Une histoire de filles

Robert Martin
Robert Martin
Le Nouvelliste
L'histoire de Jos "Bine" Lachance, gagnant de la première Classique en compagnie de Victor Gélinas en 1934, s'est perpétuée par une descendance de filles: Marie-Rose Lachance, fille de Jos "Bine", puis Lucille Roy, petite-fille, puis Line Duchesne, arrière-petite-fille, et, enfin, Audrey Matteau, arrière-arrière-petite-fille du héros de Saint-Élie-de-Caxton où on honorera sa mémoire cette fin de semaine.
D'abord adepte du rabaska, recrutée par Rachel Frigon, Audrey Matteau prend la relève de cette dernière dans le canot qu'elle partagera avec Pascale Frigon, la cousine de Rachel qui a pris une année sabbatique en attente d'un enfant.
À son tour, Pascale a recruté Audrey pour la Classique 2008.
Audrey Matteau refera donc, à l'occasion de la 75e édition de la Classique, le périple de son arrière-arrière-grand-père Jos "Bine" Lachance, mais en ayant des ambitions beaucoup plus modestes que celui qui a remporté la première édition de la Classique internationale de canots en compagnie de Victor Gélinas.
"Notre but, à Pascale et moi, c'est de terminer la course. Pour moi, le canot c'est le dépassement de soi. Je suis une fille très sportive. J'ai fait équipe en rabaska avec les Maudites pendant deux ans et j'ai aussi joué au soccer, entre autres avec les Patriotes de l'UQTR. L'an passé, j'ai participé à un marathon et à un triathlon", raconte la jeune femme de 22 ans, infirmière à l'urgence du CHRTR.
Jos "Bine"
Depuis que la majorité des canotiers ont appris l'histoire de Jo "Bine" Lachance, guide, canotier et spécialiste des beans qu'il servait aux chasseurs et pêcheurs américains qui guidaient partout en Mauricie, et qu'ils ont appris le lien de descendance avec Audrey Matteau, ils ont évidemment surnommé cette dernière "Jos Bine".
Audrey "Jos Bine" Matteau, ça sonne drôle, mais ça boucle la boucle avec l'histoire; celle de la Classique et celle de sa famille.
"J'ai vu des photos de Jos "Bine". J'en ai aussi entendu parler par ma grand-mère (Lucille Roy) et mon grand-père. On m'a surnommée "Jos Bine", et franchement je trouve ça plaisant", dit Audrey Matteau.
"Son sang coule dans tes veines", lui dit alors sa mère, Line Duchesne. "Savoir que je suis une descendante de Jos "Bine" Lachance, c'est très motivant en vue de la Classique. Je suis fière de faire partie de sa descendance. Il a remporté la première édition de la Classique, avec ce monsieur Gélinas, et pour toute la famille c'est un élément de fierté", souligne "Jos Bine" Matteau.
Si elles ont peu de chance de remporter la Classique, le duo Audrey Matteau-Pascale Frigon aura à tout le moins l'occasion de s'imposer parmi les sept équipes féminines déjà inscrites.