Actualités

Vers un premier week-end record pour Joyeux Calvaire

Trois-Rivières — La frénésie entourant la première du spectacle Joyeux Calvaire du Cirque du Soleil à l’Amphithéâtre Cogeco aura visiblement eu son effet aux guichets. Avec à peine une dizaine de billets encore à vendre pour les représentations de jeudi et vendredi soirs et une représentation affichant complet samedi, l’Amphithéâtre Cogeco connaîtra, cette année, son meilleur départ à vie pour un premier week-end du Cirque du Soleil.

C’est du moins ce qu’a pu constater l’équipe de l’Amphithéâtre Cogeco, au lendemain de cette première très courue. Le directeur général, Steve Dubé, se disait confiant de voir les quelques billets restants s’envoler à la porte jeudi et vendredi. «Il reste une dizaine de billets par-ci par-là. Il y a toujours des gens qui se présentent à la porte et qui achètent, même s’ils ne sont pas assis ensemble. Nous avons affiché complet mercredi, et ce sera aussi complet samedi. Si ça se passe ainsi, il y a de bonnes chances pour qu’on affiche un taux de vente de 100 % pour le premier week-end. Ce serait du jamais-vu», constate Steve Dubé.

Actualités

Joyeux Calvaire: énergique, émouvant et engagé

TROIS-RIVIÈRES — Pour cette cinquième année à rendre hommage à la musique québécoise à l’Amphithéâtre Cogeco, le défi était grand à relever pour le Cirque du Soleil en cette première de Joyeux Calvaire – Hommage aux Cowboys Fringants, mercredi soir. Si le public trifluvien est devenu «expert du Cirque du Soleil» comme le disait le PDG du Cirque, Daniel Lamarre, cette semaine, force est de constater que le Cirque n’a pas encore épuisé toutes ses ressources pour en mettre plein la vue aux «experts».

Joyeux Calvaire arrive à surprendre et émouvoir, tant par ses numéros variés et époustouflants, ses décors majestueux, son souci d’occuper complètement l’enceinte de l’Amphithéâtre Cogeco que la musique du groupe québécois, puissante, forte, énergique et émouvante.

Tapis rouge de Joyeux Calvaire - Hommage aux Cowboys Fringants

Actualités

Un impact «fascinant» du Cirque du Soleil pour les commerçants

TROIS-RIVIÈRES — Alors que commencera le cinquième spectacle du Cirque du Soleil à l’Amphithéâtre Cogeco ce mercredi, les commerçants du centre-ville sont désormais bien préparés à servir les nombreux visiteurs qui défileront dans les rues de Trois-Rivières pendant un mois.

Les retombées économiques de la série hommage du Cirque du Soleil ne sont plus à prouver. Chaque année, les propriétaires de restaurants, hôtels, gîtes et autres commerces du centre-ville constatent l’achalandage important que provoquent ces spectacles présentés en exclusivité à l’Amphithéâtre Cogeco.

Actualités

Place à Joyeux Calvaire

TROIS-RIVIÈRES — Le grand soir est enfin arrivé pour les artistes du Cirque du Soleil et l’équipe de l’Amphithéâtre Cogeco de Trois-Rivières qui lèveront le voile mercredi soir sur le cinquième opus de la série Hommages, avec Joyeux Calvaire. Le spectacle rendant hommage aux Cowboys Fringants sera présenté en grande première devant une salle comble de 3500 spectateurs, dont les quatre membres du groupe qui découvriront pour la première fois cette œuvre qui leur est consacrée.

Comme le veut la tradition, la soirée sera précédée d’un tapis rouge, où défileront plusieurs personnalités québécoises. Si l’identité des invités est jalousement gardée secrète par l’équipe, on confirme toutefois que tous les membres des Cowboys Fringants y seront, de même qu’un ancien «hommagé», Robert Charlebois, a-t-on appris. Une première qui donnera le coup d’envoi pour 23 représentations jusqu’au 17 août.

