Abonnez-vous à nos infolettres. Obtenez en plus et assurez-vous de ne rien manquer directement dans votre boîte courriel.

Arts et spectacles

Un deuil ne se fait jamais seul

CRITIQUE / La deuxième pièce de la saison du centenaire du Théâtre des Nouveaux Compagnons maintient le thème de la mer adopté comme ligne directrice à l’automne dernier. Avec La Traverse, de Corinne Sévigny-Lévesque, la compagnie trifluvienne offre une belle pièce avec des thèmes riches abordés avec une grande habileté par une talentueuse auteure québécoise.

On comprend facilement que les deux metteures en scène trifluviennes soient tombées en amour avec l’œuvre et aient toutes deux voulu lui donner vie. Lucie Trudeau et Annie Trudel y arrivent avec, ma foi, doigté et conviction pour offrir un séduisant moment de théâtre aux amateurs.

Actualités

Collection Robert-Lionel-Séguin: le litige au bord du règlement

TROIS-RIVIÈRES — Le litige entre le Musée POP et l’Université du Québec à Trois-Rivières au sujet de la collection Robert-Lionel-Séguin connaîtra un dénouement heureux d’ici quelques semaines.

Le Nouvelliste a appris de source sûre que le dossier concernant cette collection de près de 23 000 objets culturels ayant suscité de nombreuses discussions, parfois difficiles, entre les deux intervenants est maintenant réglé. Le Musée n’attendrait qu’une présence ministérielle pour en faire l’annonce selon nos informations.

Actualités

Retour à Trois-Rivières de l’exposition La Mauricie s’agrandit

TROIS-RIVIÈRES — L’exposition La Mauricie s’agrandit présente les différents visages de l’immigration dans la région. Et jusqu’au 22 mars, cette exposition itinérante est présentée gratuitement au Musée Pop de Trois-Rivières.

Présentée par le Service d’accueil des nouveaux arrivants (SANA) Trois-Rivières et conçu par l’artiste photographe Lucie Larin-Picard, cette exposition présente des moments du quotidien de personnes immigrantes. Dans l’élaboration de son travail, l’artiste a recueilli les témoignages des parcours migratoires des participants. Le public découvrira donc les portraits de 20 personnes ayant adopté notre région.

Arts et spectacles

Audrey Charron expose

Le Centre de diffusion Presse Papier présente, jusqu’au 9 février prochain, l’exposition des oeuvres d’Audrey Charron sous le titre Les planches anthropomorphiques. L’artiste y présente le fruit de sa démarche artistique par laquelle elle se tourne sur la beauté intérieure de l’être représentée par l’image du papillon intégrée à des organes du corps humain.

Les arts en bref

Bibliothèque centrale de Bécancour

TROIS-RIVIÈRES — Les œuvres de l’artiste en arts visuels Françoise Déry, de Bécancour, sont présentées à la Bibliothèque centrale de Ville de Bécancour jusqu’au 23 février. L’artiste utilise des techniques mixtes, mêlant à l’acrylique, le plâtre, les coquilles d’œufs, le sable, etc. pour créer des œuvres texturées et vivantes. Au terme de son exposition, l’artiste fera tirer une toile parmi les visiteurs qui n’ont qu’à remplir un coupon de participation sur place. La Bibliothèque centrale invite d’ailleurs les artistes professionnels et amateurs en arts visuels de la Ville de Bécancour et des environs à présenter un projet d’exposition qui pourrait être présenté dans sa salle d’exposition. Pour de plus amples informations: 819-294-4455, poste 560.

Musée des cultures du monde

Dans le cadre de son calendrier culturel, le Musée des cultures du monde invite le public à assister à la prochaine conférence du mois de janvier: Science et religion avec Jean-Sébastien Dessureault. Elle sera présentée le 28 janvier à 19 h dans le cadre de l’exposition L’étoile de Bethléem, l’histoire se poursuit. La conférence vise à expliquer les limites de la science et de la religion de façon objective et constructive en tentant de démêler croyances et faits. La conférence sera suivie d’une séance d’observation astronomique si les conditions météorologiques le permettent. Le tarif est de 8 $ pour les non-membres et de 6 $ pour les membres-amis. Pour plus d’informations et pour réserver une place: 819-293-6148, poste 1021 ou communication@mdrm.ca.

Arts et spectacles

Esprits et vivants font équipe

TROIS-RIVIÈRES — L’année du 100e anniversaire du Théâtre des Nouveaux Compagnons commence de la plus éloquente façon: la présentation d’une nouvelle pièce. Le choix de la direction s’est porté sur La traverse de l’autrice québécoise Corinne Sévigny-Lévesque mise en scène par un duo formé d’Annie Trudel et de Lucie Trudeau.

