Le maire Yves Lévesque

«Un gros show de boucane électoral», dit Aubin

La présentation des réalisations du comité Action centre-ville depuis sa création en 2015 ainsi que de toutes les améliorations apportées au centre-ville de Trois-Rivières depuis la fusion de 2002 par le maire Yves Lévesque, IDE Trois-Rivières et la Société de développement commercial du centre-ville de Trois-Rivières n'était rien de moins qu'un exercice électoral, selon le candidat à la mairie Jean-François Aubin.
Jean-François Aubin
L'actuel conseiller du district Marie-de-l'Incarnation a assisté à la totalité de la présentation qui a duré près de deux heures et qui s'est déroulée au Musée québécois de culture populaire en fin de journée mercredi. Environ une trentaine de personnes, dont plusieurs conseillers municipaux et dirigeants d'organismes liés de près ou de loin à la Ville, avaient également accepté l'invitation.
«Le comité Action centre-ville, c'est vraiment une bonne chose. Enfin, les gens travaillent ensemble. Pour moi, c'est la grosse nouvelle. Mais ce qui est dommage, c'est qu'on sente la nécessité de faire un gros show de boucane électoral autour de ça. C'était quoi le besoin de remonter à 2002 et de refaire l'historique de tout ça? Un peu plus et on remontait au début de la fondation de Trois-Rivières», a confié Jean-François Aubin au Nouvelliste quelques minutes après la fin de la présentation.
Il déplore également que le maire ait parlé des programmes qui ont été mis en place afin de revitaliser certains quartiers du secteur Cap-de-la-Madeleine alors que le but de l'exercice était de parler du développement du centre-ville.
«Pourquoi a-t-on parlé de l'est de la ville? Parce que le maire Lévesque sait très bien que les gens de l'est de la ville trouvent qu'il n'y a pas assez d'investissements [dans leur secteur]. C'est strictement pour ça», a-t-il poursuivi.
Invité à réagir aux propos de celui qu'il affrontera lors de la prochaine campagne électorale, le maire Yves Lévesque ne s'est pas défilé. Il a au contraire vivement déploré que M. Aubin réagisse de la sorte.
«S'il ne veut pas reconnaître le travail qui a été fait, c'est son problème. Pour moi, c'est important. La ville n'est pas stagnante et il faut le dire», a-t-il lancé.
Pendant ladite présentation, le maire a notamment mis en lumière les réalisations qui ont vu le jour dans le cadre des efforts de revitalisation du centre-ville depuis la création de la nouvelle ville en 2002 ainsi que depuis la création du comité Action centre-ville.
Il a entre autres énuméré les réaménagements de différentes rues du centre-ville qui ont été effectués au cours des années, dont ceux de la rue des Forges, de la rue des Ursulines, des rues Hart et Badeaux ainsi que de la place Pierre-Boucher.
Il a également profité de l'occasion pour dire à quel point l'Amphithéâtre Cogeco est un moteur touristique important pour Trois-Rivières.
Après l'allocution du maire, le directeur général de la Société de développement commercial (SDC) du centre-ville de Trois-Rivières, Mathieu Lahaye, a quant à lui dressé le bilan des 18 derniers mois du comité Action centre-ville et a expliqué la genèse de celui-ci.
Il a notamment rappelé que le centre-ville se trouvait dans une situation peu enviable en 2014 et 2015 après être littéralement revenu à la vie une quinzaine d'années plus tôt. C'est d'ailleurs pour cette raison que la Ville a mandaté IDE Trois-Rivères afin d'élaborer un plan d'action stratégique sur dix ans, ce qui a entraîné la création du comité Action centre-ville. Il a d'ailleurs salué le fait que les différents acteurs impliqués aient accepté de travailler en collaboration dans cette démarche afin que leurs efforts soient concertés.
«Il y a plusieurs personnes qui ont été interpellées, soit des commerçants, des acteurs économiques pour savoir où on s'en allait, si c'était une situation temporaire ou bien si ça allait affecter d'une manière plus durable la vitalité du centre-ville. [...]
À la lumière de ces consultations, il est ressorti que nous devions miser sur la collaboration. Par le passé, la collaboration entre les organisations n'a pas toujours été naturelle, mais là on s'est forcé pour travailler ensemble», a-t-il raconté.
De son côté, le directeur général d'IDE Trois-Rivières, Mario De Tilly, a rappelé que l'objectif principal de ces efforts était que le centre-ville ne devienne rien de moins qu'un milieu de vie. 
Dans cette optique, il a ajouté que les projets qui se sont déjà concrétisés constituent la preuve que les efforts de collaboration portent leurs fruits.
Il a notamment cité en exemple les investissements qui serviront à moderniser de façon considérable le centre des congrès adjacent à l'hôtel Delta, le déplacement du département des technologies de l'information de la Ville dans l'édifice de la rue Royale qui abritait anciennement la Caisse Desjardins et la mise en place d'un accélérateur technologique dans les locaux de la rue Des Volontaires qui étaient occupés jadis par le Centre funéraire Rousseau et Frères. 
Il a également profité de l'occasion pour mentionner que d'autres projets concrets sont présentement à l'étude, dont la conversion de l'édifice Ameau en résidence étudiante, l'implantation d'un marché public et la conversion de la maison blanche des Ursulines.