Actualités

Place au 17e rendez-vous des peintres de Sainte-Flore

SHAWINIGAN — La 17e édition du rendez-vous des peintres de Sainte-Flore aura lieu les 9, 10 et 11 août prochains sous le thème Fantaisies estivales.

Lors de cet événement, pas moins de 10 000 visiteurs défileront dans le coeur villageois de Sainte-Flore afin de découvrir les oeuvres d’artistes québécois. Plus de 70 bénévoles sont impliqués dans la tenue du rendez-vous des peintres de Sainte-Flore.

Arts et spectacles

La pièce «Des vrais hommes» débarque à l’île St-Quentin

TROIS-RIVIÈRES — Le Théâtre de l’île est de retour avec la pièce Des vrais hommes écrite par Andrew Wreggit et Rebecca Shaw. Cette comédie saura divertir petits et grands, à raison de cinq représentations au parc de l’île St-Quentin, tous les mardis de l’été dès 19 h 30.

Présentée par le Théâtre des Nouveaux Compagnons, la pièce raconte l’histoire de quatre citadins qui partent en pleine nature le temps d’une fin de semaine. «Les personnages n’ont pas nécessairement la même définition de ce à quoi correspond une fin de semaine de gars. Pour eux, c’est plutôt une occasion de parler de leurs émotions. Donc, ils vont vivre une expérience d’introspection mâle», raconte le metteur en scène Adamo Ionata. La bande décide de se rendre dans un camp de pêche au lac Perdu, mais les quatre hommes s’égarent rapidement en route vers le lac bien nommé.

Actualités

Joyeux Calvaire – Hommage aux Cowboys Fringants: entre folie, nostalgie et énergie

TROIS-RIVIÈRES — À moins de 48 heures de la première de Joyeux Calvaire – Hommage aux Cowboys Fringants à l’Amphithéâtre Cogeco de Trois-Rivières, le Cirque du Soleil a offert un petit avant-goût de sa nouvelle création aux médias et à quelques invités, lundi soir. Un avant-goût qui avait finalement de quoi donner l’eau à la bouche pour découvrir la totalité du spectacle, dont les premières notes résonneront devant public mercredi soir.

Pour ce court extrait, c’est à la pièce titre qu’on a convié les médias. Un seul petit numéro qui a tout de même permis de se laisser emporter l’espace de quelques minutes par cet univers qui est dépeint depuis plusieurs semaines en mots, mais que l’on peut enfin découvrir en images et en mouvements.

Arts et spectacles

L’histoire à travers les trous d’un bouton

LOUISEVILLE — La Maison du Commis-Voyageur de Louiseville a choisi de sortir de l’ordinaire pour son exposition estivale 2019. Ce sont plus de 3000 boutons qui orneront les murs de l’endroit pour raconter leur histoire aux visiteurs.

Le projet a été matérialisé par le Club littéraire de Louiseville, alors que les membres Nicole Larose, Pauline Caumartin et Jocelyne Elliott Leblanc ont développé l’idée ensemble. Selon les créatrices, il s’agit d’une exposition des plus inusitées, puisqu’elles ne se sont pas limitées à exposer des boutons sur des présentoirs. Elles ont plutôt conçu divers tableaux illustrant des images de tout genre pour permettre à tout le monde d’y trouver son compte.

Arts et spectacles

Avenue Q: un retour espéré et une performance acclamée

CRITIQUE / Les Productions de la 42e rue ont visé dans le mille en présentant à nouveau la comédie musicale Avenue Q, pour leur rendez-vous estival de juillet. Le jeu d’acteur était solide et peaufiné, les scènes étaient à la fois hilarantes et contemporaines: tout y était pour assurer un succès en ce soir de grande première, à la salle Anaïs-Allard-Rousseau.

Visiblement, la troupe trifluvienne était en territoire connu en interprétant Avenue Q. Pour leur spectacle d’été, les Productions de la 42e rue ont fait le choix de ramener sur scène cette célèbre comédie musicale qu’ils avaient produite en 2016. Une décision qui s’est révélée judicieuse pour les spectateurs les plus nostalgiques, et aussi les plus curieux.