Le choix d’une mise en scène conjointe est assez inhabituel et on le doit au simple hasard. Annie Trudel explique: «La pièce m’a été présentée par Adamo Ionata et je suis carrément tombée en amour avec elle. J’en ai simplement discuté avec Lucie Trudeau qui la connaissait et qui avait, elle aussi, eu un très gros coup de cœur. On a décidé de la mettre en scène ensemble alors que j’assume davantage la scénographie, les déplacements et Lucie, le travail avec les comédiens.»

Actualités

La Chapelle du vieux corbeau: une expérience pour tous les sens

La Tuque — Pierre et Ken Ménard ont métamorphosé l’église de La Bostonnais pour fonder la Chapelle du vieux corbeau au début de 2019. Depuis, les dirigeants ont le vent dans les voiles. Ils ont encore la tête pleine d’idées et pas seulement pour les activités entre les quatre murs. Ils souhaitent développer d’autres types de projets autour de l’église.

«Il y a un terrain situé l’autre côté de la rue, un terrain qu’on veut développer. Il y a quelque chose à faire là-dessus. On veut installer un paintball et un bootcamp, c’est un genre de tracé militaire pour le conditionnement physique, mais c’est aussi familial. On veut aussi travailler sur un programme éducatif avec l’école forestière. On pourrait faire une plantation d’arbres pour limiter les inondations», lance Pierre Ménard.

Arts et spectacles

Un autre prix pour le Musée des Ursulines

TROIS-RIVIÈRES — Après une année 2019 faste, le Musée des Ursulines connaît un magnifique début de 2020. L’Institution trifluvienne vient en effet de remporter le Prix d’histoire du Gouverneur général pour l’excellence des programmes communautaires. La direction de l’établissement recevra le Prix des mains de Son Excellence Julie Payette le lundi 20 janvier lors d’une cérémonie à Rideau Hall.

Le Prix vise à honorer les projets novateurs qui incitent les communautés à explorer des aspects uniques de leur passé et à les faire découvrir. Il s’accompagne d’une bourse de 2500 $.

Arts et spectacles

LP s’arrêtera à l’Amphithéâtre

TROIS-RIVIÈRES — La chanteuse américain LP présentera son spectacle à l’Amphithéâtre Cogeco le vendredi 22 mai prochain. La chanteuse, de son véritable nom Laura Pergolizzi, est une vedette établie à l’échelle internationale notamment pour son plus grand succès, la chanson Lost On You.

La chanteuse new-yorkaise au look androgyne a cinq albums à son actif et son spectacle trifluvien devrait comporter davantage de chansons de son dernier, Heart To Mouth, lancé en 2018. L’ont précédé: Heart-Shaped Scar, en 2001, Suburban Sprawl & Alcohol, en 2004, Forever For Now, en 2014 et Lost On You, sorti en 2017.  Plutôt abonnée aux scènes indépendantes depuis le début de sa carrière, c’est beaucoup la sortie de Lost On You qui lui a donné une nouvelle direction, la faisant exploser sur les scènes populaires. La chanson-titre de l’album s’est notamment fait connaître par son utilisation dans le cadre de la série télévisée à grand succès Orange is the New Black.

Le succès de la chanteuse de 38 ans d’origine italienne se résume en quelques chiffres très impressionnants: elle a récolté plus de 500 millions d’écoutes sur les sites de diffusion. La chanson Lost On You a atteint le statut de disque platine en Russie, en Pologne en Grèce, en Suisse, en Italie et en France et est même devenue disque diamant au Mexique. De son tout dernier album, la chanson Girls Go Wild a été sélectionnée comme la chanson la plus jouée à la radio en Italie en 2019.

Sa popularité a ouvert à LP les plateaux d’émissions télévisées aussi prestigieuses que le Tonight Show avec Jimmy Fallon ou le Late Late Show with James Corden. Si on la connaît principalement pour les chansons dont elle est elle-même l’interprète, elle a aussi écrit pour d’aussi grands noms que les Backstreet Boys, Christina Aguilera, Rihanna ou Cher.


Arts et spectacles

La fin... et le début d’une nouvelle aventure

CHRONIQUE / C’est la tête remplie d’histoires et le corps vidé de toutes mes larmes que j’écris ce dernier article sur notre visite, de mes collègues de QW4RTZ et moi, des différents programmes et initiatives de SOPAR-Bala Vikasa dans le sud de l’Inde.

NDLR: Porte-parole de SOPAR, la formation vocale trifluvienne QW4RTZ est allée en Inde pour participer à un séjour d’apprentissage en compagnie de l’organisme voué au développement international dans ce pays. Les membres du quatuor ont accepté de partager leur expérience humanitaire avec les lecteurs du Nouvelliste.

Cinéma

Oscars: «Joker», «1917», Tarantino et… «Parasite» au plus fort de la course!

