Alex Harvey (à gauche), a terminé au 18e rang du skiathlon 30 km, dimanche, à Sotchi.

Une journée à oublier pour Harvey

Alex Harvey devra rapidement tourner la page sur son résultat décevant lors du skiathlon de dimanche. Surtout qu'il n'est pas vraiment responsable de cette 18e place.
Après l'épreuve, les farteurs de l'équipe canadienne ont avoué qu'ils n'avaient pas employé la bonne cire pour faire face aux conditions changeantes de la météo. Ce sont des choses qui arrivent souvent dans ce domaine si sophistiqué et je pense qu'ils ont été surpris par l'humidité de la neige.
Harvey est sûrement déçu, et c'est compréhensible, mais je pense que sa performance peut lui donner confiance. Terminer 18e dans ces conditions, c'est quand même bien et ça lui démontre qu'il est en bonne condition physique.
Il reste maintenant à savoir quelle stratégie choisira le Québécois à partir de maintenant. Confiant en ses moyens, il a dit avant les Jeux qu'il désirait prendre part à six courses. Maintenant, avec ce qui s'est passé au skiathlon, je pense qu'il serait approprié de revoir cette décision. C'est exigeant de participer à six courses et tu ne le fais que lorsque tu es au-dessus de tes affaires et que tu vas gagner même sans tout donner. Je ne pense pas qu'il soit dans cette situation.
L'avantage d'Alex Harvey, c'est qu'il est extrêmement polyvalent. Il est capable de bien faire sur de courtes distances, mais il a déjà gagné le bronze sur 50 km lors des Championnats du monde de 2009.
Une chose est certaine, il va participer au sprint, mardi, où il a la chance d'obtenir un bon résultat. Mais tout peut arriver au sprint, c'est si rapide que même un léger problème, comme un accrochage ou un bâton qui brise, te mènera directement à l'élimination.
L'épreuve de skiathlon de dimanche était la première à être présentée dans le cadre des Jeux olympiques, puisque celle-ci a remplacé la poursuite. J'avoue que j'ai trouvé le tout très intéressant. Dans notre domaine, il y a plusieurs skieurs qui sont des spécialistes du style libre ou du style classique. Mais dans ce cas, ça permet aux athlètes polyvalents de démontrer tout leur talent lors de la même journée.
Propos recueillis par Nicolas Ducharme