Quelques nouveaux chanteurs se sont greffés à la troupe depuis, mais les représentations de 2016 étaient bel et bien ancrées dans la mémoire des vétérans. Les interprètes ont puisé dans leur expérience pour amener la pièce à un autre niveau. Les comédiens savaient à quoi s’en tenir puisqu’ils ont livré une performance impeccable en cette soirée de première. Du début à la fin, ils ont prononcé leurs répliques avec assurance dans un flot continu assez impressionnant.

Avenue Q se distingue par son approche assez originale. Les personnages sont joués par des marionnettes qui ressemblent à celle du Muppet show. Quant aux manipulateurs, ils incarnent leur personnage avec brio. Pendant le spectacle, ils transmettent les émotions de leur marionnette par des expressions faciales assez réussies. Les comédiens ont assurément répété pendant de longues heures afin d’arriver à ce niveau d’interprétation. Il faut absolument souligner la performance d’Antony Leclerc et de Manon Carrier, les personnages principaux. L’assurance de leur jeu d’acteur jumelée à leur énergie sur scène a gardé le public en haleine tout au long du spectacle.

La comédie musicale propose une immersion dans un quartier malfamé sur l’Avenue Q à New York. Princeton, un jeune homme tout récemment diplômé en anglais, débarque à cet endroit peu prestigieux, sans le sou, à la recherche d’un logis. Le protagoniste rencontre rapidement la bande qui réside dans le quartier, des personnages loufoques au franc parlé. 

Il n’y a aucun tabou dans cette comédie musicale, qui s’inspire des textes de South Park, à cause de l’humour décalé. Les dialogues de la comédie musicale sont hilarants et croustillants, tout en traitant de sujets actuels qui font réfléchir. L’homosexualité, le racisme, l’itinérance et la pornographie: cette pièce de théâtre, qui a été présentée officiellement en 2003 à New York, traite de thèmes qui sont encore bel et bien présents dans la société d’aujourd’hui. Rappelons que la troupe trifluvienne conseille Avenue Q à un public averti, idéalement âgé de 12 ans et plus. 

La chanson C’est nul d’être moi commence le spectacle en force. Ce morceau invite immédiatement le public dans l’univers unique, imaginé par Robert Lopez et Jeff Marx. Parfois empreints d’humour et parfois très tendres, les numéros sont tous particuliers dans leur genre. Au fil du spectacle, il est facile pour le public de s’attacher aux personnages qui se révèlent sympathiques par leur personnalité colorée.

Il faut pourtant avouer que le personnage de Lucy en met plein la vue. Dès que cette marionnette apparaît sur la scène, les spectateurs ne peuvent s’empêcher de sourire. On ne peut qu’apprécier le talent de Marie-France Masson qui livre une performance sans faute. Par son talent, elle réussit notamment à rendre une marionnette sexy dans un numéro sensuel avec une gestuelle envoûtante. 

Les décors sont majestueux et aident le public à mieux se projeter dans le quotidien de la bande d’Avenue Q. Les immenses blocs à logements révèlent plusieurs secrets au cours du spectacle, afin d’être exploités à leur maximum. D’ailleurs, un orchestre se cache derrière ces bâtiments, à la grande surprise du public. À la fin de la représentation, les six musiciens sont sortis de leur cachette pour saluer le public. 

Les prochaines représentations se dérouleront les 20 et le 21 juillet, respectivement à 20 h et 14 h. En somme, la comédie musicale propose un divertissement qui est rafraîchissant. Soyez avertis que vous rirez un bon coup.

Arts et spectacles

Édition record du troisième Symposium d’arts visuels de Trois-Rivières

Les Jardins du Sanctuaire Notre-Dame-du-Cap se sont donné des airs de galerie d’art cette fin de semaine à l’occasion du troisième Symposium d’arts visuels de Trois-Rivières. Une soixantaine d’artistes y ont exposé leurs œuvres devant une foule record de plus de 7000 visiteurs.

