Abonnez-vous à nos infolettres. Obtenez en plus et assurez-vous de ne rien manquer directement dans votre boîte courriel.

Arts et spectacles

Deux nouveaux spectacles au programme

Trois-Rivières — La programmation du Cabaret de l’Amphithéâtre pour la présente saison s’enrichit constamment. On a annoncé vendredi que le grand rocker Michel Pagliaro sera en visite le 23 avril prochain dans un spectacle rétrospective selon une formule acoustique. Par ailleurs, devant le succès du spectacle Vibration 80 présenté samedi dernier devant une salle comble, on récidive en présentant Vibration 90 le 18 avril 2020.

On se souviendra que Pag, figure mythique du rock québécois, avait présenté un spectacle acoustique intimiste en compagnie du guitariste émérite Jeff Smallwood, inaugurant même la scène des voix acoustiques du FestiVoix dans la cour arrière de la vieille prison de Trois-Rivières en juin 2018. Son succès avait alors démontré hors de tout doute que la formule sied très bien à l’artiste.

Arts et spectacles

Le papier qui parle

Sébastien Gaudette est inspiré par un matériau tout simple: le papier. Il le plie, le froisse, le déchire pour en faire des sculptures. À sa démarche s’ajoute le dessin sur papier de même que la sculpture sur plaque d’aluminium qui, par un effet de trompe-l’oeil, imite le papier froissé. L’exposition Papier-Papier est présentée au Centre d’exposition Léo-Ayotte jusqu’au 15 décembre.

Arts Magazine

Le rêve réalisé

Trois-Rivières — Les histoires à succès d’entrepreneurs locaux font toujours plaisir à entendre mais quand c’est dans le très concurrentiel et difficile domaine de l’industrie de la musique, ça ajoute au plaisir un sentiment de respect. Ce qui se passe avec PURCOM Entertainment Group entre assurément dans cette catégorie des histoires de succès qui font chaud au cœur.

Tout récemment, l’entreprise recevait un disque diamant pour célébrer 1 million de ventes numériques et physiques pour l’ensemble de l’étiquette PUR Records, la maison de disques créée en 2012.

Arts Magazine

En librairie

La suite du Petit Prince de Saint-Exupéry ne fait pas l’unanimité mais il a au moins le mérite de replonger dans des questions existentielles toujours d’actualité. Ce récit est l’œuvre d’Alejandro Roemmers, héritier des plus grands laboratoires pharmaceutiques d’Argentine, et écrivain primé. L’histoire s’amorce lorsque le Petit prince est de retour sur terre, en Amérique du Sud cette fois. Il y rencontrera un automobiliste qui passait par là et avec qui il discutera en toute simplicité de grandes questions. 

Arts et spectacles

Folie démesurée et réjouissante

CRITIQUE / C’est certainement un des projets les plus ambitieux mis sur pied par le Théâtre des Nouveaux Compagnons qui lance la saison du centième anniversaire de la compagnie théâtrale trifluvienne. L’aventure de l’Espadon est un truc énorme qui s’avère très réjouissant grâce à la mise en scène enjouée et allumée de Martin Malenfant.

Situons d’abord cette franche comédie. Le public est initialement convié à une émission de télévision qui cherche à faire la lumière sur ce qui s’est passé dans l’aventure d’une ambitieuse émission de téléréalité, L’aventure de l’Espadon, qui a si mal tourné qu’elle a provoqué l’effondrement de la télévision telle qu’on la connaissait. Rien que ça. Le public devient alors le témoin privilégié du tournage de cette série qui se passe sur un paquebot où toutes les lois de la vie terrestre sont ignorées par la magie de l’immunité des participants. Rien de ce qu’ils font sur le bateau ne peut être retenu contre eux.

Arts et spectacles

Guy Brière: l’album de la confiance en soi

Trois-Rivières — Le Trifluvien Guy Brière a commencé sa carrière en interprétant les chansons des autres mais il a rapidement compris que ce n’est qu’en offrant ses propres chansons qu’il ressent la vraie passion de chanter. Il arrive aujourd’hui avec un troisième album intitulé Bipolaire qui sera officiellement lancé le 12 novembre au Gambrinus à Trois-Rivières.