Comme prévu, «Joker» (11 nominations), «1917» (10), «Il était une fois à Hollywood» (10) et «The Irishman» (10) compétitionneront dans les catégories de pointe aux Oscars. Mais surprise, le «Parasite» de Bong Joon-ho se retrouve aussi nommé pour les statuettes des meilleurs film, réalisateur et scénario en plus de celle pour le film international! On repassera toutefois pour la diversité…

La dernière fois, sauf erreur, qu’un long métrage produit à l’extérieur des États-Unis avait obtenu un tel succès auprès des membres de l’Académie : Tigre et dragon d’Ang Lee en 2001, qui était reparti avec quatre Oscars.

Arts et spectacles

Grosse année pour le Musée POP

TROIS-RIVIÈRES — Le Musée POP a connu une année 2019 faste avec une augmentation de la fréquentation de l’ordre de 10 % par rapport à 2018 pour atteindre le chiffre des 68 000 visiteurs.

Au cours des quatre dernières années, la fréquentation a été en constante progression à partir d’un chiffre se situant un peu au-dessous des 50 000 visiteurs en 2015. Autre chiffre intéressant, il appert que quelque 80 % des visiteurs du Musée POP proviennent de l’extérieur de la région.

Actualités

Investir des profits dans des causes sociales

NDLR: Porte-parole de SOPAR, la formation vocale trifluvienne QW4RTZ est actuellement en Inde pour participer à un séjour d’apprentissage en compagnie de l’organisme voué au développement international dans ce pays. Les membres du quatuor ont accepté de partager leur expérience humanitaire avec les lecteurs du Nouvelliste.

Business as usual is dead (L’expression «faire des affaires comme si de rien n’était» n’est plus).

Arts Magazine

Rick Pagano: expérience et spontanéité [VIDÉO]

Trois-Rivières — Rick Pagano roule sa bosse depuis qu’il a 16 ans. La musique le porte, le fait vivre et est intrinsèquement liée à son être. C’était comme ça avant son passage remarqué à La voix et ça l’est après aussi. Cette aventure, qui l’a mené jusqu’en demi-finale, a été une étape de plus pour l’auteur-compositeur-interprète qui tire le meilleur de cette expérience.

Bien sûr que La voix lui a donné un élan inespéré mais il n’était pas question d’y perdre son identité durement modelée au fil des succès et des échecs. Rick Pagano ne sortait pas de nulle part. Il avait étoffé son CV musical avec son groupe Final State qui s’est effrité quelque temps avant son passage au populaire concours télévisé. Il songeait à lancer sa carrière solo et La voix arrivait à point.

Arts

Espoir, entraide et solidarité

NDLR: Porte-parole de SOPAR, la formation vocale trifluvienne QW4RTZ est actuellement en Inde pour participer à un séjour d’apprentissage en compagnie de l’organisme voué au développement international dans ce pays. Les membres du quatuor ont accepté de partager leur expérience humanitaire avec les lecteurs du Nouvelliste.

Tout comme moi, on vous a sûrement déjà dit une phrase comme «Pense aux enfants pauvres dans le monde» lorsque petit, vous ne vouliez pas terminer votre assiette ou que vous vous plaigniez de tout et de rien. 

Ce petit malaise refoulé que nous avons tous en pensant aux inégalités entre notre confortable vie nord-américaine et la situation précaire de milliards d’humains sur Terre, j’avais bien peur qu’il ne m’explose au visage en arrivant en Inde. J‘étais pratiquement réfractaire à l’idée d’aller y constater la misère humaine, de peur de tomber dans une spirale de culpabilité et de sentiment d’impuissance. 


Arts et spectacles

Salon du livre de Trois-Rivières

Trois-Rivières — La période d’inscription est ouverte pour le Stand des auteurs d’ici de la 32e édition du Salon du livre de Trois-Rivières.

En effet, le Salon offre aux auteurs de la Mauricie et du Centre-du-Québec la possibilité de promouvoir leurs œuvres littéraires en bénéficiant d’une belle visibilité lors de l’événement. Pour ce faire, l’auteur doit être résident de la Mauricie ou du Centre-du-Québec, il doit avoir publié un livre entre le 1er septembre 2018 et le 26 mars 2020 et la maison d’édition de l’auteur ne doit pas avoir loué de stand au salon du livre 2020. 

L’inscription est au coût de 25 $ par participant. Pour de plus amples informations ou pour se procurer le formulaire d’inscription: www.sltr.qc.ca/stand-des-auteurs-dici/ ou communiquer avec Anthony Ozorai par courriel à l’adresse communications@sltr.qc.ca ou encore par téléphone au 819-376-5308. Les demandes devront être acheminées au plus tard le 24 janvier 2020 à 17 h.

Arts et spectacles

Sunny Duval au Zénob vendredi soir: une envie de plages et de soleil

Trois-Rivières — C’est le spectacle du retour au bercail qu’offrira Sunny Duval au Zénob vendredi soir. Le Trifluvien établi à Montréal depuis 25 ans présentera les chansons de son plus récent album, Florida Champagne, de même que des compositions sorties des cinq albums inscrits à son compteur.

