Francis Mondou a récemment accepté une offre de l'équipe de karting KMS North America. Il sera d'ailleurs en action le 18 janvier, en Floride.

Un nouveau défi attend Francis Mondou

La dernière fois qu'il a piloté aux États-Unis, Francis Mondou s'est fait dérober son passeport. Dans une dizaine de jours, il retournera chez nos voisins du sud, mais dans de bien meilleures dispositions! Non seulement aura-t-il récupéré ses papiers, perdus lors du championnat mondial à La Nouvelle-Orléans, il se retrouvera surtout à bord d'un kart de la prestigieuse écurie KMS North America, avec laquelle il a récemment conclu une entente.
L'homme d'affaires de Shawinigan ne perdra pas de temps avant de tester une première fois son nouveau bolide. Le 18 janvier, il participera à la tranche numéro un du Florida Winter Tour, à Homestead. Là-bas, il rejoindra toute une équipe de mécaniciens (dont son bon ami Christian Bergeron) et de pilotes chevronnés, avec qui il travaillera au cours des prochains mois. Le contrat unissant Mondou et l'équipe est d'une durée d'un an.
«J'aurai la chance d'évoluer dans une structure beaucoup mieux adaptée, lance d'emblée le pilote. Les pièces sont fournies, je miserai même sur un entraîneur de pilotage, même si on se dit toujours qu'on en a pas besoin! La vérité, c'est que tous les conducteurs ont quelque chose à améliorer, même Michael Schumacher à l'époque!»
Ça faisait au moins deux ans que Mondou recevait des offres de diverses écuries. Celle de KMS North America aura finalement été la bonne et, surtout, la plus avantageuse pour lui. Il rejoindra notamment Peter Kalman et Ben Cooper, deux Européens bénéficiant d'une riche expérience dans le monde du karting. Cooper est ce pilote qui avait décliné l'opportunité de prendre un volant en vue du Grand Prix de Trois-Rivières, à la suite de sa victoire au Monaco.
Dans un communiqué, Kalman s'est dit très heureux d'accueillir Mondou dans ses rangs. «Nous sommes excités de le voir en piste et de travailler avec un pilote aussi rapide et compétent. J'ai l'impression que Francis sera en mesure de performer dans toutes les courses majeures de DD2 Master.»
Carrière internationale?
Il y a quelques mois, pendant sa préparation en vue du championnat mondial, Mondou avait parlé de sa difficulté à s'inscrire aux événements internationaux, faute de moyens. Sa signature avec KMS North America n'améliorera pas sa situation à ce chapitre car il devra débourser de l'argent afin de payer ses nouveaux partenaires.
«Je dois prendre en considération un paquet de facteurs, dont ma situation familiale. Le principal avantage, c'est que je serai mieux conseillé. Toutes les fois où j'ai terminé deuxième au lieu de gagner, ça pouvait s'expliquer, en partie, par ma préparation et les conseils mécaniques que je recevais. Des gars m'ont déjà dit, en rigolant, de lâcher ma poubelle. C'est chose faite!»
Comme lorsqu'on chausse pour la première fois une nouvelle paire de patins, Mondou s'attend à devoir vivre une période d'adaptation. Ça ne l'effraie toutefois pas outre mesure. «J'espère apprivoiser rapidement la machine, question de maximiser mes chances de me classer pour le championnat du monde. J'ai trois moyens d'y accéder: en remportant le Florida Winter Tour, le championnat canadien ou celui de l'est du Canada. Évidemment, je serais déçu de ne pas y parvenir. Je suis tanné de finir deuxième!»
Mondou compte 33 podiums à ses 38 dernières courses, mais il n'a toujours pas réussi à remporter un titre majeur dans sa carrière. «Ce serait génial de le faire en Floride, mais d'un autre côté, la compétition sera très relevée. Je pense être le seul Québécois inscrit dans la grosse catégorie. Sinon, j'aurai la chance de me qualifier au championnat canadien, qui sera présenté à Tremblant, où est situé le siège social de l'écurie.»
«Moi, je me sens prêt à passer à l'étape suivante, à gagner un titre majeur. Je pense que je suis encore assez jeune pour réaliser mon rêve. Je veux devenir un des meilleurs pilotes au monde.»