Soyez sans crainte: le titre fait référence au contenu de l’album bien davantage qu’à la personnalité de l’artiste. Plus expérimenté, plus mature, il peut aujourd’hui se permettre des chansons plus dépouillées, plus sensibles et plus vraies pour compléter les chansons plus touffues à saveur humoristique qui sont, le plus souvent, des historiettes inspirées par des personnages et événements du quotidien. Le tout sur des mélodies simples, attrayantes et accrocheuses.

Arts et spectacles

Jeux McWiz: deux nouvelles versions pour le 20e anniversaire

Trois-Rivières — Les jeux McWiz seront de retour sur les tablettes après l’immense succès qui les a propulsés vers des sommets en 1999. Vingt ans plus tard, les Éditions Gladius proposent une version mise au goût du jour avec 2100 nouvelles questions et une image plus actuelle mais avec la même formule qui a conquis les milliers de joueurs. Même l’iconique hibou a été conservé non sans une cure de jeunesse.

Les créateurs trifluviens de la version originale, Bob McDuff et sa conjointe Nicole Girard, ont plongé avec bonheur dans l’aventure que leur a présentée Marc Fournier, le grand manitou de la compagnie Gladius, pour célébrer cet anniversaire.

Arts et spectacles

Prix littéraires Thérèse-D.-Denoncourt: Jean-Pierre April honoré

Trois-Rivières — Les Prix littéraires Thérèse-D.-Denoncourt remis par la Société d’études et de conférences de la Mauricie/Centre-du-Québec ont été remis jeudi au Moulin seigneurial de Pointe-du-Lac, lieu privilégié pour cette cérémonie annuelle.

Les quatre récompenses remises sont accompagnées de bourses d’un montant global de 2000 $. Cette année encore, le concours littéraire a attiré bon nombre d’auteurs amateurs et professionnels puisqu’une quarantaine de textes ont été soumis au jury qui était dirigé par l’artiste multidisciplinaire Madeleine Sauriol.

Arts et spectacles

Exposition au Café 507: Belles Faces par ME

Pour la toute première exposition de son histoire, le Café 507 prête ses murs à l’artiste d’origine trifluvienne Marie-Ève Boucher pour sa toute première exposition intitulée Belles Faces par Me. L’exposition sera présentée pendant tout le mois de novembre. Le Café 507 qui se veut un lieu d’échanges et de création, est situé 507 de la rue Saint-Georges, à Trois-Rivières.

Arts et spectacles

Patrick Norman: la musique hier comme demain

Trois-Rivières — 50. Un demi-siècle. Une éternité dans l’univers de la musique. Des grenailles dans le cœur d’un passionné qui en veut encore plus.

Patrick Norman est tellement reconnaissant d’avoir l’opportunité de célébrer cet anniversaire en faisant ce qu’il fait de mieux, de la musique. «C’est comme si le temps s’arrêtait en ce qui concerne la musique. D’aussi loin que je me souvienne, la musique a pris possession de moi. Ç’a toujours été ça qui m’a rendu heureux. C’est ce qui m’a donné une raison d’exister. Étant d’une nature timide dans mon profond, ça m’a permis d’extérioriser et d’allonger mes bras... mes visions. C’est un beau cadeau que la vie m’a fait, la musique.»

Arts et spectacles

Troisième édition du TR-IFF: une programmation enrichie

Trois-Rivières — La troisième édition du TR-IFF, festival trifluvien de cinéma, se tiendra du 7 au 17 novembre dans deux lieux de visionnement: la salle Léo-Cloutier du Séminaire Saint-Joseph de Trois-Rivières et au cinéma Le Tapis rouge.

En comparaison avec la version de l’année dernière, l’édition 2019 proposera tout autant de films mais plus de rencontres avec des professionnels du monde du cinéma, plus de documentaires et plus de nouveautés. L’événement s’est d’ailleurs adjoint la collaboration d’un nouveau programmateur en la personne d’Éric Perron, directeur de la rédaction du magazine de cinéma Ciné-Bulles.

