Arts

Collection Robert-Lionel Séguin: les discussions se poursuivent

TROIS-RIVIÈRES — La directrice du Musée Pop de Trois-Rivières, Valérie Therrien, a bon espoir d’en arriver dès cette année à une entente avec l’Université du Québec à Trois-Rivières au sujet de la collection Robert-Lionel-Séguin qui compte 22 000 objets.

L’entente entre le Musée et l’UQTR est échue depuis le 30 octobre 2003. Plusieurs discussions, parfois difficiles, ont eu lieu au fil des années entre les deux institutions. C’est que la collection appartient à l’UQTR depuis 1983, mais le Musée québécois de la culture populaire (ancien nom du Musée Pop) avait obtenu, en 1991, le mandat de la gestion, de la conservation et de la mise en valeur, un travail qui implique des frais annuels de 140 000 $. Le Musée réclamait donc une compensation financière à l’UQTR, mais l’institution a toujours refusé, allant même jusqu’à proposer au Musée de lui céder la collection pour la somme symbolique de 1 $, ce qui ne s’est finalement pas concrétisé. Les frais sont donc assumés par le budget de fonctionnement du Musée. Ce qui rend la situation encore plus lourde pour le Musée, c’est que son budget de fonctionnement a subi des coupes, en 2016.

Arts et spectacles

Entre nature et préhistoire

TROIS-RIVIÈRES — Le Centre d’exposition Léo-Ayotte présente jusqu’au 17 février, deux expositions qui évoquent la nature et la préhistoire. D’une part, le travail d’estampe de Micheline Bertrand, Carole Fisette et Laurence Prévost est présenté sous le titre Origo et se veut une réinterprétation de l’art préhistorique d’un œil actuel. D’autre part, Marie-Louise Guillemette propose Errance et appartenance: de Miguasha à Shawinigan qui s’inspire de la roche rouge de cette région de la Gaspésie. Par des techniques mixtes, de la sculpture et du bas-relief, elle transpose cette vision d’un lieu où se rencontre la terre, le roc et l’eau salée.

Piano rouge dans le cadre des matinées symphoniques

Les Matinées symphoniques de l’Orchestre symphonique de Trois-Rivières présentent, le 27 janvier à 11 h, Piano rouge, un concert de musique russe à quatre mains qui sera interprété par Jeanne Amièle et Simon Larivière. Dans le Foyer Gilles-Beaudoin, les deux lauréats du concours de l’OSTR offriront des pièces de Moussorgski, Tchaïkovski, Stravinski et Rachmaninov. Les billets sont disponibles au 819 380-9797 au coût de 22,12 $ pour les adultes et de 12,50 $ pour les étudiants. L’entrée est gratuite pour les moins de 12 ans avec la réservation d’un billet.

Arts et spectacles

Jordane Labrie: le folk dans le sang

Trois-Rivières — Si les voyages forment la jeunesse, peut-être que les déplacements en train forment les musiciens. C’est assurément le cas de Jordane Labrie qui, à la suite d’un périple d’une douzaine de jours par la voie des rails d’un bout à l’autre du Canada, lance un album inspiré essentiellement de cette expérience. Son titre? 12 jours, tout simplement.

La jeune femme originaire des Escoumins s’est notamment fait connaître en participant à La Voix VI où son intensité et l’expressivité de sa voix ont conquis les juges l’hiver dernier. Depuis, la chanteuse profite d’un engouement qui la comble, elle qui affirme qu’elle n’a jamais eu d’autre plan professionnel dans la vie que de faire de la musique.

Arts et spectacles

100 % Broadway: en phase avec leur temps

CRITIQUE / Les Productions de la 42e Rue ne s’encroûtent assurément pas et avec leur nouveau spectacle, 100 % Broadway, ils offrent notamment à leur public un petit aperçu de ce qui se passe présentement à Broadway. Rafraîchissante soirée devant une salle Anaïs-Allard-Rousseau pas tout à fait comble mais presque. Le spectacle sera repris samedi soir ainsi que dimanche à 14 h.

En une vingtaine de numéros, d’inégales valeurs il est vrai, ils font un tour d’horizon qui devrait plaire à un vaste public à cause de la variété des styles, des musiques, des thèmes. Difficile de pointer le meilleur numéro de la soirée mais on peut dire que les deux extraits de Hamilton constituent certainement des moments excitants. Pas simplement parce que les numéros sont bien rendus mais parce qu’ils nous ouvrent une porte sur l’évolution actuelle de Broadway. Le rap y a désormais sa place et même si cela peut sembler étonnant, il remplit parfaitement son mandat de divertissement tout en offrant la plus-value d’un contenu qui grince et frappe assez fort.

Arts et spectacles

Vincent Leclerc: l’humanité de Séraphin

TROIS-RIVIÈRES — Pour en apprendre davantage sur ce qu’il adviendra de Séraphin au cours de la saison des Pays d’en haut qui vient de débuter, ne comptez pas sur Vincent Leclerc. L’interprète d’origine trifluvienne - il est né ici mais a quitté à l’âge d’un an - ne dévoilera rien de l’intrigue à venir si ce n’est que de confirmer que Séraphin prend une «grosse débarque» et que cela constitue pour lui une magnifique occasion de donner plus de texture à son personnage.