Son parcours musical est né à Trois-Rivières: les amateurs se souviendront de lui au sein de Féroce FETA à partir de 1991, groupe qui avait remporté le concours L’empire des futures stars. La sienne n’est d’ailleurs pas la seule carrière artistique que le groupe ait suscitée puisqu’on y retrouvait d’autres Trifluviens comme Martin Thibault, aujourd’hui réalisateur à la télévision ou Marc Fournier, comédien.

Arts et spectacles

Chante à plein cœur

NDLR: porte-parole de SOPAR, la formation vocale trifluvienne QW4RTZ est actuellement en Inde pour participer à un séjour d’apprentissage en compagnie de l’organisme voué au développement international dans ce pays. Au cours des prochains jours, les membres du quatuor ont accepté de partager leur expérience humanitaire avec les lecteurs du Nouvelliste.

«Chante à plein cœur», cette fameuse devise des Petits Chanteurs de Trois-Rivières qui se résume ainsi: Mettre du cœur, de l’ardeur et trouver le plaisir dans n’importe quel travail que l’on entreprend. Cette phrase résonne en moi depuis bien longtemps mais je n’aurais jamais pensé qu’elle résonnerait aussi fort aujourd’hui, en Inde, dans un village isolé du district de Warangal, l’un de ces nombreux villages qui ont récemment poussé le long des routes indiennes à cause de la surpopulation. «Chante à plein cœur» ce sont aussi les quelques mots qui sont désormais gravés sur la plaque commémorative située au pied du puits que nous avons inaugurée aujourd’hui. Même si nous avions pris cette décision sans avoir encore mis les pieds dans cet incroyable pays, je peux maintenant dire que nous n’aurions pas pu choisir meilleur précepte. Les gens qui font partie du programme SOPAR-Bala Vikasa font tout avec une passion difficile à décrire, et de surcroît, ils le font en chantant haut et fort, la tête haute et fière. C’est une grande leçon d’humilité pour nous quatre.

Arts et spectacles

En bref

Les Beaux Lundis

Le ciné-club Le Beaux Lundis de Shawinigan présente son 3e bloc de films qui seront diffusés jusqu’au 27 février 2020. Huit films s’inscrivent dans ce pan de programmation: Agnès par Varda, Parasite, Alice et le maire, Sympathie pour le diable, Manière de vivre, Waves, Les misérables et Papicha. Ces films sont diffusés aux Cinémas Biermans, de Shawinigan. Les gens qui désirent devenir membres du ciné-club peuvent obtenir les informations pertinentes sur les sites www.lesbeauxlundis.com ou www.facebook.com/lesbeauxlundis ou alors s’adresser à Place Biermans, 1553, boulevard Hubert-Biermans, Shawinigan, 819-539-8899, poste 201.

Arts et spectacles

Se déplacer pour saisir pleinement une cause

NDLR: porte-parole de SOPAR, la formation vocale trifluvienne QW4RTZ est actuellement en Inde pour participer à un séjour d’apprentissage en compagnie de l’organisme voué au développement international dans ce pays. Au cours des prochains jours, les membres du quatuor ont accepté de partager leur expérience humanitaire avec les lecteurs du Nouvelliste.

Il va sans dire qu’il fallait qu’un tel projet fasse l’unanimité; plus de 32 heures de vol avec escales avant d’arriver à destination. Intense! Pourquoi, avec notre horaire déjà surchargé, partir pour l’Inde? Nous nous sommes honnêtement posé la question, mais avec l’assurance que la cause était juste, comment aurions-nous pu dire non?

Justice et faits divers

«Courageuses»: Rozon gagne en appel

Le fondateur de Juste pour rire, Gilbert Rozon, a gain de cause contre «Les Courageuses» : la Cour d’appel a renversé le jugement de la Cour supérieure qui avait autorisé l’action collective du groupe de femmes contre lui pour 10 millions $.

Dans sa décision rendue mercredi, la Cour d’appel est toutefois divisée : deux juges ont accueilli l’appel de Gilbert Rozon, mais la troisième, Dominique Bélanger, l’aurait rejeté et laissé l’action collective se rendre jusqu’à procès.

Les fautes alléguées contre Gilbert Rozon dans cette poursuite sont des «questions individuelles qui devront être prouvées au cas par cas», et pour cette raison elles ne se qualifient pas pour une action collective, écrit la Cour d’appel.

Aucun tribunal ne s’est penché sur les gestes reprochés à l’ex-producteur de 65 ans par Les Courageuses. Cette décision rendue mercredi ne porte que sur la possibilité pour les femmes de se regrouper et de poursuivre ensemble, en se servant du mécanisme de l’action collective.

Et cela ne signifie pas forcément la fin des procédures.