Arts et spectacles

Les arts en bref

Spectacle-bénéfice Festi-Volant

Le samedi 30 novembre à 20 h, on présentera un spectacle-bénéfice au profit du Festi-Volant de Grandes-Piles qui, cette année, se tiendra au 31 janvier au 2 février 2020. En vedette, le duo Alfa Rococo avec son spectacle L’amour et le chaos qu’il offre présentement dans le cadre d’une tournée et il aura lieu à la salle communautaire de Grandes-Piles au 650, 4e avenue. Les billets sont en vente au coût de 35 $ au Marché de Grandes-Piles, au Centre des arts de Shawinigan, à la Microbrasserie À la Fût, de Saint-Tite de même que chez Gauthier Fleurs et Jardins, de Trois-Rivières. On peut aussi les réserver par Interac au 819-534-2722 ou en se rendant à l’adresse web info@festivolant.com.

Arts et spectacles

S’aimer malgré tout de Nicole Bordeleau: une plongée au plus profond de soi

Trois-Rivières — Nicole Bordeleau est très connue et très suivie par de très nombreux fans qui se passionnent pour ses conseils et enseignements tant en yoga que dans ses cours de méditation ou encore dans le cadre de ses conférences; à moins que ce ne soit dans l’un ou l’autre des cinq livres de développement personnel qu’on lui doit. Ils seront probablement plus nombreux encore à lire son tout premier roman intitulé S’aimer, malgré tout.

Le besoin, puisqu’on ne parle pas ici de simple envie, d’écrire un roman s’est manifesté dès 2015. Après avoir écrit une cinquantaine de pages, l’auteure n’a pas senti qu’elle avait le souffle pour mener son projet à bien. Elle l’a laissé mûrir pour le reprendre l’année dernière quand elle a retrouvé, par hasard, son histoire inachevée dans son ordinateur. «Je me suis dit pourquoi pas? et j’ai poursuivi l’écriture, raconte l’auteure. Quand j’ai eu environ 150 pages, j’ai envoyé le manuscrit à mon éditeur et il m’a enjoint de continuer.»

Arts et spectacles

Démesure pour lancer une saison d’exception

TROIS-RIVIÈRES — Le Théâtre des Nouveaux Compagnons célébrera ses 100 ans d’existence en 2020 et la saison théâtrale concoctée pour la circonstance est marquée par des événements comme en fait foi la toute première pièce au programme: L’aventure de l’Espadon.

Il convient de parler d’événement parce que non seulement la pièce de Stéphane Hogue n’a jamais été montée ici mais elle implique un déploiement d’une ampleur jamais vue dans la région. Imaginez une distribution comptant pas moins de 38 comédiens avec un décor d’une dimension que le metteur en scène Martin Malenfant estime inédite dans la région.

Arts et spectacles

Michèle Ouimet à Trois-Rivières

TROIS-RIVIÈRES — La journaliste Michèle Ouimet a parcouru la planète en reportages. Elle offre le récit de ces expériences dans un nouveau livre intitulé Partir pour raconter. Elle sera à la Librairie Poirier le mercredi 6 novembre à 17 h pour une causerie sur ce bouquin en compagnie avec l’animatrice Patricia Powers. L’entrée est gratuite.

Défi karaoké Mauricie

Le comité organisateur du nouvel événement Défi Karaoké Mauricie invite le public à un événement ayant pour but d’amasser des fonds pour les jeunes talents musicaux de deux organismes à but non lucratif de la région: les Petits Chanteurs de la Maîtrise du Cap et l’Orchestre symphonique les Estacades. Les fonds serviront à l’achat d’équipements et comme soutien financier pour les tournées ou spectacles des deux organisations. Le spectacle sera présenté en deux parties dans une ambiance festive avec animation, prix spéciaux et tableaux-surprises. La soirée aura lieu le vendredi 8 novembre de 19 h 30 à 22 h au sous-sol de la Basilique Notre-Dame-du-Cap. Les billets, au coût de 25 $, sont disponibles au bureau de la Maîtrise du Cap, sur Evenbrite et à la porte le soir du spectacle. On peut obtenir plus d’informations auprès de la Maîtrise du Cap au 819-691-2501, poste 2.

