l’été à l’Amphithéâtre alors qu’en 2019, ce taux a été de 57 %.

Dans un autre ordre d’idées, ce bilan a aussi été l’occasion de parler des efforts consentis d’un point de vue environnemental. L’instauration, en juillet, des verres réutilisables a permis d’éliminer 43 000 verres de plastique à usage unique et avec les spectacles au Cabaret de l’Amphithéâtre à l’automne et l’hiver, on se dit confiant de dépasser l’objectif initial de remplacer 45 000 verres de plastique pour la première année d’instauration de la mesure. Combinée notamment aux efforts pour contribuer à diminuer les gaz à effets de serre, cette pratique a valu à l’Amphithéâtre cinq certifications d’organismes du milieu du développement durable dont une certification Scène écoresponsable niveau or, un statut octroyé à seulement quatre autres salles au Québec.  

«On peut sans contredit qualifier ce dernier été de magique, a soutenu le directeur général de la Corporation des événements Steve Dubé. La progression de la clientèle en est un premier élément très réjouissant. On est très satisfaits de l’achalandage qu’on a eu pour chacun des spectacles. On a aussi pu voir la polyvalence de la salle avec la présentation du spectacle intimiste de Francis Cabrel ou le contact extraordinaire que Lenny Kravitz a pu établir avec le public en descendant dans la foule. C’est une infrastructure dont on continue de découvrir le potentiel.»

«On a aussi continué à travailler pour offrir une plus grande diversité artistique. On aimerait, à maturité, atteindre 45 représentations par année en exploitant notamment des créneaux qu’on n’a pas encore touchés comme le country, le metal ou le classique. Évidemment, ça tient aussi à la disponibilité des artistes sur le marché.»  

Financièrement, Dubé a laissé entendre que la gestion de l’Amphithéâtre nécessitera toujours un soutien financier de la part de la Ville mais qu’on dégagera un surplus du budget d’opération cette année comme, a-t-il soutenu, à chaque saison estivale depuis 2015. «La fréquentation de l’Espace Marmen qui a été aménagé pour que le public profite de l’animation sur l’esplanade a augmenté et permis de générer des revenus intéressants. Les revenus des concessions ont également affiché une augmentation cette année.»

Il est à noter que la direction de la Corporation des événements devrait dresser un bilan des cinq premières années d’exploitation de l’Amphithéâtre quelque part au cours des prochaines semaines. Pour ce qui est de la teneur du prochain spectacle du Cirque du Soleil, Dubé est resté très vague indiquant qu’il demeurerait dans l’orientation de la musique québécoise et qu’il continuerait de surprendre mais qu’on devrait attendre avant d’en savoir plus.