En plus du record d’assistance enregistré, cette édition a été celle présentant les œuvres du plus grand nombre d’artistes alors que des peintres de partout à travers la province et même de l’Ontario sont venus y présenter leurs tableaux. Ces chiffres ont de quoi ravir les organisateurs de l’événement.

Actualités

Le Symposium d’arts visuels de Trois-Rivières est commencé!

TROIS-RIVIÈRES — Le Symposium d’arts visuels de Trois-Rivières bat actuellement son plein au Sanctuaire Notre-Dame-du-Cap, et ce, jusqu’à dimanche. L’événement présente les oeuvres d’une soixantaine d’artistes de la région et de partout au Québec. Les activités sont d’ailleurs gratuites pour tous les visiteurs.

Actualités

Une fantastique aventure musicale dans l’univers d’Amos Daragon

SHAWINIGAN — Effets spéciaux renversants, marionnettes géantes, décors aux allures asiatiques et musiques entraînantes: bienvenue dans l’univers de Phénix, la nouvelle comédie musicale qui met en vedette Amos Daragon et ses compagnons, un spectacle qui marie à la fois art traditionnel et numérique au Centre des arts de Shawinigan du 11 juillet au 18 août.

C’est avec beaucoup de fébrilité que le public s’est réuni, jeudi dernier, à la salle Philippe-Filion afin d’assister à la première médiatique du troisième spectacle de la série Amos Daragon. Petits et grands avaient particulièrement hâte de découvrir les secrets que réservait cette récente aventure à la fibre musicale.

Actualités

Une année record pour le Festivoix

TROIS-RIVIÈRES — Avec 39 309 droits d’entrée vendus, une foule de plus de 20 000 personnes pour le spectacle de The Offspring et des artistes qui ont su attirer un public de toutes les générations, l’organisation du Festivoix parle d’une édition record.

Parmi les soirées les plus populaires, on note celles mettant en vedette les chanteurs Loud et Koriass, Coeur de Pirate, Daniel Bélanger et Marc Dupré, sans oublier le concert qui a accueilli le plus grand nombre de spectateurs de l’histoire de Trois-Rivières, The Offspring.

Actualités

Une expérience western immersive prend de l’ampleur à Saint-Tite

Saint-Tite — C’est un village en pleine expansion qui est en train de voir le jour à l’intérieur même de la municipalité de Saint-Tite. Alors que quelques façades avaient été aménagées l’an dernier pour donner un avant-goût de ce qui allait venir, le Village western Kapibouska — l’ancien nom de Saint-Tite, explique-t-on — accueillera cette année le public dans des installations grandeur nature, théâtre immersif à l’appui.

Ce sont l’ancien maire de Saint-Tite, André Léveillé, et l’un des propriétaires de la microbrasserie À la Fût, Philippe Dumais, qui au fil des discussions réalisent qu’ils ont une vision commune de recréer un village western. Le projet prend forme et on en livre les prémices l’an dernier. Aujourd’hui, puisque l’expérience a été concluante et a suscité un engouement, on récidive. Et s’il faut en croire Marion Valle, responsable des communications pour le projet, le meilleur est encore à venir.

Actualités

L’engagement pour le développement durable de l'Amphithéâtre Cogego salué

Trois-Rivières — L’Amphithéâtre Cogeco rejoint un groupe très select en obtenant l’accréditation Scène écoresponsable, niveau or, décernée par le Conseil québécois des événements écoresponsables. Elles ne sont en effet que cinq scènes au Québec à faire partie de ce noyau restreint, souligne avec fierté la Corporation des événements de Trois-Rivières.

L’accréditation Scène écoresponsable comporte trois niveaux, celui d’or étant le plus élevé. Pour être digne de mériter la reconnaissance, il faut notamment avoir mis en place des activités se rapportant aux trois volets du développement durable, soit celui de l’environnement, celui de l’économie, de même que celui de la dimension sociale. Il faut également avoir au moins atteint le niveau 2 du programme ICI on recycle +, chose que l’Amphithéâtre a accompli le printemps dernier, et finalement avoir minimalement mis en place deux nouvelles actions par année.

