De gauche à droite: Stella Montreuil, directrice générale de Ciné-Campus, Lise Bergeron, administratrice, Claude Francoeur, président intérimaire, Janine Lebel, trésorière, Marie-Josée Desjardins, administratrice.

33 films et huit documentaires au menu

TROIS-RIVIÈRES — C’est tout un buffet de productions cinématographiques qui attend les cinéphiles de la région. Ciné-Campus démarre en effet sa nouvelle saison, le 7 septembre, avec une programmation comprenant 33 films et 8 documentaires.

«On a une variété de films, autant de bons films québécois que d’autres en provenance de la filmographie française, américaine, russe» et de nombreux autres pays, indique la directrice générale, Stella Montreuil.

«Le plaisir qu’on a, à Ciné-Campus, c’est de faire découvrir aux gens des films différents», dit-elle.

L’organisme, qui entame sa 51e année, invite les gens à faire gratuitement l’expérience de Ciné-Campus, à la salle Léo-Cloutier du Séminaire Saint-Joseph, le lundi, 10 septembre, à 16 h, avec le drame historique L’heure la plus sombre et le dimanche, 30 septembre, à 13 h 30 avec le drame biographique La Bolduc lors des Journées de la culture.

«Des prix prestigieux ont été accordés à neuf des films qu’on va présenter», indique Mme Montreuil, notamment La forme de l’eau qui a remporté l’Oscar du meilleur film, meilleur réalisateur, meilleure musique de film et meilleurs décors.

On présentera également une production en nomination pour l’Oscar du meilleur film étranger de 2018, L’insulte du réalisateur du Baron noir.

Ceux et celles qui préfèrent les comédies dramatiques seront sûrement charmés par les films Madame, Au revoir là-haut et Trois affiches tout près d’Ebbing, Missouri, pour n’en citer que quelques-uns.

Parmi les films à l’affiche de la nouvelle saison, plusieurs ont été inspirés de la littérature. C’est le cas de Appelle-moi par ton nom, Au revoir là-haut, Cheval indien, La confession, Les gardiennes et La promesse de l’aube.

Plusieurs films québécois sont aussi au programme soit La Bolduc, Hochelaga, terre des âmes et Pour vivre ici.

Chaque mois, CINÉ DOC offrira un documentaire en collaboration avec Télé-Québec. La saison s’ouvre le 13 septembre avec le documentaire La terre vue du cœur de Iolande Cadrin-Rossignol dans lequel l’astrophysicien Hubert Reeves observe l’évolution des phénomènes naturels et s’inquiète de la dégradation de la planète.

On peut consulter la programmation complète au www.cinecampustr.com.

Notons que pour chacun des films, il y aura six représentations réparties sur trois semaines selon l’horaire suivant: dimanche, 13 h 30, mardi, 16 h, mercredi et vendredi, 19 h 30, samedi, 15 h 30 et 20 h.

La carte de membre (65 $ pour les adultes, 60 $ pour les 60 ans et plus et 40 $ pour les étudiants) est disponible du 1er au 30 septembre dans plusieurs librairies et pharmacies de la région. On peut aussi s’abonner en ligne ou avant les projections, directement au Ciné-Campus.

Stella Montreuil rappelle aux cinéphiles qu’à l’occasion du 50e anniversaire de Ciné-Campus, «on a créé le festival international du film de Trois-Rivières qu’on appelle le TR-IFF (Trois-Rivières images, fêtes et films). Vous aurez des nouvelles sous peu de cette organisation qui ne mourra pas, mais qui va se poursuivre avec un apport de Ciné-Campus. C’est vraiment complètement différent», dit-elle.