Une soirée survoltée

«Go Cats go! Go Cats go!». Ce cri de ralliement entonné par plus de 1200 personnes réunies sous le chapiteau de la Place du marché résonnait au centre-ville de Shawinigan hier soir alors que les Cataractes de Shawinigan ont remporté en prolongation les grands honneurs de la finale de la Coupe Memorial face aux Knigths de London. La fête s'est vite déplacée dans les rues de Shawinigan où les partisans des Cataractes ont célébré la victoire.
L'ambiance était déjà survoltée au grand chapiteau une heure avant le début du match. Rares étaient les places libres sous la tente où la couleur jaune de l'équipe shawiniganaise dominait largement le vert des Knights.
Rempli au maximum de sa capacité, le chapiteau a accueilli plus de 1200 personnes selon les organisateurs. Nombreux étaient les partisans qui se sont fait refuser l'accès au site du festival des fans tant l'endroit était pris d'assaut. Les amateurs de hockey incapables de se trouver une place assise sous le chapiteau se massaient debout à l'extérieur.
Les partisans des Cataractes réagissaient bruyamment à chaque chance de marquer des leurs. Toutes les occasions étaient bonnes pour faire du bruit avec des bâtons gonflables ou des sirènes. Les partisans des Cataractes ont quelque peu été refroidis après la première période de jeu.
Lucas Bellemare connaît bien son équipe favorite. Il assiste à tous les matchs locaux de la saison régulière et des séries éliminatoires. Vêtu d'un gilet des Cataractes autographié par plusieurs joueurs, il avouait être très nerveux après la première période de jeu. «Le but de London m'a beaucoup stressé», affirme le jeune amateur convaincu malgré tout que les Cats allaient revenir motivés en deuxième période.
Comme Lucas l'avait prédit, les Cataractes étaient transformés au deuxième engagement. L'équipe shawiniganaise s'est rapidement inscrite à la marque. Ce but a fait monter de plusieurs décibels les cris de la foule et Lucas a pu enfin faire tourner avec vigueur sa crécelle. Plus le match avançait, plus les partisans étaient bruyants.
L'ambiance était tendue après les 60 minutes de jeu réglementaires alors que les équipes étaient toujours à égalité.
Un centre-ville animé
Plusieurs personnes ont aussi profité de l'événement pour sortir en ville. Les terrasses de la 5e Rue étaient bondées avant le match. Les Shawiniganais étaient nombreux au centre-ville à encourager leurs Cataractes et à fréquenter les commerces locaux. La finale de la Coupe Memorial a créé un véritable happening au centre-ville de Shawinigan.
Les commerçants situés à proximité du chapiteau ont bien profité des entractes pour faire des affaires. «Nous sommes très occupés», lançait rapidement les mains surchargées le propriétaire du restaurant les Ailes Buffalo, Claude Villemure, qui précise avoir vendu plus de 7000 ailes de poulet uniquement hier. «On a connu un week-end d'enfer.»
Les organisateurs de la Coupe Memorial étaient plus que ravis de voir autant de spectateurs sous le chapiteau. «C'est la soirée la plus achalandée ici. Les fans de Shawinigan ont répondu à l'appel», souligne Julie Gagnon, agente aux communications de la Coupe Memorial 2012.
Une manifestation bien paisible
La manifestation de citoyens opposés à la loi spéciale ainsi qu'à la hausse des droits de scolarité aura finalement attiré une cinquantaine de personnes. Les participants voulaient que les médias de partout au Canada puissent entendre le son de leur casserole, instrument de revendication désormais indispensable au Québec. Après une marche dans les rues de Shawinigan, plusieurs dizaines de manifestants sont demeurés à la place du marché pour assister à la finale.
«Ce n'est pas parce que nous sommes des manifestants que nous n'aimons pas le hockey», précise un des participants à la marche, William Charbonneau. «On voulait venir écouter le match tout en étant habillé en rouge.»
Malgré plusieurs propos intimidants publiés cette semaine sur les médias sociaux, la manifestation s'est faite sans heurt. Quelques propos injurieux leur ont été lancés ici et là, sans plus. «Nous avons eu une très bonne collaboration des policiers. Nous avons porté plainte pour les propos menaçants publiés cette semaine envers les manifestants», précise William Charbonneau. «À part quelques personnes qui nous ont hués, tout s'est bien déroulé.»
Autorisée par les policiers, cette marche respectait les normes imposées par la loi 78. Les manifestants ont d'ailleurs été escortés par plusieurs agents de la Sûreté du Québec.