Actualités

L’Espace 11e BIECTR débarque au centre-ville de Trois-Rivières

TROIS-RIVIÈRES — La Biennale internationale d’estampe contemporaine de Trois-Rivières (BIECTR) ouvre pour l’été l’Espace 11e BIECTR, situé au centre-ville de Trois-Rivières sur la rue Notre-Dame Centre.

Ce centre multifonctionnel présentera gratuitement des œuvres exclusives et offrira des produits dérivés tout en assurant la fonction de bureau d’information.

Arts et spectacles

Avenue Q est de retour à Trois-Rivières

TROIS-RIVIÈRES — Cet été, Les Productions de la 42e Rue présenteront à nouveau la célèbre comédie musicale Avenue Q. Cette production de Broadway saura charmer le public par son côté humoristique et original, du 13 au 21 juillet, à la salle Anaïs-Allard-Rousseau.

«C’est un spectacle qui est tout d’abord très drôle. C’est réellement une comédie musicale. Ce n’est pas nécessairement pour tout le monde. On indique que la pièce est 12 ans et plus parce qu’il y a certains sujets qui vont provoquer des discussions», certifie la coordonnatrice Manon Carrier. Des thèmes tels que l’homosexualité, la pornographie, le racisme et l’amitié seront de la pièce de théâtre. «Ce sont des thèmes très variés qui concernent plus les adultes et les adolescents. Il faut s’attendre à rire, mais il faut savoir que c’est un peu croustillant», complète-t-elle.

Arts et spectacles

Blitz urbain familial et écoresponsable

LOUISEVILLE — L’ambiance devrait être à la fête pour tout le monde le 16 août prochain à la Place Canadel de Louiseville alors que le Blitz urbain en sera à sa sixième édition.

Cette année, l’équipe d’organisation a choisi de miser sur la variété des activités proposées de façon à rejoindre un public cible plus large que celui des dernières années. «Cette année, nous nous sommes associés à plusieurs organismes qui souhaitaient offrir aux familles une occasion de fêter. Nous avons donc décidé d’adapter notre programmation pour que tout le monde puisse y trouver son compte», mentionne l’animatrice et responsable à la maison des jeunes L’Éveil jeunesse de Louiseville, Bianca Perron.

Arts et spectacles

Similitudes avec La Saline: pure coïncidence, conviennent les auteures

TROIS-RIVIÈRES — Ce qui ressemblait à du plagiat n’est finalement qu’une pure coïncidence, selon l’auteure française Laure Manel, dont le roman La mélancolie du kangourou ressemble en de nombreux points à La Saline de Louise Lacoursière.

Les deux auteures ont eu un échange privé - que Mme Lacoursière a publié sur sa page Facebook - qui a convaincu Mme Lacoursière que les similitudes entre les deux ouvrages sont en fin de compte le fruit du hasard.

Arts et spectacles

Les gagnants du concours Éveille ton côté cowboy dévoilés

TROIS-RIVIÈRES — C’est mercredi que les gagnants du concours Éveille ton côté cowboy visant à mettre en lumière l’œuvre musicale des Cowboys Fringants ont été dévoilés à l’Amphithéâtre Cogeco.

 Ainsi, les tableaux d’Abigaëlle Beauchesne, sept ans, de Mia-Rose Marchand, huit ans et de Dylan St-Onge, onze ans ont été dévoilés. Ils ont respectivement reçu les premier, deuxième et troisième prix de ce projet organisé par la Corporation des événements de Trois-Rivières en collaboration avec le ministère de la Culture et le magasin DeSerres de Trois-Rivières. Tout au long du projet, les élèves des 20 écoles primaires de la Mauricie ont pu démontrer l’étendue de leur talent dans le cadre de la présentation du spectacle Joyeux Calvaire — Hommage aux Cowboys Fringants par le Cirque du Soleil. Ils étaient tous invités à faire danser leurs pinceaux au rythme de l’une des cinq chansons proposées par les organisateurs du concours. Après avoir analysé les quelque 200 tableaux reçus, les juges ont déterminé quelles étaient les trois œuvres gagnantes du concours. Ces dernières seront exposées en format géant sur l’esplanade gazonnée de l’Amphithéâtre Cogeco jusqu’au 17 août 2019. 

