Les candidats du Parti québécois de la région, Alexis Deschênes (Trois-Rivières), André Beaudoin (Laviolette), Jean-René Dubois (Nicolet-Bécancour), Noëlla Champagne (Champlain), Luc Trudel (Saint-Maurice) et Patrick Lahaie (Maskinongé) ont présenté leur bilan de campagne vendredi matin.

Un sommet économique pour 2015 en Mauricie, promet le PQ

«Déterminés» à envoyer un signal d'unité régionale, c'est à Bécancour que les six candidats péquistes de la Mauricie et de la rive sud ont tenu leur bilan de fin de campagne. Et le député sortant de Saint-Maurice, Luc Trudel, s'est fait le porte-parole du groupe pour annoncer la tenue d'un sommet économique régional, «le grand rendez-vous Mauricie 2015», en plus d'évoquer la reconnaissance de la région comme Vallée des technologies de l'énergie.
«Il est impératif de se retrousser les manches et de travailler ensemble», a-t-il lancé, donnant l'exemple des assises régionales de 1998 et du plan de diversification de 2001-2002 sous le gouvernement péquiste.
Par ailleurs, s'il parle de ramener l'idée de la Vallée des technologies de l'énergie, M. Trudel ne s'engage pas pour autant à ressusciter le concept des régions-ressources comme modèle de financement.
«Mais avec le Fonds et la tournée exceptionnelle, le gouvernement du Parti québécois a lancé un signal très clair qu'il veut s'occuper de l'économie de la région», a souligné celui qui veut mobiliser la région pour, entre autres, attirer le futur Institut du transport électrique.
Selon lui, cet appel à la solidarité régionale permettrait d'élaborer un projet porteur pour les années à venir. Du même souffle, il s'engage aussi à appuyer la reconversion du site de Rio Tinto Alcan et faire de l'assainissement des eaux dans les secteurs Lac-à-la-Tortue et Saint-Boniface une priorité.
Par rapport au Fonds de diversification économique, les candidats péquistes plaident pour une réélection de leur gouvernement afin d'en assurer le maintien.
Pour sa part, Alexis Deschênes, dans Trois-Rivières, demande au Parti libéral du Québec de révéler les nouveaux documents d'enquête policière au sujet de Marc-Yvan Côté, qui vient d'obtenir une ordonnance de non-publication jusqu'au 11 avril. «Voter sans savoir ce qu'on reproche au PLQ, c'est comme acheter une maison avec de la pyrrhotite», a-t-il lancé, soutenant qu'il ne doit pas y avoir de vices cachés dans cette campagne électorale.
Celui-ci souhaite que Trois-Rivières reprenne toute la place qu'elle mérite à titre de capitale régionale et il estime que la ville a besoin d'un leader fort et dynamique pour que ses projets soient défendus à Québec. Dès son élection, l'ancien journaliste s'engage à défendre les travailleurs de la Coop fédérée, à aider le centre de ressources Alzheimer Carpe Diem à trouver de nouvelles sources de financement et à tout faire pour mettre sur pied un centre d'expertise en ingénierie pour permettre aux ingénieurs de Gentilly-2 de poursuivre leur vie à Trois-Rivières.
De son côté, Jean-René Dubois, dans Nicolet-Bécancour, veut se mettre à l'écoute de ses concitoyens et mobiliser les intervenants autour d'une vision commune de développement régional, en plus de favoriser l'avancement de l'éducation post-secondaire dans sa circonscription pour répondre aux besoins accrus d'une main-d'oeuvre spécialisée.
Dans Laviolette, André Beaudoin entend doubler le nombre de repas servis à domicile pour les personnes en perte d'autonomie, développer le secteur de la transformation forestière et mener une offensive touristique des plus ambitieuse.
Dans Champlain, Noëlla Champagne est en mode continuité. «La création d'emplois est et demeurera mon obsession. Cloutier-du Rivage et l'accès rapide à des services de première ligne pour les familles seront une deuxième obsession dans le prochain mandat. Enfin, les municipalités peuvent être assurées de mon entière collaboration dans leurs projets d'infrastructures dont des solutions à trouver sur certaines artères affectées par les problèmes de congestion aux heures de pointe», a-t-elle fait savoir.
Finalement, Patrick Lahaie, dans Maskinongé, s'engage à continuer de soutenir et de défendre les victimes de la pyrrhotite, à créer un comité d'action pour favoriser le retour des jeunes et à mettre sur pied un chantier sur le développement économique de la MRC de Maskinongé.