Pierre-A. Dupont et Marie-Claude Camirand

Une note presque parfaite

C'est un bilan pratiquement parfait qu'ont pu cumuler les conseillers municipaux Pierre-A. Dupont du district Sainte-Marguerite et Marie-Claude Camirand du district Chavigny. Avec chacun une seule absence de toutes leurs réunions respectives en 2016, les deux conseillers n'ont pas caché leur satisfaction, lorsque contactés par Le Nouvelliste afin de commenter ce bulletin de présence.
Au total, Marie-Claude Camirand a assisté à 63 des 64 réunions qu'elle avait à son horaire en 2016. Ceci est sans compter qu'elle cumulait aussi un emploi de coordonnatrice à l'organisme L'Accorderie, tout en étant mère de deux enfants. 
«Je suis très satisfaite, surtout compte tenu de ma situation. Je ne suis pas à la retraite, j'ai aussi des obligations professionnelles et familiales. Ça demande beaucoup d'organisation, c'est certain, mais nous sommes élus pour siéger et être présents alors c'est normal d'y être», convient Mme Camirand.
Cette dernière ne cache tout de même pas que cela demande beaucoup d'organisation.
«Sur le plan familial, c'est un vrai travail d'équipe et je suis chanceuse d'être aussi bien entourée. Depuis peu, mes deux enfants ont aussi l'âge légal d'être seuls à la maison alors ça facilite un peu certaines choses, mais je suis élue depuis 2009 et lorsqu'ils étaient plus jeunes, c'était aussi pas mal d'organisation», mentionne celle qui estime qu'une variété autour de la table du conseil demeure un élément qu'elle juge sain.
«Ça ne peut pas être juste des retraités. Il en faut, mais il faut aussi des jeunes, des parents avec de jeunes enfants, des travailleurs. Il faut représenter toutes les sphères de la société si on veut être un conseil représentatif», croit-elle.
De son côté, Pierre-A. Dupont est généralement un habitué des bons bilans de présence au conseil municipal. En 2016, il n'aura manqué qu'une seule de ses 70 réunions prévues à son agenda. 
«On est là pour ça, c'est pour ça que les citoyens nous ont élus et qu'on nous verse un salaire. Les gens s'attendent à ce qu'on soit présent et disponible pour eux, qu'on consacre notre temps à la Ville», croit M. Dupont.
À la retraite, M. Dupont estime qu'il consacre pratiquement 100 % de son temps à ses obligations pour la Ville, tant au conseil municipal, dans les différents groupes de travail sur lesquels il siège que pour les citoyens de son district. «Je n'ai pas vraiment de mérite, j'aime ça. Et c'est pour ça que j'ai voulu revenir en 2013», ajoute-t-il.
Variables
Le bulletin de présence des élus a beau être un exercice intéressant à suivre, il doit aussi être remis dans son contexte sur plusieurs points. Des variables viennent évidemment jouer sur les différents résultats obtenus. Alors que certains conseillers sont à la retraite et consacrent tout leur temps à leur fonction d'élus, d'autres ont des carrières à temps plein, de jeunes enfants, et doivent composer avec la réalité que cela apporte.
Des événements de la vie viennent aussi parfois teinter les choses, bien malgré nous. En 2016, au moins deux conseillers municipaux ont connu la perte d'un parent, Sabrina Roy du district Du Sanctuaire et Pierre-Luc Fortin du district Des Estacades, qui, en plus de composer avec les réalités de travailleurs et de parents de jeunes enfants, ont aussi dû jongler avec cette épreuve difficile à traverser.
Pour d'autres, ce fut la maladie. En effet, Jeannot Lemieux du district des Vieilles-Forges a dû manquer plusieurs séances au début de l'année 2016 en raison d'une opération au coeur. Son médecin lui a demandé de cesser alors toutes ses activités professionnelles et ses engagements. Cette réalité explique pourquoi il se retrouve au bas du classement cette année. En dehors de son congé de maladie, qui aura pris fin le 18 avril 2016, il n'a raté qu'une seule réunion d'un de ses groupes de travail pour le reste de l'année.