Actualités

Terminé les verres à usage unique à l'Amphithéâtre Cogeco

Trois-Rivières — L’Amphithéâtre Cogeco prend un autre virage vert cet été, en éliminant complètement les verres de plastique à usage unique pour ses bars et concessions. Désormais, les visiteurs de l’Amphithéâtre pourront avoir recours à un système de verres réutilisables consignés. Une première au Québec pour une salle de plus de 3500 places.

Déjà, un premier pas avait été pris lors de la saison 2018, alors qu’on offrait aux spectateurs un verre réutilisable. La réponse a été à ce point positive que l’équipe a choisi d’éliminer complètement les verres de plastiques recyclables pour utiliser seulement les verres réutilisables consignés. Un geste qui s’inscrit dans le plan de développement durable, qui a été déposé en 2017.

Festivoix: Kaïn et Sylvain Cosette en avant-dernière

Trois-Rivières — Le ciel s’est finalement dégagé samedi en journée pour l’avant-dernière soirée du Festivoix. Tandis que Kaïn faisait vibrer les festivaliers, sur la scène Hydro-Québec en début de soirée, c’est Sylvain Cossette, précédé du chanteur Rémi Chassé, que l’on a pu entendre, au même endroit, pour clore la pièce de résistance de cette veille de clôture de festival.

Il revenait au Chœur ChanteClair d’ouvrir le bal, samedi matin à la scène les Résidences du manoir, avec un répertoire francophone. La pianiste de la relève Gabrielle Beaudet se produisait ensuite sur la scène Culture Trois-Rivières.

Le Trifluvien David Goudreault présentait pour sa part son spectacle d’humour et de poésie en fin d’après-midi. Les musiciens de la formation Cordâme livraient quant à eux une performance aux saveurs de jazz et de classique.

Les adeptes du festival ont aussi pu se mettre à l’oreille les rythmes indie-rock du groupe Around Joshua, ou ceux plus électro swing de la formation Scratchophone Orchestra.

Les Louanges, Anatole, QuietMike, Duets, Slumgod assuraient de leur côté les spectacles de fin de soirée.

Après quelques jours de canicule, on annonce dimanche un léger redoux et un ciel dégagé pour clore la 26e édition du Festivoix. On pourra entendre le Catherine Laurin jazz quintet, le duo trifluvien Toi, moi et la guit, le groupe Pâtatonique, la chanteuse Bet.e, le pianiste Jean-Michel Blais, de même que l’auteur-compositeur-interprète champlainois Simon Laganière.

C’est à Daniel Bélanger que reviendra l’honneur de jouer l’ultime note d’une édition que l’on peut d’ores et déjà qualifier de succès. L’artiste qui ne s’était pas produit sur les scènes du Festivoix depuis 10 ans présentera notamment des titres de son dernier album Paloma, sur la scène Loto-Québec dès 21 h.

Arts et spectacles

Festivoix: Humidex, vous dites? [VIDÉOS]

Trois-Rivières — Avouez qu’on a eu peur. À 16 h 45, devant l’intensité de l’averse, la plupart des festivaliers étaient en train de planifier leur soirée télé. «Chéri: piscine, spa, Netflix, ou spa, piscine, Tou.tv?» Trente secondes plus tard, il faisait plein soleil et le FestiVoix était redevenu une option.

La pluie avait pour fonction de chasser l’humidité mais la pluie chasse comme un aveugle à la perdrix. Elle est revenue bredouille. Heureusement, elle était tellement honteuse de son manque de résultat qu’elle ne s’est pas montré le nez du reste de la soirée. Personne ne s’est plaint. Sauf qu’il a fait deux fois plus chaud et humide qu’avant les averses de l’après-midi. Un indice humidex autour de 250, genre.

