La troupe 5 Alive du studio trifluvien District 5 a impressionné les juges comme le public à l’émission Révolution.

5 Alive s’impose à l’émission Révolution

TROIS-RIVIÈRES — Les représentants du studio trifluvien District 5 se font encore remarquer dans le cadre de la deuxième saison de l’émission de danse Révolution à TVA. La troupe 5 Alive formée de huit jeunes, sept filles et un garçon, âgés de 14 à 18 ans a passé une nouvelle étape dimanche dernier en remportant son duel pour prendre sa place parmi les vingt derniers participants de cette compétition.

L’exploit n’est pas mince étant donné qu’on parle de quelque 3000 candidats aux auditions initiales. De ce nombre, on a retenu 120 danseurs ou groupes pour participer aux auditions télévisées. La troupe 5 Alive a franchi cette portion pour se glisser à l’étape des duels avec 39 autres participants. Dimanche, confrontée au duo Ricky et Bibiman, la troupe trifluvienne a brillamment remporté les honneurs de son affrontement.

Retenue parmi les vingt survivants de la compétition, les représentants de District 5 devront cependant attendre deux semaines avant de savoir s’ils peuvent poursuivre la compétition puisque le jury devra sélectionner quatorze participants parmi les vingt derniers pour poursuivre l’aventure devant les caméras.

Si on demeure dans l’incertitude, le chorégraphe et entraîneur des danseurs, Vincent Desjardins, se montre très élogieux envers sa troupe. «Je ne suis pas étonné par leur succès parce qu’ils sont vraiment très forts. Pas seulement comme danseurs mais comme individus également. Je ne vois pas leurs limites: on dirait que je peux leur demander n’importe quoi et ils vont le faire.»

«Ils incarnent très bien le fait que nous avons de très bonnes structures de formation de danseurs à Trois-Rivières. Eux, je les entraîne depuis huit ans et ils sont vraiment solides. Ce qui est exceptionnel dans leur cas, c’est qu’ils ont vraiment une mentalité de gagnants. Quand la pression arrive, ils l’utilisent comme un carburant supplémentaire. Les prestations pour la télévision, c’est très différent des compétitions habituelles et ils ont vraiment été excellents dès le départ. C’est pour ça que je ne suis pas surpris de les voir rendus à ce stade de la compétition.»

Dans son rôle de chorégraphe, Desjardins dit avoir à se casser la tête pour générer de nouvelles créations pour chacun des numéros. «Il faut trouver le moyen d’impressionner les juges et le public. J’essaie personnellement de toujours raconter quelque chose à travers les chorégraphies, qu’il y ait une histoire compréhensible. Disons que j’ai perdu pas mal d’heures de sommeil là-dessus, surtout que ça implique énormément d’entraînement avec les danseurs pour que tous les gestes soient extrêmement précis et synchronisés. Ils ont beau être jeunes, j’estime qu’ils sont davantage de niveau professionnel qu’amateur.»

Baume sur le sommeil perdu, Vincent Desjardins est en mesure de constater que jusqu’ici, l’émission fait énormément jaser et donne toute une impulsion à la notoriété tant de la troupe que du studio.