Le juge Stephen Hamilton de la Cour d’appel — qui a rendu la décision pour la majorité — écrit dans le tout dernier paragraphe du jugement : «je réitère que cette conclusion ne porte que sur le véhicule procédural choisi par l’intimée, soit l’action collective, et ne concerne en rien le fond de l’affaire, sur lequel il ne m’appartient pas de me prononcer. D’autres moyens légaux sont à la portée des membres qui souhaitent entreprendre une action contre l’appelant, le rejet de l’action collective ne devant pas nécessairement entraîner un abandon des procédures ou une négation de la responsabilité de l’appelant».

Sans plus attendre, «Les Courageuses» ont fait savoir leur déception par communiqué, ainsi que leur intention de demander à la Cour suprême du Canada la permission de faire appel de ce jugement, dans «ce dossier d’importance pour toutes les victimes d’agression sexuelle au Québec», écrivent-elles.

Le jugement attaqué

L’action avait reçu le feu vert du juge Donald Bisson de la Cour supérieure en mai 2018.

Elle était portée par un groupe de femmes qui se sont elles-mêmes donné le nom «Les Courageuses». Elles accusent l’ex-producteur de harcèlement et d’agressions sexuelles. Elles avaient été autorisées à réclamer jusqu’à 10 millions $ en dommages punitifs, en plus des dommages moraux et pécuniaires.

Selon le groupe, M. Rozon aurait fait au moins 20 victimes sur une période de 34 ans, de 1982 à 2016, ce que réfute fermement l’ex-producteur.

Dans sa décision, le juge Bisson écrivait que selon lui, «le véhicule procédural de l’action collective a démontré son efficacité dans les dossiers d’agressions sexuelles puisqu’il a permis à des centaines de victimes d’avoir accès à la justice au Québec». Si «Les Courageuses» n’étaient pas autorisées à intenter leur action, «il est fort probable que de très nombreuses victimes seraient privées de l’exercice de leurs droits», poursuivait-il.

En juillet, Gilbert Rozon avait signalé son intention de contester ce jugement qu’il considérait être truffé d’erreurs. Il a finalement eu gain de cause.

En appel, le juge Hamilton a rappelé que pour que le véhicule procédural de l’action collective puisse être utilisé, plusieurs conditions doivent être remplies, dont celle-ci : les différentes personnes qui poursuivent de cette façon doivent soulever des questions de droit ou de fait identiques, similaires ou connexes.

Il donne un exemple-type d’une action collective : un produit défectueux. Toutes les personnes qui l’ont acheté ont la même cause contre le fabricant, pour les mêmes motifs et les dommages réclamés sont souvent les mêmes.

Mais ici, ce n’est pas le cas, selon la Cour : «Les gestes et les paroles reprochés auraient eu lieu à différents moments sur une période d’au moins 34 ans envers différentes personnes. La nature des gestes varie grandement d’une personne à l’autre. Le contexte n’est pas toujours le même. Ces gestes devront être prouvés de façon individuelle et non de façon commune».

Le juge Hamilton rappelle que le juge Bisson avait aussi mentionné que Gilbert Rozon avait un «modus operandi». Mais il estime que ce modus operandi se limite au «statut» de Gilbert Rozon, soit sa position de pouvoir et d’influence, notamment dans le monde artistique. Mais ici aussi, il n’y a pas d’élément commun à toutes les présumées victimes, car il faudra qu’il soit démontré, pour chacune d’entre elles, qu’elles étaient au courant de son influence.

Finalement, le préjudice subi par les femmes n’est pas le même. Il peut «varier grandement», écrit le magistrat de la Cour d’appel, en fonction de nombreux facteurs, dont la nature de l’agression, ses impacts physiques et psychologiques, et mêmes financiers.

La juge Bélanger, dissidente dans cette affaire, est d’avis que la décision du juge Bisson est bien motivée et ne contient aucune erreur de droit.

Cette action civile est distincte des accusations criminelles qui ont été portées contre l’homme. Il fait actuellement face à un chef d’accusation de viol et à un autre d’attentat à la pudeur pour des gestes qui auraient été posés en 1980. Ce procès criminel aura lieu en juin.

Arts et spectacles

Shawicon: plus gros, plus grand et plus populaire

Shawinigan — La 5e édition du Shawicon, qui sera présentée les 1er et 2 février 2020, démontre à plusieurs égards que l’événement est non seulement bien implanté à Shawinigan mais qu’il est appelé à se développer au cours des années à venir.

Un élément de nouveauté est, à ce titre, très éloquent: le déménagement à Espace Shawinigan qui s’impose devant le manque d’espace au DIGIHUB où le Shawicon était présenté l’an dernier. Espace de manœuvre pour les invités, les participants et le public, certes, mais surtout espace pour le stationnement. L’an dernier, les quelque 1750 visiteurs ont eu quelques difficultés à trouver l’espace pour laisser leur voiture et comme en 2020, les organisateurs visent à atteindre le chiffre des 2000 personnes, un changement de site s’imposait.

