Avec la complicité de la photographe Maryline Tremblay, Chantale Paquin et Dominic Dumont vont unir leur destinée.

Un mariage en tête de liste

Le cancer ne peut pas toujours l'emporter aussi facilement. Samedi prochain, 4 avril, Chantale Paquin unira sa destinée à l'homme de sa vie. Une grande fête de l'amour est en train de s'organiser pour le couple qui en a grandement besoin.
La population s'est littéralement prise d'affection et d'admiration pour la jeune femme de 28 ans. Chaque jour, un nouveau chapitre s'ajoute à son histoire qui a été racontée ici la semaine dernière.
Atteinte d'un cancer invasif du col de l'utérus, la Trifluvienne apprenait en janvier dernier qu'elle devait mettre fin aux traitements et à ses espoirs de guérison. Se sachant condamnée, Chantale a dressé une liste de souhaits qu'elle aimerait exaucer avant de mourir. «D'ici six mois à un an», a laissé tomber son médecin.
Touchés par son destin, vous avez été nombreux à contribuer à la campagne de financement mise sur pied par son conjoint, Dominic Dumont. L'homme est en arrêt de travail pour profiter de chaque instant avec son amoureuse qui se déplace de plus en plus difficilement.
Maryline Tremblay est photographe professionnelle. Heureuse et en santé, la femme de 34 ans est enceinte de son quatrième enfant. C'est elle, la bonne fée, qui a eu la brillante idée de proposer un mariage de princesse à Chantale.
Au départ, Mme Tremblay l'a conviée à une séance de photos. Elle le faisait pour la dame et pour ses proches qui, en ce moment, font le plein de souvenirs qui vont traverser le temps. «Ça ne faisait pas partie de sa liste de souhaits, mais je l'ai appelée et elle a accepté», raconte la photographe qui, en raccrochant, s'est dit que son offre était... «trop peu».
Maryline a aussitôt rappelé Chantale. «Finalement, que dirais-tu de photos de mariage?», a lancé la photographe inspirée à une Chantale surexcitée. «Oui je le veux!», a répondu la jeune femme. Il y a quelques semaines à peine, elle se fiançait avec Dominic.
On dit mariage, mais en réalité, il n'y aura ni prêtre, ni notaire, ni papier officiel. «C'est une fête de l'amour et de la vie», explique Maryline Tremblay. En quelques coups de baguette, la magicienne a fait apparaître son «dream team», dit-elle en parlant de ceux et celles qui ont accepté de faire vivre à Chantale la plus belle journée de sa vie.
«De la robe au gâteau de noce, en passant par la salle et la décoration de celle-ci, tout y sera! Et tout sera absolument magnifique! Nous voulons lui faire vivre une journée de rêve. Une journée où elle sera la reine, la plus jolie et où elle pourra oublier, pour quelques heures, sa maladie et profiter de la vie entourée de sa famille et de ses amis(es)!», décrit Maryline.
Le monde est beau. Chaque fournisseur offre ses produits et services gratuitement. Si on additionne le tout, ce sont des noces évaluées à près de 30 000 $ qui sont offertes à Chantale soufflée par autant de générosité.
Même dans ses rêves les plus fous, la Trifluvienne n'aurait jamais imaginé vivre un conte aussi merveilleux. Surtout maintenant.
Chantale Paquin est parfaitement consciente de devoir faire des choix. Aujourd'hui plus qu'hier et bien moins que demain, elle ne pourra pas cocher tous les souhaits sur sa liste, ni accepter toutes les invitations qu'elle reçoit pour l'aider à vivre à fond.
Les jours s'allongent, certes, mais son espérance de vie se raccourcit. La jeune femme a beau faire preuve d'un optimisme contagieux, l'énergie finit par lui faire faux bond. Cette semaine encore. «Mercredi, j'ai essayé ma robe, mais après, j'étais épuisée. Ma réalité de la maladie demeure», rappelle-t-elle, un sourire fatigué dans la voix, mais un sourire quand même.
Chaque fois qu'elle réalise ses désirs les plus chers, Chantale Paquin dit en payer physiquement le prix.
Maudit cancer. Qu'il se le tienne pour dit, il n'est pas invité au mariage.