Mince avance pour le député péquiste sortant Yves-François Blanchet.

Yves-François Blanchet: «Je suis content de l'héritage qu'on laisse»

Défait dans son comté de Johnson par le candidat caquiste, André Lamontagne, propriétaire d'une entreprise en aéronautique, l'ancien ministre régional du Parti québécois, Yves-François Blanchet, se dit «content de l'héritage qu'on laisse».
«Je suis triste, mais je ne suis pas du tout démoralisé. Les Québécois doivent aller au bout de quelque chose», a-t-il confié au Nouvelliste tout en ayant des bons mots pour le gagnant, le décrivant de gars intelligent.
Selon lui, même si «les gens de la région ont pris ce qu'on leur a donné», faisant référence à toute l'aide accordée, ils ont été «suffisamment cyniques» pour dire quand même non au Parti québécois à cause «d'une fausse interprétation de faire la souveraineté et d'une campagne de peur qui a marché».
Ce qui ne l'empêche pas de prédire quatre années difficiles pour le mouvement souverainiste et la social-démocratie. «Ce seront des années de réflexion et de révision», admet-il.
Se définissant comme un gars de projet et d'action, M. Blanchet, qui était en politique depuis 2008, entend «continuer à nourrir mes racines au Centre-du-Québec et dans la Mauricie». On sait que le fougueux politicien va se marier cet été avec la représentante du district de la Rivière au conseil municipal de Shawinigan, Nancy Déziel.
«J'ai adoré ça être engagé ici. On n'arrête pas d'exister, on arrête d'être élu. Je suis incapable de ne pas me sentir utile», a-t-il avoué.
Quand on lui demande s'il se laissera tenter par l'aventure fédérale, l'an prochain, pour le Bloc québécois, M. Blanchet est catégorique: «je n'envisage pas ça du tout».
Après l'élection du gouvernement péquiste en septembre 2012, marquée par l'annonce de la fermeture de la centrale nucléaire Gentilly-2, il est devenu le ministre responsable de la région. Après avoir composé avec une certaine grogne, M. Blanchet aura pris la responsabilité du Fonds de 200 millions de dollars en menant à terme un bon nombre de projets.