On conserve cependant le principe d’un événement se conjuguant sur deux journées pour le grand public alors que les portes s’ouvriront à 10 h le samedi pour se fermer à 19 h et que le dimanche, le Shawicon débutera à 10 h pour se clore à 17 h. 

L’événement manquerait de son habituel panache sans des invités de marque. On a misé sur la présidence d’honneur confiée à Denis Talbot mais également sur la présence de François Pérusse et de Jérémie Larouche auxquels s’ajoute Mike Quinn, un acteur britannique qui a interprété le rôle de Nien Nunb dans quatre épisodes de la saga des Star Wars. Il est également un marionnettiste très connu ayant travaillé sur des épisodes de Star Wars de même qu’avec le célèbre Jim Henson sur plusieurs productions. Ces invités vont prononcer des conférences en plus de rencontrer les visiteurs. 

L’essentiel concours de costumes aura évidemment lieu avec sa trentaine de participants en fin d’après-midi le samedi. Les inscriptions sont d’ailleurs présentement ouvertes sur le site web de l’événement (www.shawicon.ca). Par ailleurs, de nombreux groupes ont déjà confirmé leur participation comme la Garnison de la Forteresse impériale, la 501e Légion, M. Reptile avec son zoo mobile, des groupes de Vikings, le club de combat médiéval ou les Fils de Laviolette qui offriront des démonstrations de combats médiévaux avec de véritables armes et armures. 

Évidemment, une place importante sera faite aux jeux de table ou jeux vidéo. L’agrandissement de l’espace disponible permettra non seulement d’accueillir au-delà de 55 marchands dont plusieurs nouveaux mais il fera en sorte qu’on pourra installer des décors plus imposants pour la prise de photos comme celui de Star Wars qui mesurera plus de 20 pieds. Plus spectaculaire encore, on présentera la célèbre voiture Delorean du film Back to the Future dans laquelle les visiteurs pourront prendre place. «Il y a longtemps qu’on souhaitait le faire et enfin, cette année, on a l’espace», clamait fièrement le directeur général Nino Mancuso en conférence de presse. 

Il convient également de spécifier que grâce au programme de médiation culturelle de Culture Shawinigan, près de 500 jeunes de diverses écoles du territoire y passeront la journée de vendredi et qu’ils auront droit à une conférence de l’Académie eSport sur la cyberdépendance. 

La présence de Denis Talbot implique une nouveauté qui va ravir les fans de jeux en ligne puisqu’on installera un studio de télé complet sur le site pour assurer une diffusion en provenance de l’événement en direct sur le web. 

«L’espace agrandi va faire une grande différence parce qu’il va nous permettre de nouvelles choses impossibles dans le passé, a expliqué Nino Mancuso. Par exemple, on va avoir une arène de combat de 18 pieds par 18 dans laquelle des spécialistes de combats médiévaux avec armures et armes véritables vont s’affronter. Globalement, ça va être notre plus grosse édition depuis nos débuts et de loin! J’ai très confiance qu’on va atteindre un chiffre d’assistance au-delà de 2000 personnes. Ce qui est particulièrement intéressant, c’est que nos sondages des années antérieures confirment qu’un peu moins de 50 % des visiteurs viennent de la région et donc, les autres proviennent de l’extérieur avec les retombées économiques que ça entraîne.»

Dans le cadre de ses fonctions, Nino Mancuso est amené à visiter les événements de ce genre un peu partout. Non seulement y puise-t-il des idées mais il est à même de constater ce qui plaît à cette clientèle particulière. «C’est une des raisons pour lesquelles on est allé chercher François Pérusse puisque j’ai pu constater qu’il est extrêmement populaire dans ce genre de conventions. L’espace supplémentaire sur lequel on peut désormais compter nous permet de nous projeter dans l’avenir en sachant que nous aurons toute la place nécessaire pour se développer davantage. Dans notre tête, le Shawicon est là pour plusieurs années à venir et il va continuer de prendre de l’ampleur. C’est fou parce que quand je me suis lancé là-dedans il y a cinq ans, je n’avais aucune idée de ce que ça pourrait devenir et on se retrouve cinq ans plus tard avec un événement dont je suis extrêmement fier.»

À ses yeux, l’arrivée de la diffusion de l’événement à travers le format du Podcast constitue une innovation majeure puisqu’elle permettra de rejoindre une clientèle qui sort peu. «C’est une clientèle cible auprès de laquelle on va se faire connaître et on va essayer de leur donner le goût de venir vivre l’événement en personne.»

Actualités

Mettre en lumière les proches aidants

TTROIS-RIVIÈRES — Présentée à Nicolet et Bécancour en janvier, l’exposition Solidaire de l’organisme Appui Centre-du-Québec met en lumière des proches aidants de la région.

L’exposition est présentée tout le mois de janvier dans les bibliothèques de Bécancour et de Nicolet. On y découvre des photographies de proches aidants au quotidien alors qu’ils accompagnent un proche.

