Une victoire au Défi Réjean Huard comme cadeau de fête!

Année après année, le Défi Réjean Huard met en scène des personnes affichant des déficiences physiques ou intellectuelles qui franchissent la ligne d'arrivée habitées par le sentiment du devoir accompli. L'édition 2017 n'a pas fait exception alors que l'équipe victorieuse était notamment composée d'un participant qui célébrait son anniversaire de naissance.
C'est devant un peu plus d'une centaine de spectateurs présents aux abords du quai de l'avenue du Capitaine-Veilleux dans le secteur Shawinigan-Sud que les 12 équipes inscrites ont parcouru, mardi, un kilomètre à bord de leur embarcation. C'est le duo composé du canotier Samuel Frigon et de David Caron qui a finalement remporté la victoire. Ce dernier s'est dit très fier de monter sur la première marche du podium lorsque Le Nouvelliste s'est entretenu avec lui quelques instants après la course.
«Je me suis fait un beau cadeau de fête! J'avais un très bon partner qui m'encourageait. Il me disait up! up! up! pendant la course», a-t-il lancé sur un ton empreint d'excitation et de fierté.
Son partenaire d'un jour, Samuel Frigon, a confié se faire un devoir de prendre part à cette activité chaque année. Il se considère d'ailleurs chanceux de pouvoir accompagner ces personnes dans ce beau moment.
«La fierté qui les habite lorsqu'ils terminent la course, ça vaut le déplacement. C'est le fun de leur faire pratiquer ce qu'ils ont appris. David m'a notamment montré une nouvelle technique qu'il connaissait et je lui ai fait faire [pendant la course] parce qu'il était très fier et ça lui faisait plaisir», a-t-il raconté.
Cette activité constitue en quelque sorte le lancement des activités de la Classique de canots de la Mauricie, dont le départ sera donné samedi matin à La Tuque. C'est le regretté Réjean Huard, qui a en quelque sorte tenu la Classique à bout de bras pendant de nombreuses années, qui avait décidé en 1998 de créer cet événement afin de mettre en valeur des personnes affichant des déficiences physiques ou intellectuelles. C'est donc pour lui rendre hommage que les dirigeants actuels de l'événement ont décidé de donner son nom à l'activité qui était précédemment appelée le «Petit défi». Au fil des années, cet événement est devenu un incontournable de la programmation. 
Mais avant de pouvoir embarquer dans un canot et être en mesure de prendre part à la course, les participants doivent apprendre les rudiments de ce sport. À compter du mois de juin, ils participent donc à des séances d'entraînement chapeautées par les entraîneurs du Club de canotage de Shawinigan. Un de ces entraîneurs, Jimmy Pellerin, a pris part à la course en compagnie de Marie-Claude Ayotte. Le duo a complété l'épreuve au cinquième rang. Pour ce canotier d'expérience, cette implication n'a rien d'une corvée. Il se dit d'ailleurs impressionné chaque année par les progrès que font ses protégés au cours de l'été.
«Il y en a qui commencent à être bons parce qu'ils n'ont pas manqué une année et d'autres qui ne connaissent rien. Mais ils progressent beaucoup et à la fin, tu n'as plus besoin de leur parler et ils savent quoi faire», mentionne-t-il avant d'ajouter que cette activité fait, pour lui, partie intégrante de la Classique.