Arts et spectacles

Fred se met à la page

TROIS-RIVIÈRES — Comme il l’a fait pour ses spectacles précédents, Fred Pellerin a voulu laisser une trace indélébile du conte Un village en trois dés et pour ce faire, il en a réalisé une version écrite et une autre en format audio. Si le livre qui sort le 5 novembre se présente sous la traditionnelle forme du papier, la captation audio du spectacle prend une forme plus actuelle, celle du format numérique désormais disponible sur les principales plateformes d’achat en ligne.

Pourquoi un livre alors que le spectacle se promène partout dans la francophonie et qu’il sera présenté quelque 400 fois en tout et partout? «Justement, répond le conteur, à force de le présenter, j’ai développé une version bien ramassée et super bien rodée où j’ai exploité toutes sortes de possibilités. J’aime qu’on en garde un enregistrement, une version du spectacle à son meilleur parce que si je le reprenais dans quelques années, il ne sera pas au même niveau de voltige. Cette histoire-là, elle m’habite présentement; je la manipule beaucoup et je suis devenu habile à le faire. J’aime qu’il en reste une version aussi polie et luisante que celle-là.»

Arts et spectacles

Robert Charlebois à l’Amphithéâtre Cogeco

TROIS-RIVIÈRES — Après avoir été au cœur de l’hommage du Cirque du Soleil en 2016, Robert Charlebois revient à l’Amphithéâtre Cogeco pour un concert rock de grande envergure le 28 août 2020. Énergique bête de scène malgré ses 75 ans, le chanteur s’est entouré de créateurs visuels d’envergure pour ce spectacle-événement Robert en CharleboisScope. À cette occasion, il revisitera ses plus grands succès en les enrichissants de projections vidéo, de ses archives personnelles et d’autres surprises.

Les billets seront en vente à compter du 8 novembre à 11 h au coût de 55 $ (plus taxes) sur amphitheatrecogeco.com, à la billetterie de la salle J.-Antonio-Thompson et au 819 380-9797.

Rappelons que Robert Charlebois était l’objet de l’hommage Tout écartillé présenté par le Cirque du Soleil en 2016 à l’Amphithéâtre Cogeco. Au total des 22 représentations, le spectacle a attiré 58 000 personnes.

Arts et spectacles

5 Alive s’impose à l’émission Révolution

TROIS-RIVIÈRES — Les représentants du studio trifluvien District 5 se font encore remarquer dans le cadre de la deuxième saison de l’émission de danse Révolution à TVA. La troupe 5 Alive formée de huit jeunes, sept filles et un garçon, âgés de 14 à 18 ans a passé une nouvelle étape dimanche dernier en remportant son duel pour prendre sa place parmi les vingt derniers participants de cette compétition.

L’exploit n’est pas mince étant donné qu’on parle de quelque 3000 candidats aux auditions initiales. De ce nombre, on a retenu 120 danseurs ou groupes pour participer aux auditions télévisées. La troupe 5 Alive a franchi cette portion pour se glisser à l’étape des duels avec 39 autres participants. Dimanche, confrontée au duo Ricky et Bibiman, la troupe trifluvienne a brillamment remporté les honneurs de son affrontement.

Actualités

Noël du Pauvre: la variété au rendez-vous

Trois-Rivières — Malgré le défi que représente une 61e édition, le Téléthon du Noël du Pauvre, qui aura lieu le 29 novembre prochain, de 17 h à minuit, sur les ondes d’ICI Radio-Canada Télé, sera marqué d’une programmation artistique variée qui vaudra encore le déplacement à la salle J.-Antonio-Thompson, ouverte gratuitement au public.

En effet, les France d’Amour, Nathalie Simard, Martin Fontaine et Martin Deschamps se succéderont sur la scène, aux côtés des Bleu Jeans Bleu, Arthur L’Aventurier, Brimbelle, Temps Antan, et des Trifluviennes arrivent en ville, avec Fabiola Toupin, Manon Brunet et Julie Massicotte.

Arts

Kaïn: fiers du passé, tournés vers l’avenir

Trois-Rivières — Vingt ans d’une carrière aussi spectaculaire que celle du groupe Kaïn mérite célébration. Et quelle meilleure façon de le faire pour des musiciens que l’enregistrement d’un album?

