Dany Carpentier, fondateur du Mouvement Jeunesse et Culture (MJC), et Dory St-Arnault, président du MJC, étaient heureux de dévoiler le visuel du Festival urbain pour l'édition 2014.

Une édition simplifiée pour le Festival urbain

Le Festival urbain donnera la place aux festivaliers pour son dixième anniversaire. Le festival, qui comptera sur un budget plus réduit que les années précédentes, souhaite être plus près des jeunes et revenir aux principes de base qui ont fait le succès de l'événement depuis maintenant une décennie.
Du 14 au 17 août prochain, le centre-ville de Trois-Rivières vibrera donc aux rythmes urbains sous le thème «La parole est à vous».
Le thème de cette année vise à ce que les festivaliers s'approprient l'événement, qu'ils en deviennent les porte-paroles selon Dany Carpentier, fondateur du Mouvement Jeunesse et Culture (MJC). «On veut créer une proximité entre les participants et les professionnels. En 2014, le festival est à vous alors la parole est à vous», expose-t-il.
Un financement incertain
Les membres de l'organisation retenaient leur souffle jusqu'à tout récemment puisqu'ils n'étaient pas certains d'obtenir de financement de la part de la Ville de Trois-Rivières. C'est maintenant chose faite et, même si le montant alloué a été réduit par rapport à l'an dernier, Dory St-Arnault, président du MJC, en est soulagé: «On est très, très heureux et en confiance, car la Ville est derrière nous pour la10e édition», se réjouit-il.
L'organisation avait continué son chemin durant cette période d'incertitude. Pas question de laisser tomber le festival surtout pas à l'aube de ses dix ans d'activités. «On avait un plan A et un plan B. D'une manière ou d'une autre, c'est sûr et certain qu'on se devait d'avoir une 10e édition. Pour nous, parce que c'est un accomplissement et pour les jeunes parce que je pense qu'on est l'événement jeunesse en Mauricie. On se devait de tenir l'événement pour eux», souligne M. St-Arnault.
Un retour aux sources
Le Festival urbain désirait revenir à ce qui en fait un événement aussi particulier: «C'est un événement fait par et pour les jeunes. En revenant à la base, ça nous permet de diminuer le budget et de simplifiertoute cette organisation pour permettre aux jeunes de participer à toutes les étapes de la mise en place du projet», explique M. St-Arnault.
Même si le festival cible principalement les 12 à 25 ans, «il y en a pour tous les goûts». «Qu'on ait de 7 à 77 ans, ça reste de l'art», soutient Dory St-Arnault. L'artiste Dany Janvier, un habitué du Festival urbain, vante l'accessibilité d'un festival comme celui-là: «Certains festivals ne laissent pas la place à tout le monde parce que c'est très restreint comme clientèle. Le Festival urbain est très, très ouvert, donc ça c'est un plus pour la population». Sans dévoiler les détails de la programmation, les éléments de base de la culture urbaine seront représentés: arts visuels, danse et musique. La programmation officielle sera dévoilée dans les prochaines semaines.