«Ce qui me stimule beaucoup dans ce projet, c’est que l’auteur continue de me pousser dans de nouvelles zones. Chaque scène implique beaucoup de travail parce que j’ai toujours quelque chose d’intéressant à exprimer. Il n’y a pas de banales scènes de transition dans cette série. Il y a toujours du contenu et comme pour moi, c’est environ 150 scènes par saison, c’est constamment un gros défi. Il y a deux ans, c’était le tétanos dont a souffert Séraphin qui m’a obligé à faire des recherches pour bien définir les symptômes. Puis, cette année, on explore la dépression et ça pousse le personnage dans ses derniers retranchements et, pour moi, c’est vraiment très intéressant.»

Arts et spectacles

«Un coup de cœur»

La Tuque — Passionnée des arts, de la culture, des communications et de gestion, Marie Pierre Mailhot est tombée en amour avec la Haute-Mauricie dès sa première visite. Elle et sa famille ont choisi La Tuque. Deux ans après son arrivée dans sa terre d’accueil, la dynamique jeune femme est désormais la nouvelle directrice générale de la Corporation des arts et de la culture (CDAC) et du complexe culturel Félix-Leclerc.

«J’ai postulé sur un coup de cœur», avoue-t-elle d’emblée.

Arts et spectacles

Jean Chatillon s’est éteint

Trois-Rivières — C’est avec regret qu’on a appris jeudi le décès du compositeur nicolétain Jean Chatillon à l’âge de 81 ans. Le musicien s’est éteint dans son sommeil à la Résidence du Faubourg de Nicolet où il habitait depuis deux ans.

Bien connu comme musicien dans sa jeunesse, il a commencé à composer à l’âge de treize ans.

Arts et spectacles

Récital d’orgue

Pro-Organo présentera ce dimanche 20 janvier à 14 h, à la chapelle du Séminaire de Trois-Rivières, un récital d’orgue de Richard Paré, titulaire des orgues de l’église des Saints-Martyrs-Canadiens de Québec. Formé au Conservatoire de musique de Québec, il a été membre fondateur des Violons du Roy et est claveciniste régulier à l’Orchestre Symphonique de Québec. Le récital sera précédé d’une prestation d’un élève du Conservatoire de musique de Trois-Rivières. Les billets, au coût de 20 $, sont disponibles par le site proorgano.ca, par téléphone au 819-372-7652 ou au 819-609-0717.

Arts et culture

Fin des Nuits polaires

Après plus de dix ans d’animation hivernale dans les rues du centre-ville de Trois-Rivières, les Nuits polaires ne seront pas retour en 2019.

Le conseil municipal a pris la décision de ne pas renouveler le financement de l’événement qui était sous la responsabilité de la Corporation des événements depuis quelques années. Le président du groupe de travail Culture, loisirs et vie communautaire, le conseiller François Bélisle, soutient que le conseil a dû se résoudre à prendre cette décision en raison de l’augmentation constante du nombre d’événements qui animent la ville annuellement.

«Ça s’inscrit dans l’analyse cet été de tous les événements. Il fallait revoir les dépenses et juste la direction Culture, loisirs et vie communautaire, c’est le plus gros budget de la Ville. Par habitant, nous sommes la ville qui investit le plus au Québec. [...] Gérer, c’est faire des choix», mentionne le conseiller représentant le district Pointe-du-Lac.

Néanmoins, l’élu laisse sous-entendre qu’un nouvel événement pourrait voir le jour au cours des prochaines années.

Après avoir été investi d’une mission familiale au cours des premières années, le défunt événement s’est progressivement transformé par la suite. 

Au cours des deux dernières années, il se limitait à des spectacles nocturnes présentés lors de trois soirées échelonnées sur trois week-ends consécutifs.

Arts et spectacles

The Musical Box à l’Amphithéâtre Cogeco

 Le groupe The Musical Box présentera son plus récent spectacle intitulé GENESIS - Une soirée d’extravagance à l’amphithéâtre Cogeco le 13 juin prochain. Le groupe, dont le chanteur est le Trifluvien Denis Gagné et le batteur, le Trifluvien d’origine Bob St-Laurent, présente depuis 25 ans des spectacles en hommage au mythique groupe de rock progressif britannique Genesis et ce, à travers le monde. Le groupe reproduit à l’identique des spectacles du groupe mais, pour la première fois avec son spectacle actuel, il présente une rétrospective de pièces marquantes du groupe à l’époque où il était mené par Peter Gabriel tout en reproduisant, avec une exactitude confondante, des portions de spectacles sur scène. Le groupe est officiellement appuyé par les membres de Genesis et il s’est produit devant plus d’un million de personnes à travers le monde. Les billets seront mis en vente dès ce vendredi 18 janvier, à 11 h, via la billetterie de la salle Thompson ou au amphitheatrecogeco.com.