Le président d'IDÉ Trois-Rivières, Réjean Hardy, vantant les vertus du Salon de l'emploi, en présence de sa fille, Geneviève Hardy, présidente d'honneur, Yves Lévesque, maire de Trois-Rivières, et Martin Duchesneau, représentant des CLD.

Un salon de l'emploi... régional

«L'emploi, c'est le nerf de la guerre. Et la porte d'entrée, ce sont nos CLD. Et ce n'est pas une affaire d'une municipalité. L'emploi, c'est régional. Quand il se crée un emploi à Shawinigan ou Bécancour, c'est bon pour Trois-Rivières».
Ces propos du maire Yves Lévesque décrivent bien la saveur régionale qui va caractériser la deuxième édition du Salon de l'emploi organisée par Innovation et Développement économique (IDÉ) Trois-Rivières le 10 avril prochain à la Bâtisse industrielle, de 9 h 30 à 18 h.
D'ailleurs, le Salon de l'emploi est identifié cette année comme étant celui de Trois-Rivières et de la Mauricie. Et le CLD de Bécancour a été invité à s'impliquer, au même titre que les CLD de Maskinongé, des Chenaux, Mékinac et Shawinigan.
Selon le commissaire industriel de ce dernier CLD, Martin Duchesneau, «nous avons besoin plus que jamais de travailler en étroite collaboration pour assurer le développement des entreprises de la Mauricie» et face aux défis relatifs à la main-d'oeuvre, «nous avons choisi de miser sur la concertation et la mise en place de solutions communes».
Celui-ci a fait remarquer qu'il n'est pas rare de voir des employés de la région se déplacer d'une ville à l'autre pour le travail.
«Il faut voir la Mauricie comme un immense bassin de main-d'oeuvre de plus de 200 000 personnes qui sera nécessaire pour assurer le développement des entreprises existantes, mais également, qui nous permettra d'en attirer de nouvelles», a expliqué le représentant des CLD.
Pour la présidente d'honneur de l'événement, Geneviève Hardy, la main-d'oeuvre de qualité peut faire toute la différence.
«Recruter et former est un défi de tous les jours. Et la pénurie de main-d'oeuvre freine la croissance», soutient la directrice générale de l'entreprise Hardy Filtration qui, en tant que présidente des Manufacturiers de la Mauricie et du Centre-du-Québec, va sensibiliser les 2000 membres à l'importance et l'utilité du Salon.
À titre de président d'IDÉ Trois-Rivières, son père, Réjean Hardy, a rappelé comme ce premier rendez-vous avait été couronné de succès l'an dernier avec 4200 visiteurs, 80 exposants, dont 60 employeurs, et un millier de postes offerts.
«Notre objectif est aussi ambitieux cette année, 50 employeurs ont déjà confirmé et on compte 67 kiosques jusqu'à présent», a-t-il fait savoir.
Outre la section réservée aux organismes d'aide à l'emploi, M. Hardy a indiqué qu'il y aura évidemment celle dédiée aux employeurs qui, ainsi, «se donnent un maximum de chances de rencontrer la perle rare tout en minimisant leur investissement en argent et en temps».
La priorité sera d'ailleurs donnée à ceux qui auront réservé leur kiosque avant le 25 mars via l'un des CLD ou le site www.salon-emploi.ca. Et les chercheurs d'emploi peuvent également consulter le site Web pour connaître la liste à jour des employeurs ayant confirmé leur présence.
Finalement, alors qu'on en dénombrait 300 l'année dernière, des emplois cachés seront affichés sur un babillard au terme d'informations recueillies auprès de centaines d'entreprises.