Le trio qui forme désormais le groupe a suivi le raisonnement; il l’a même poussé un peu plus loin. Un album, bien sûr, mais sous quelle forme? Steve Veilleux, Éric Maheu et John-Anthony Gagnon-Robinette ont choisi un concept double qui regroupe vingt chansons. Un visage tourné vers le passé, un autre, vers l’avenir. Dix chansons puisées dans les succès qui jalonnent le répertoire du groupe et dix nouveautés puisées dans la nouvelle inspiration qui fait vibrer le trio.

Reprendre des succès qui ont marqué l’histoire de Kaïn apparaissait légitime mais pour lui donner de la texture, pourquoi ne pas faire interpréter les chansons par des invités? L’invitation a donc été lancée à quelques grands noms de la chanson québécoise, en fonction de chansons qui leur ressemblent. Ainsi, on retrouve Renée Martel qui chante Comme dans l’temps, Paul Daraîche, pour Parle-moi d’toi, 2Frères, pour Y diront ben c’qui voudront en ville, les frères Painchaud, pour Comme un bum, La Chicane, pour Mexico, Matt Lang, pour Johnny Cash, Stephen Faulkner, pour Deux planètes, Yves Lambert, pour La bonne franquette et Laurence Jalbert, pour Je veillerai sur vous. 

Il en manque une, bien sûr, et ce n’est pas que calcul arithmétique. Il manque LA chanson fétiche du groupe, celle qui l’identifie. Embarque ma belle aura la place qui est la sienne avec une interprétation collective de tous les invités.

«Reprendre des chansons majeures de notre répertoire, ça s’imposait, analyse Steve Veilleux, le chanteur du groupe. Mais en même temps, on avait très envie de nouveau matériel. Le groupe est animé d’une nouvelle énergie, très positive et on voulait marquer le coup de nos 20 ans avec de nouvelles chansons, un nouveau son actualisé. Je dirais même qu’on avait envie d’oser un peu plus, d’aller plus loin dans notre démarche, d’élargir notre portée.» 

En écoutant ces nouveautés, on est forcément happé par le côté festif, joyeux et positif qui est la signature Kaïn. La marque est d’autant plus claire que ce sont, pour la toute première fois, les musiciens même du groupe qui ont réalisé l’album. Vingt ans de métier, ça sert aussi à ça: apprendre, ouvrir ses horizons. «Ça tenait, je pense, à la nécessité qu’on sentait de faire les choses pour nous d’abord et avant tout, dit Éric Maheu, le bassiste. Personne ne connaît aussi bien Kaïn que nous. Cet album, c’est un trip qu’on a adoré d’un bout à l’autre.»

Country

Les fans en conviendront d’emblée: à travers leur folk et leur rock, l’influence country n’a jamais été aussi marquée dans le son Kaïn. La sonorité épurée du banjo qui ouvre la toute première chanson de l’album, Le show de nos enfants, tombe comme une prise de position claire et assumée. Les gars en conviennent avec un visible élan de fierté «C’est sûr que le son country est plus marqué et assumé que jamais, convient Steve Veilleux. C’est ça que ça prenait pour que certaines des chansons soient à leur meilleur. Il y a dans ce genre musical une simplicité qui nous ressemble profondément et une ouverture qui marque toute notre démarche. Les arrangements généralement dépouillés de Je viens d’ici mettent les paroles en valeur et ça nous plaît particulièrement.»

«Je pense que dans les années passées, ce petit virage n’aurait pas été possible. Le country, c’est une musique de bras ouverts, de vérité intime et ça nous a pris une certaine maturité pour en arriver là comme individus.»

«Je pense que le public est tanné d’une musique artificielle, dit Éric. Les Québécois n’ont jamais aimé la game de l’industrie et de la commercialisation. Ils veulent de l’authenticité et on est nous aussi dans cette mouvance-là. Ça a toujours été notre approche et même dans notre style folk ou rock, on a toujours été un peu country. On associe nos chansons à un trip autour d’un feu de camp mais quand tu entends Renée Martel ou Paul Daraîche chanter deux tounes qui datent de plusieurs années, tu te rends compte qu’elles vont plus loin. Elles ont non seulement des racines country mais aussi un côté un peu intemporel.»

