Dans l'ordre habituel, on retrouve Alain Hébert, président de la Fromagerie L'Ancêtre, Denis Lebel, ministre fédéral, Jean-Guy Dubois, maire de Bécancour, et Pierre Lavigne, président-directeur général d'Oriens Technologies.

Un million $ à deux entreprises

Après avoir bénéficié du fonds de diversification économique mis sur pied par Québec, Oriens Technologies et la Fromagerie L'Ancêtre de Bécancour ont reçu une aide d'Ottawa dépassant le million de dollars pour acquérir du nouvel équipement de production.
«L'avenir va passer par le génie de nos gens pour l'amélioration de la productivité et des processus», a commenté le ministre fédéral Denis Lebel qui a confirmé des contributions remboursables respectives de 625 000 $ et 400 000 $.
Pour sa part, le maire Jean-Guy Dubois disait vivre «un beau feeling peu expérimenté depuis une vingtaine d'années». Lors de son précédent mandat à l'hôtel de ville, il avait assisté à l'annonce de Petresa. «Le plus beau cadeau, c'est la création d'emplois», a-t-il lancé.
Créée en 2010, Oriens Technologies est une entreprise en démarrage qui souhaite implanter une usine de transformation de résidus industriels en vue de créer un nouvel additif cimentaire.
Son procédé unique permet de transformer efficacement et complètement les résidus fluorés provenant des alumineries de première fusion. «Nous allons créer 35 nouveaux emplois», a fièrement indiqué son président-directeur général, Pierre Lavigne.
Du côté de la Fromagerie L'Ancêtre, qui compte une cinquantaine d'employés, l'aide fédérale va permettre le refroidissement du lactosérum et une découpe à ultrason. «Ça joue dur sur le marché et il faut être compétitif», a déclaré le président Alain Hébert, ne cachant pas son inquiétude sur l'impact de l'accord de libre-échange Canada-Europe.