Marvin Cüpper a fait des miracles devant la cage des Cataractes mercredi soir, permettant aux siens de surprendre le Drakkar de Baie-Comeau par la marque de 2-1 et ainsi rejoindre le Phoenix de Sherbrooke au 16e rang du circuit Courteau.

Un petit miracle aux dépens du Drakkar pour les Cataractes

Après neuf revers d'affilée, il était temps pour les Cataractes de signer un premier gain aux dépens de leur ancien entraîneur.
Et considérant la lutte acharnée qu'ils livrent pour un laissez-passer donnant accès aux séries, le timing ne pouvait être plus parfait! Les hommes de Martin Bernard ont donc fait plaisir à leurs fans mercredi en renversant le puissant Drakkar de Baie-Comeau 2-1, ce qui leur a permis de rejoindre le Phoenix de Sherbrooke au 16e et dernier rang donnant accès à la grande valse du printemps.
Le gain est signé d'abord et avant tout par Marvin Cüpper, qui mérite de reprendre son surnom de Cüpperfield depuis quelques semaines. Mercredi, le portier allemand a livré 42 arrêts à son équipe face à un club qui venait de gagner ses 11 derniers matchs! Un peu chanceux par moment, divin à quelques occasions, le vétéran de 19 ans a réussi à entrer dans la tête de ses rivaux dans la deuxième portion du match.
Quand tu vois un joueur aussi talentueux que Valentin Zykov avec du temps et de l'espace dans l'enclave lancer dans la poitrine du gardien devant lui, tu devines facilement lequel des deux rivaux a attaqué la séquence avec le plus de confiance...
Les coéquipiers de Cüpper lui ont procuré une avance de 1-0 dès les premiers instants de la deuxième, Giovanni Fiore battant Philippe Cadorette d'un angle fermé durant un avantage numérique. Avec cette avance de 1-0, les Shawiniganais ont surtout cherché à la protéger. Comme un boxeur replié en défensive, ils ont attendu les coups, protégeant du mieux qu'ils le pouvaient leur gardien étoile.
Le Drakkar a pressé le pas en troisième. Le jeu est devenu soudainement plus viril, mais les Cataractes n'ont jamais reculé. Ce sont eux qui ont inscrit le but suivant, Félix-Antoine Bergeron volant la rondelle à Gabryel Paquin-Boudreau avant de s'amener seul devant Cadorette, qu'il a déjoué d'un tir sec avec deux petites minutes à écouler au duel.
Les 2300 personnes réunies dans le building n'avaient pas terminé de festoyer que le Drakkar ramenait l'écart à un seul but grâce à un filet de Maxime Saint-Cyr, mais les Cataractes ont tenu bon dans les derniers instants pour encaisser les deux points à l'enjeu.
«Toutes les victoires sont satisfaisantes. Mais là, on affrontait un club qui venait d'en gagner 11 d'affilée. La meilleure équipe de la ligue, qui s'est équipée pour aller jusqu'au bout. Pour nous, de la façon dont nous avons joué, c'est une grosse, grosse victoire», soulignait Bernard. «Après deux périodes, nous n'avions accordé que sept chances de marquer. On avait surtout accordé des tirs en périphérie... On a réussi durant une grande partie du match à contenir la grosse offensive du Drakkar, il faut être satisfait de ça.»
Bernard a évidemment louangé son portier.
«Il est revenu dans les standards qu'il avait établis l'an dernier. Ce qu'on demande à un gardien, c'est de garder son équipe dans le match et c'est ce qu'il fait pour nous. C'est énorme pour nous comme bagage de confiance de gagner contre des gros clubs et de pouvoir le faire en collant à notre plan de match.»
Le capitaine Félix-Antoine Bergeron disait, quant à lui, mission accomplie.
«C'est l'une de nos grosses victoires depuis deux ans. Une victoire émotive... Marvin a été encore une fois sensationnel pour nous. On s'est bien préparé, on voulait créer un petit doute dans leur tête... On l'a fait en travaillant pendant 60 minutes», opinait Bergeron, qui n'a pas aimé voir Zykov et Charles Hudon poser des gestes de frustration en fin de rencontre. «Ce sont des joueurs de talent. Ça ne fonctionnait pas pour eux, il y avait de la frustration. Reste que ce sont des gestes qu'on ne veut pas voir sur une glace... »
Dans l'autre vestiaire, Veilleux ne semblait pas trop irrité de quitter la Mauricie les mains vides.
«On n'avait pas aimé notre match à Chicoutimi, même si nous avions gagné. Ça nous a rattrapés ce soir. Les Cataractes jouaient du bon hockey dernièrement, ils ont joué un autre bon match j'imagine. On n'a pas compétitionné durant la première moitié, on n'était pas impliqué dans le match. Je ne pense pas que nos joueurs ont sous-estimé les Cataractes. Mais quand tu joues au hockey, peu importe ton talent, peu importe le niveau dans lequel tu joues, quand tu ne compétitionnes pas, il ne va rien t'arriver de bon. Tant mieux pour les Cataractes, c'est un match qu'ils ont mérité, ils se battent pour une place en séries. On va être prêt pour vendredi.»
Les deux clubs se retrouvent en effet vendredi soir, cette fois au centre Henry-Léonard à Baie-Comeau.