«On fait ici un pas de plus vers la simplicité, dit John-Anthony, le petit dernier du groupe. C’est ce qui est le plus difficile à atteindre, la simplicité. Ça nous ramène à l’essence même de chaque chanson et à sa musicalité propre.»

Ça n’empêche pas Kaïn d’être totalement Kaïn. À ce titre, une chanson ressort du lot, celle qui donne son nom à l’album et qui devrait laisser une trace dans le parcours du groupe. La chanson est apparue de façon inattendue à la toute fin du processus de création. «Elle est venue résumer toute notre démarche. Tout ce qu’on a investi de créativité s’est condensé dans une chanson. C’est le thème du projet, résume Steve. En toute modestie, il fallait que ce soit Kaïn qui écrive cette chanson-là. Son titre est ce qui résume le mieux ce que nous sommes quant à notre appartenance, nos racines. On ne pouvait pas mieux ramasser 20 ans de carrière de par notre langue, nos musiques, les positions qu’on a toujours campées fièrement. C’est la chanson qui est venue souder tout l’album. Quand je l’ai écrite, Éric estimait qu’on avait toutes les chansons dont on avait besoin mais moi, j’en voulais une de plus. On n’a jamais trop de chansons.»

«Quand je l’ai entendue, réplique Éric, j’ai dit à Steve qu’il pouvait serrer son stylo et prendre des vacances d’auteur. Il avait magnifiquement complété sa job!»

Curieusement, ce n’est pas le simple qui a d’abord été lancé à la radio. Les spécialistes à qui le groupe a confié cette décision lui ont préféré Suis ton cœur avec ses influences rap et pop et la chanson tourne énormément. «Quand on en a fait les arrangements, explique John-Anthony, on ne l’avait même pas faite en fonction de la radio. Moi, je possède beaucoup d’instruments typiques du country et Steve m’a dit de me payer la traite et d’y aller à fond dans ce qui me tentait. J’ai dit ‘Parfait, j’étais né pour ça!’ C’était un trip de show qu’on s’est payé. Le résultat, c’est que la chanson n’arrête pas de monter dans les écoutes et la diffusion radio.»

Éric avait pensé à Je viens d’ici comme premier simple mais Steve a répondu qu’il avait plus d’ambition que ça pour cette chanson. «Ce n’est pas la chanson qui tourne le plus qui s’incruste forcément dans la tête des gens. Un extrait, ça peut être comme du fast-food: tu manges ça avec appétit mais une heure après, tu as encore faim. Un extrait peut jouer à mort pendant trois mois mais être complètement oublié après. Je viens d’ici pourrait laisser une trace dans la petite histoire de notre groupe.»

Ils sont unanimement profondément fiers de cet album. «La beauté d’avoir 20 ans de métier, c’est qu’on n’a plus la pression de sortir un album à tout prix. C’est seulement parce qu’on trouvait nos chansons vraiment bonnes qu’on s’est lancé dans l’aventure de l’album et de la tournée qui va suivre. Ça aurait été trop opportuniste de ne reprendre que des chansons connues. Ça ne nous aurait pas ressemblés. Il nous fallait de la nouveauté pour accoter nos vieilles chansons.»

«Dans le fond, ajoute John-Anthony, c’est un nouvel album avec, en boni, dix chansons présentées par des invités. Pour lancer un album double dans le contexte actuel de l’industrie, il faut être un peu timbré. Nos producteurs auraient sûrement été heureux de ne lancer qu’une compilation mais nous, ça nous prenait plus que ça.»

«Quelque chose d’aussi significatif qu’un album, il faut que tu le fasses d’abord pour ta propre satisfaction. Il fallait que ça nous donne un frisson de fierté à tous les trois, de compléter Steve. Ce n’est pas une question de ventes, c’est une question d’accomplissement.»

Pour ce qui est de voir le groupe interpréter les nouveautés sur scène à Trois-Rivières et, qui sait? voir un invité en chanter une plus ancienne, il faudra attendre le 10 octobre 2020 alors qu’ils sont à l’affiche au Théâtre du Cégep. À moins qu’ils ne fassent une escale sur la route des festival l’été prochain; il y a des habitudes dont il est difficile de se défaire. 