Arts Magazine

2020 en culture: les promesses de l’aube

TROIS-RIVIÈRES — L’arrivée d’une toute nouvelle année génère immanquablement de nouveaux espoirs. L’année 2020 saura-t-elle être à la hauteur des espoirs ainsi créés? Voici quelques éléments qui suscitent la curiosité pour l’année à venir dans le monde culturel dans la région.

Spectacle Hommage aux divas

À chaque fin d’année depuis six ans, on se pose la question à savoir quelle forme prendra la prochaine mouture des spectacles d’hommage que le Cirque du Soleil présentera l’été suivant à l’Amphithéâtre Cogeco. Les concepteurs du spectacle ont été plutôt avares d’informations jusqu’à maintenant mais on sait cependant que ce sont les divas québécoises qui seront à l’honneur en 2020. Ça laisse place à toutes les spéculations et à toutes sortes d’espoirs quant à l’identité des artistes et au contenu musical du spectacle. Le Cirque et sa filiale 45 Degrees, qui réalise le spectacle, ne nous ont pas déçus jusqu’ici alors, il y a assurément lieu d’être optimiste tant pour la qualité du spectacle que pour son succès.

Arts et spectacles

Steve Dubé désigné personnalité de l’année

TROIS-RIVIÈRES — L’année culturelle 2019 aura été riche et marquée par de nombreux événements et l’apport d’autant de personnalités qui se sont imposées. Dans l’ensemble du portrait, le succès grandissant de l’Amphithéâtre Cogeco, qui a connu de nouveaux records cette année, retient particulièrement l’attention. Derrière ce succès se dessine notamment le travail d’une personne: le directeur général de la Corporation des Évènements de Trois-Rivières Steve Dubé. Le Nouvelliste retient son nom comme personnalité de l’année 2019 dans le domaine culturel.

Steve Dubé est à la tête aussi bien de la Corporation que de l’Amphithéâtre Cogeco qui reste le pilier essentiel de sa fonction. On convient aisément que dès son ouverture, la gestion de l’Amphithéâtre a constitué un défi d’une grande ampleur et les résultats ont été constamment impressionnants mais jamais autant qu’en 2019.

Arts et spectacles

QW4RTZ part vers l’Inde

TROIS-RIVIÈRES — Engagé auprès de la jeunesse, dans une perspective tant musicale qu’éducative, le quatuor vocal trifluvien QW4RTZ élargit ses horizons et se joint à SOPAR-Bala Vikasa, un organisme sans but lucratif voué au développement international en Inde, dont il devient le porte-parole. Le groupe sera en Inde pour un court, mais intense séjour d’apprentissage au début du mois de janvier.

C’est à travers les différents spectacles-conférences – QW4RTZ en fait une centaine par année – que l’ensemble trifluvien en est venu à connaître SOPAR (pour Société de partage). Malgré 40 ans d’activité, l’organisme demeure largement inconnu, constate François Pothier Bouchard, membre du quatuor trifluvien. «Ça faisait longtemps qu’on cherchait une cause que l’on aurait à cœur. Donc, si on peut leur donner un peu de visibilité, c’est tant mieux», déclare-t-il.

Arts

Une année dont on se souviendra pour...

TROIS-RIVIÈRES — L’année 2019 ne sera bientôt plus. Elle n’existera que dans nos mémoires mais ils y seront pour longtemps. Voici quelques souvenirs que nous garderont de cette année dans le monde des arts et de la culture. On n’y va pas dans un autre ordre que celui de notre fantaisie.

Nouveau chef à l’OSTR

La direction de l’orchestre trifluvien a mis en place un processus rigoureux pour trouver le remplaçant de Jacques Lacombe comme chef attitré et directeur musical. En mars, on annonçait que Jean-Claude Picard, un jeune chef de 39 ans, avait été sélectionné. Cet amant de la musique russe et scandinave avait charmé les musiciens au terme d’une audition avec eux et semble avoir eu le même impact auprès du public. Il faut dire que l’OSTR a beaucoup misé sur son image de jeune premier pour sa saison 2019-2020 et l’entrée en scène du nouveau chef le 21 octobre pour e concert d’ouverture de la saison a été un succès tel qu’il est légitime de parler de coup de foudre.

Musique

Les disparus de 2019: musique

Tout comme en 2018, 2019 a été marquée par la perte de plusieurs grands noms de la colonie artistique. Voici quelques-uns de ceux à qui nous avons dit au revoir au cours des derniers mois, mais qui resteront bien vivants à travers leurs œuvres.

Johnny Clegg (66 ans, 16 juillet)

Celui qu’on avait surnommé le «zoulou blanc» a bâti sa carrière sur la lutte à l’apartheid, en Afrique du Sud, en mariant les rythmes traditionnels autochtones aux sonorités occidentales. L’artiste aux cinq millions d’albums vendus a connu son apogée dans les années 90 avec son succès planétaire Asimbonanga, composé en hommage à Nelson Mandela. Clegg était venu à quatre reprises au Festival d’été, sa dernière présence remontant à 2007.

