Alexandre Landry sera la vedette principale de Triomphe de l'argent, prochain long métrage de Denys Arcand.

Alexandre Landry en vedette dans le prochain film de Denys Arcand

Il y aura deux grands personnages dans Triomphe de l'argent, prochain film de Denys Arcand: Alexandre Landry et... l'argent.
L'argent convoité. L'argent volé. L'argent de la fraude. L'argent qui chavire les principes les plus élémentaires. L'argent pour lequel on meurt.
«On dirait que l'argent a pris toute la place dans la société et que c'est la seule valeur qui reste, a dit le cinéaste en conférence de presse, hier après-midi, en présentant les comédiens de la distribution du film. Si je suis Bill Gates, je suis quelqu'un d'important. Il me semble que toutes les autres valeurs absolues sont diminuées face à l'argent.»
Et pour personnifier, humaniser ce constat, M. Arcand a donné le rôle principal de Pierre-Paul à Alexandre Landry, qu'on a vu entre autres dans Gabrielle (Louise Archambault) et L'amour au temps de la guerre civile (Rodrigue Jean).
Docteur en philosophie de l'Université McGill, Pierre-Paul préfère son métier de coursier, qui est plus payant que celui de chargé de cours. Un jour, au hasard d'une livraison, il découvre la scène d'un crime (deux personnes assassinées) où sont abandonnés deux sacs remplis de billets. Il est alors confronté à ses propres valeurs.
«Pierre-Paul a un rapport troublé à l'argent, nous dit Alexandre Landry. Il a un côté très analytique et réfléchi, mais c'est aussi quelqu'un de très généreux. C'est un personnage d'une grande beauté. Mon plus grand défi sera donc de jouer les deux côtés de ce personnage.»
Landry sera appuyé d'une distribution costaude avec notamment Louis Morissette, Maripier Morin dans une première présence au cinéma, Maxim Roy, Florence Longpré, Yan England, Vincent Leclerc, Eddy King et plusieurs autres.
Rémy Girard et Pierre Curzi, deux comédiens qu'on associe aux grands succès Le déclin de l'empire américain et Les invasions barbares, sont de la distribution. Tout comme Benoit Brière et Gaston Lepage, qui jouaient les itinérants Joseph et Marcel dans Joyeux calvaire, autre film de M. Arcand, et se glisseront dans la peau de ces mêmes personnages, des années plus tard.
Originaire de Saint-Étienne-des-Grès, Alexandre Landry avait été révélé au public québécois comme international dans le film Gabrielle de Louise Archambault en 2012, ce qui lui avait valu un Jutra de meilleur acteur, un prix Écran canadien comme meilleur acteur de soutien de même que des prix d'interprétation dans trois festivals internationaux outre-Atlantique. Il était aussi la vedette de L'amour au temps de la guerre civile, de Rodrigue Jean et on le retrouve présentement sur les écrans dans De père en flic 2. Il connaît également un fructueux parcours au petit écran puisqu'on l'a vu dans Unité 9, Blue Moon et présentement dans la nouvelle série Cheval-Serpent présentée sur ici Tou.tv.
Itinérants, policiers, gangsters, gens riches fraudeurs d'impôt: la galerie de personnages de Triomphe de l'argent promet!
M. Arcand, lui, s'est rendu compte à l'écriture qu'il retournait à une forme de films policiers qui ont caractérisé ses trois premières oeuvres de fiction: La maudite galette, Réjeanne Padovani et Gina. «Lorsque j'ai fait ce constat, je me suis dit: tiens, c'est bizarre. Est-ce en raison de mon âge que je retourne à ces anciennes amours? Je n'ai pas de réponse à cela. Mais ça m'intrigue.»
Chose certaine, c'est un fait divers survenu à Montréal, la fusillade meurtrière commise à la boutique Flawnego de la rue Saint-Jacques en mars 2010, qui a été la bougie d'allumage du projet. Ce n'est pas la première fois qu'un événement réel inspire Arcand. Gina, par exemple, est inspiré de l'histoire d'une danseuse violée par des motards dans la Beauce», rappelle-t-il.
Maripier Morin s'est dite enchantée d'avoir obtenu un rôle pour le film. Elle incarnera Aspasie, jeune femme de laquelle Pierre-Paul tombera éperdument amoureux. Quant à Louis Morissette (le détective Pete Labauve), M. Arcand l'a remercié publiquement pour ses suggestions au scénario qu'il a utilisées à la relecture.
Le tournage s'amorcera le 5 septembre et se terminera le 8 novembre. Tout, sauf une scène, sera tourné à Montréal. Et comme il est beaucoup question d'argent dans ce film que produira Denise Robert (Cinémaginaire) et que distribuera Séville Films, celui-ci est doté d'un budget de 6,9 millions $.
Avec la collaboration de François Houde