Arts Magazine

En librairie

Les adeptes du style de vie minimaliste connaissent Dominique Loreau qui a écrit bon nombre de livres sur cette façon de vivre pleinement dans le dépouillement. Laurie Barrette et Stéphanie Mandréa offrent un ouvrage aussi apaisant et inspirant que ceux de la Japonaise d’adoption mais plus adapté à la réalité québécoise. Ainsi les recettes et les propositions sont accessibles et permettent d’apprivoiser, lentement mais sûrement, une routine plus écoresponsable. Ménage, préparation de la bouffe et garde-robe, tout est réuni dans ce très beau livre. 

Arts et spectacles

Les arts en bref

Regroupement Médiat-Muse

Le regroupement Médiat-Muse (regroupement des musées, centres d’expositions, centres d’interprétation et lieux historiques des régions Mauricie et Centre-du-Québec) présente les membres de son conseil d’administration pour son année 2019-2020. La présidente est Émilie Papillon, le vice-président, Samuel Bergeron, le trésorier, Christian Marcotte, le secrétaire, Alexandre Pétrin alors que les administrateurs sont Josée Grandmont, Sandie Letendre, Marie-Andrée Levasseur, Claire Plourde et Alain Bourbonnais.

Arts et spectacles

Les arts en bref

Matinées en musique

La série Matinées en musique présente Voyage en Arménie le dimanche 3 novembre à 11 h au foyer de la salle Thompson. Le Quatuor Rhapsodie composé d’Amélie Lamontagne, violon, Ana Drobac, violon, Nayiri Piloyan, alto et Sophie Coderre, violoncelle, interprétera Mélodies arméniennes, de Komitas, la Valse de la suite Mascarade, de Khatchaturian, l’Élégie (hommage à Khatchaturian) de Babadjanian ainsi que quelques chansons de Charles Aznavour. Ces concerts sont gratuits pour les enfants de 12 ans et moins. Le billet étudiant est à 12,50 $ (taxes en sus), et le billet adulte, 22,12 $ (taxes en sus). L’abonnement à l’ensemble des cinq concerts de la série est à 85 $ (taxes en sus) ce qui représente une économie de 23 % du prix normal.

Arts et spectacles

Une trentaine d’artisans au Blizz-Art & Culture

Shawinigan — Pour une 22e année, le fruit de l’imagination et du talent d’une multitude d’artisans constituera le cœur de l’exposition du Blizz-Art & Culture du Regroupement des artisans du Centre-Mauricie, qui se tiendra du 15 au 17 novembre, à la Maison de la culture Francis-Brisson.

Pas moins de 30 exposants prendront part à cette exposition dont tous les espaces sont d’ailleurs loués. De Notre-Dame-de-Montauban à Saint-Mathieu-du-Parc en passant par Sainte-Angèle, ils viennent de tous les coins de la région. Leurs créations sont très diversifiées.

Arts et spectacles

Ces choses qui nous habitent

TROIS-RIVIÈRES — C’est à l’artiste Ève Cadieux que la Galerie r3 de l’UQTR offre ses murs jusqu’au 29 novembre pour son exposition intitulée "Toutes ces choses".

Fidèle à sa mission, la galerie présente une exposition ayant comme base une recherche dans une des disciplines enseignées au département de philosophie et des arts de l’institution d’enseignement supérieur trifluvienne; la photographie, dans ce cas particulier. La démarche de l’artiste dépasse le strict cadre de sa discipline, englobant d’autres éléments comme l’installation ou l’écrit mais la photographie en demeure l’axe central.

Les arts en bref

Moulin seigneurial de Pointe-du-Lac

TROIS-RIVIÈRES — Le Moulin seigneurial de Pointe-du-Lac invite les artistes à soumettre un projet d’exposition en prévision de la programmation estivale 2020. À chaque été, quatre artistes ont l’occasion de présenter leurs œuvres à tour de rôle pour une durée d’environ quatre semaines chacun dans le logis du meunier. Les projets doivent être en solo ou en collaboration avec d’autres artistes.