+

Cinéma

Les disparus 2019: cinéma

Tout comme en 2018, 2019 a été marquée par la perte de plusieurs grands noms de la colonie artistique. Voici quelques-uns de ceux à qui nous avons dit au revoir au cours des derniers mois, mais qui resteront bien vivants à travers leurs œuvres.

Agnès Varda (29 mars, 90 ans)

Agnès Varda fut une artiste exceptionnelle, mais aussi une pionnière hors-norme. Seule réalisatrice de la Nouvelle Vague, sa contribution au cinéma, tant en fiction qu’en documentaire, fut remarquable de La pointe courte (1955) à Varda par Agnès (2019). Elle fut aussi de tous les combats pour s’assurer que les femmes obtiennent la place qui leur revient. Bel hommage, une photo de l’immortelle en plein tournage fut choisie pour orner l’affiche du 72e Festival de Cannes.

Télé

Les disparus de 2019: télé

Tout comme en 2018, 2019 a été marquée par la perte de plusieurs grands noms de la colonie artistique. Voici quelques-uns de ceux à qui nous avons dit au revoir au cours des derniers mois, mais qui resteront bien vivants à travers leurs œuvres.

André La Chapelle (21 novembre, 88 ans)

Modèle de grâce et de beauté, la comédienne était de la naissance de la télévision, apparaissant dans de nombreux téléthéâtres. Trop souvent associée à des personnages issus de la bourgeoisie, notamment dans Monsieur le ministre et La maison Deschênes, elle connaîtra ses plus riches expériences au théâtre, et deviendra l’égérie de Marcel Dubé. Sa dernière prestation dans le long métrage Il pleuvait des oiseaux, une de ses rares au cinéma, ne lui vaudra que des éloges.

Réal Giguère (11 février, 85 ans)

Monument de la télévision, il participe aux débuts de Télé-Métropole, station à laquelle il restera associé la majeure partie de sa longue carrière, avec des émissions comme Dix sur dix, Réal Giguère illimité et Galaxie. Auteur de téléromans, il signe L’or du temps durant huit saisons à TVA. Aussi comédien et chanteur à ses heures, il monte sur scène pour La cage aux folles et obtient un immense succès sur disque avec Gros jambon.

Pierre Nadeau (3 septembre, 82 ans)

Journaliste emblématique de Radio-Canada, il demeure l’une des plus grandes vedettes de l’information, ayant couvert des conflits un peu partout sur la planète. Maître des entrevues musclées, il a rencontré les plus grands, et animé Le 60, Le point, Enjeux et de nombreux magazines d’affaires publiques, à Radio-Canada mais aussi Radio-Québec et à TVA. Un modèle jamais égalé.

Jean Pagé (10 décembre, 73 ans)

Né à Chicoutimi, il a fait son entrée à la station de Radio-Canada à Québec, avant de devenir une figure marquante de l’équipe des sports à Montréal, d’où il a animé La soirée du hockey. Il passe à TQS en 2003 pour piloter les débats de 110 % et de L’attaque à 5 durant huit ans. Il prendra très à cœur son rôle de porte-parole de Procure, un organisme qui sensibilise les hommes à l’importance du dépistage et de la prévention du cancer de la prostate, dont il était atteint.

Sans oublier...

  • Louise Desrosiers, 12 janvier, 59 ans: Animatrice et chroniqueuse de Québec à Café Show, L’arche de Noé et Pas si bête que ça
  • Kristoff St. John, 3 février, 52 ans: Acteur afro-américain, il jouait Neil Winters dans le soap Les feux de l’amour depuis 1991
  • Luke Perry, 4 mars, 52 ans: Acteur américain, célèbre pour son rôle de Dylan McKay dans Beverly Hills, 90210
  • Ken Kercheval, 21 avril, 83 ans: Acteur américain, principalement connu pour son rôle de Cliff Barnes dans Dallas
  • Doris Day, 13 mai, 97 ans: Chanteuse et actrice américaine, vedette du cinéma et de la comédie télévisée Que Sera Sera
  • Tim Conway, 14 mai, 85 ans: Comédien américain, faire-valoir de la vedette du Carol Burnett Show à CBS
  • Jocelyne Blouin, 27 mai, 68 ans: Météorologue, elle a présenté les bulletins météo du Téléjournal de 1978 à 2011
  • Claude Lemieux, 29 juin, 67 ans: Comédien et metteur en scène, interprète du journaliste Bertrand Fournel dans Omertà
  • France Nadeau, 9 juillet, 85 ans: Journaliste et animatrice de Femme d’aujourd’hui à Radio-Canada, mère de Pascale Nadeau