L'inauguration des bornes de recharge au siège social de la Caisse Desjardins de l'ouest de la Mauricie a été faite en présence de Stéphane Daoust, directeur régional Québec-Nouveau-Brunswick d'Éco Route Québec, de Marie-Christine Hudon, directrice du développement durable à cette institution financière, de Rachel Trempe, conseillère en communication et représentante du Mouvement Desjardins, et de Jacques Duranleau, directeur général de la caisse.

Une caisse branchée à Louiseville

Le siège social de la Caisse Desjardins de l'ouest de la Mauricie ajoute une corde à son arc environnemental. Après avoir ouvert ses portes en décembre, voilà que cette caisse inaugure la mise en service de quatre bornes de recharge pour les véhicules électriques. Ce pôle, qui devient un des plus importants au Canada, aura vraisemblablement des conséquences positives sur l'achalandage au centre-ville de Louiseville.
Lorsque Jacques Duranleau a annoncé les plans de la haute direction de la caisse concernant la construction d'une nouvelle bâtisse à Louiseville, il y a plus de trois ans, le directeur général mentionnait que celle-ci avait considéré l'aspect du développement durable dans le projet. La direction a fait construire un édifice chauffé par des panneaux solaires thermiques et où le bois est omniprésent.
L'installation de bornes électriques faisait partie du plan initial. Ce volet représente environ 15 000 $ de la facture totale de 10 millions de dollars.
«Quand on prend une décision, on se demande si elle est bonne économiquement, socialement et pour l'environnement, commente M. Duranleau. Le but premier était d'inciter les employés à avoir un véhicule électrique. On a pensé à une borne, mais ce n'était peut-être pas assez. Quand on en met quatre, c'est qu'on y croit vraiment.»
La situation géographique de Louiseville, près de Trois-Rivières et à environ 110 km de Montréal, devrait permettre à ce poste de recharge d'être passablement utilisé. Ce poste composé de quatre bornes de 70 ampères devrait être populaire auprès des propriétaires de voiture électrique dont l'autonomie est d'environ 100 km.
«C'est un des endroits qui se démarque. Je m'attends à ce que Louiseville devienne une destination importante dans l'axe Québec-Montréal à cause des quatre bornes, mais aussi à cause du milieu, des services offerts. Pour le geste, pour l'emplacement géographique, et de voir que Desjardins s'intéresse à ça, c'est une grande nouvelle», confirme Stéphane Daoust, directeur régional Québec-Nouveau-Brunswick d'Éco Route Québec, une entreprise ayant pour mission de déployer des infrastructures de recharge pour les véhicules électriques.
La puissance des bornes de recharge disponibles sur le marché varie entre 30 et 80 ampères. Le poste de Desjardins à Louiseville permettra de recharger en un peu plus de quatre heures une voiture dont l'autonomie est de 400 km. De plus, les bornes sont disponibles sept jours par semaine, à toute heure du jour ou de la nuit, et leur utilisation est gratuite.
Selon des études portant sur l'émission des gaz à effet de serre chez Desjardins, 70 % de ceux-ci découlent des activités de transport. L'incitation auprès du personnel à utiliser le transport collectif et à recourir au covoiturage sont des moyens pour diminuer l'émission de ces gaz, mais Desjardins voulait ajouter un outil à son coffre.
«L'auto en solo demeure un comportement difficile à changer. C'est l'idée qui est derrière tout ça», ajoute Marie-Christine Hudon, directrice du développement durable à la Caisse Desjardins de l'ouest de la Mauricie, qui souhaite que chaque municipalité du territoire s'équipe d'une borne de recharge pour que cet équipement devienne un objet de développement territorial.
Le Mouvement Desjardins compte sept établissements équipés de bornes de recharge.