Le dossier de candidature doit inclure un curriculum vitae incluant la démarche artistique, une dizaine de photos des oeuvres, un dossier de presse ou tout autre document pertinent. Les artistes de toutes disciplines et de toutes régions sont invités à soumettre leur dossier. On encourage également les artistes émergents ou oeuvrant dans des disciplines marginales à faire parvenir leur candidature. Les dossier doivent être envoyés à l’adresse suivante: communication@moulin-pointedulac.com avant le 18 décembre 2019. Aucun dossier ne sera accepté après cette date. Les candidatures seront évaluées par le comité de programmation au cours du mois de janvier 2020 et les résultats seront divulgués en février. Pour informations: 819-377-1396 ou communication@moulin-pointedulac.com.

Arts et spectacles

Fred Pellerin: le plus beau Félix

TROIS-RIVIÈRES — On l’a vu par son attitude en recevant son Félix: Fred Pellerin était comblé dimanche soir par le titre de meilleur album folk de l’année remporté par son opus Après. Pourtant, il était en nomination dans deux autres catégories, pas moindres en importance: meilleur vendeur mais aussi interprète de l’année, un honneur qui lui a toujours échappé malgré sa quinzaine de Félix remportés au cours des années.

«Album folk, c’est vraiment ma catégorie, celle dans laquelle je veux qu’on me classe. Ce que je trouve ben l’fun dans ce prix-là, c’est que c’est une catégorie collective parce que ça récompense plein de monde qui ont travaillé au même album. Mon nom est en gros sur la pochette, mais je ne suis qu’un parmi toute une gang en partant de Jeannot (Bournival) à la réalisation en passant par les auteurs, compositeurs et jusqu’aux filles qui travaillent aux communications.

Musique

41e Gala de l’ADISQ: Stréliski prophète en son pays

Il est plutôt rare de voir un projet instrumental dominer le tableau des nominations au gala de l’ADISQ, généralement plus orienté vers la chanson. Alors que son album Inscape lui a valu son tout premier Félix mercredi, la pianiste Alexandra Stréliski a joliment continué à s’inscrire dans l’exception au grand gala de dimanche soir en étant sacrée compositrice et révélation de l’année.

Avec une carrière internationale bien lancée, la nouvelle sensation du néo-classique a été prophète en son pays, dimanche, pendant le gala animé une nouvelle fois par l’humoriste Louis-José Houde. Les 12 derniers trophées Félix de la cuvée 2019 y ont été distribués.

«On dit tout le temps ça, mais je ne m’attendais vraiment, vraiment pas à ça. Comme quoi il ne faut pas sous-estimer la force de la douceur. Je suis une femme qui joue de la musique instrumentale. Ça fait que je veux quand même le souligner. Il y a tellement de beaux albums de femmes qui se sont faits cette année. Bravo, continuez à briller, on en a besoin», a avancé Alexandra Stréliski en acceptant le trophée de la révélation.

Lui aussi parti favori en début de course, le Lévisien Vincent Roberge, alias Les Louanges, a quitté la cérémonie les mains vides, dimanche, mais l’honneur est plus que sauf pour celui qui a réussi un tour du chapeau mercredi (album alternatif, choix de la critique et arrangements) avec La nuit est une panthère.

Alaclair Ensemble a renouvelé son doublé de 2017 en raflant les prix de la vidéo de l’année pour La famille et de l’album rap pour Le sens des paroles. «Merci beaucoup, c’était une sacrée belle catégorie rap cette année. Honnêtement, je vous avoue que je n’aurais pas su à qui le remettre», a noté le rappeur Eman avant de rendre hommage aux autres nommés : FouKi, Koriass, Loud et Souldia.

La colorée bande, qui se décrit comme une «troupe de post-rigodon bas-canadienne», a toutefois dû — tout comme 2Frères, Les Cowboys Fringants et Les Trois Accords — concéder la victoire à Bleu Jeans Bleu dans la catégorie groupe de l’année. Il n’y a pas de doute, l’effet du phénomène Coton ouaté s’est fait sentir dans le vote populaire… Et ce même si le tube ne figurait pas dans la liste des chansons de l’année, où Roxane Bruneau a été désignée gagnante pour Des p’tits bouts de toi

Le tapis rouge du 41e Gala de l'ADISQ