Arts et spectacles

La promesse de la mer: une histoire racontée avec cœur

SHAWINIGAN — Il y avait une ambiance douce et légère sur la terrasse de la Maison de la culture Francis-Brisson de Shawinigan à quelques minutes de la première de la pièce La promesse de la mer.

Encore cette année, l’aventure est au cœur de la proposition mais sous une forme complètement différente. «Tous les arbres ont des racines mais ce n’est pas le même arbre», comparait l’auteur Bryan Perro.

Arts et spectacles

La promesse de la mer: l’histoire d’un rêve impossible

Il y avait une ambiance douce et légère sur la terrasse de la Maison de la culture Francis-Brisson de Shawinigan à quelques minutes de la première de la pièce La promesse de la mer.

Encore cette année, l’aventure est au cœur de la proposition mais sous une forme complètement différente. «Tous les arbres ont des racines mais ce n’est pas le même arbre», comparait l’auteur Bryan Perro. En effet, après avoir raconté l’histoire de Frédéric Dion dans Antarctique Solo, Culture Shawinigan a choisi de plonger dans l’univers de Mylène Paquette, cette femme inspirante qui a traversé l’océan Atlantique à la rame en 2013.

Un univers différent donc qui s’amorce comme un coup de poing. Ce n’est pas parce qu’on raconte l’histoire d’une fille qu’on va faire dans la dentelle. Mylène a trimé dur pour arriver à réaliser son rêve mais le plus grand sacrifice qu’elle a dû faire, c’est celui d’un enfant. Elle a mis fin à une grossesse afin de réaliser cette quête d’absolu qui la hantait, qui l’obsédait. À cet enfant, elle a fait une promesse et elle l’a réalisée. Dans la deuxième partie, on s’avance sur ces eaux dans lesquelles se perdent quelques larmes.

Même si la charge émotionnelle est bien présente, Tammy Verge fait un magnifique travail pour livrer cette pièce avec un aplomb impressionnant. Le bagage d’improvisation qu’elle traîne dans son baluchon de comédienne lui a été fort utile en ce soir de première. Quand il lui arrivait, occasionnellement, d’escamoter un mot, elle se reprenait habilement tout en faisant sourire le public. Quand son décor lui jouait des mauvais tours, elle faisait contre mauvaise fortune bon cœur. Un calme impressionnant même quand l’imprévisible s’invitait sur scène. Le défi d’être seule sur les planches est de son propre aveux considérable mais jamais la comédienne n’a semblé déstabilisée ou insécure.

En plus de la grande quantité de texte qu’elle doit livrer, elle doit transformer son environnement scénique qui se module au gré de l’histoire. Le décor comporte des similitudes avec l’édition précédente surtout au niveau de l’efficacité et de l’ingéniosité. La quantité de manoeuvres que doit réaliser Tammy Verge pour ramer dans l’histoire n’affecte pas trop sa fluidité même quand la manipulation prend plus de temps que prévu, imperturbable.

Bryan Perro n’en est pas à sa première baignade dans le monde de l’aventure portée au théâtre. Ce texte qu’il cosigne avec Mylène Paquette porte les marques de son expérience mais aussi la touche de Mylène qu’on devine valser entre le féminisme, la détermination et l’espoir.

Le moment fort de cette soirée de première était sans aucun doute lorsque le personnage fictif a invité la réelle Mylène sur scène quand les applaudissements se sont finalement calmés. Il y avait quelque chose de fort émouvant de voir la navigatrice avec son petit rejeton de 33 jours dans ses bras. Une autre aventure s’amorce…

Arts et spectacles

LES ARTS EN BREF

Première soirée réussie au centre-ville de La Tuque

L’édition 2019 des Jeudis centre-ville a été lancée, jeudi soir, à La Tuque.  C’est tout en country qu’a eu lieu la première soirée d’une série de six. C’est le duo Mack et Ro qui a assuré cette soirée avec le groupe latuquois Traffic Country en première partie. Les spectateurs étaient d’ailleurs nombreux devant la scène située en plein cœur du centre-ville. La semaine prochaine, Luc de Larochellière sera de passage à La Tuque.