L'Hôtel Montfort de Nicolet aura son centre de congrès dès cet été.

Un centre de congrès de 800 places à l'Hôtel Montfort

Ouvert depuis moins de deux ans, l'Hôtel Montfort de Nicolet passe déjà en mode expansion. Ne pouvant suffire à la demande croissante, le Groupe Beaubien de Trois-Rivières vient d'annoncer la construction d'un centre de congrès de 800 places en prévision d'une ouverture dès le mois de juillet prochain.
Si la nouvelle a été confirmée jeudi, les détails ne seront toutefois connus qu'en mars lors du retour au pays du principal actionnaire, Denis Beaubien, qui est à la tête de six autres hôtels au Québec. Il en profitera alors pour dévoiler les détails du projet, que ce soit au plan financier ou au niveau des maquettes.
«On était au Salon de la mariée et déjà, le lendemain, on avait de la visite. Il y a un engouement pour ce produit», a confié la directrice générale de l'Hôtel, Nancy Lemire, qui affichait complet dans le «marché du mariage» jusqu'en 2015.
Présentement, la plus grande salle multifonctionnelle de l'établissement, la Chapelle, peut recevoir un maximum de 130 convives. «On a déjà des réservations pour la tenue d'événements dans la salle de bal à la fin de l'été 2014», a fait savoir celle qui se dit très enthousiaste par rapport à l'ajout de cet espace relié à l'hôtel.
Et le futur bâtiment sera inspiré de l'architecture de l'ancienne résidence des Pères Montfortains qui fut transformée en infrastructure hôtelière d'une cinquantaine de chambres en juillet 2012 au coût de six millions de dollars.
Pour le maire Alain Drouin, il s'agit de la deuxième grande nouvelle économique pour sa ville dans la même semaine, après l'annonce de l'implantation de Rovibec dans les locaux de Nicolet Plastique.
«C'est extraordinaire. Ce n'est pas une bonne nouvelle, c'est une excellente nouvelle, pour la ville et toute la région. Ça commence très bien l'année», a-t-il confié au Nouvelliste.
Selon lui, la venue du centre de congrès est une valeur ajoutée quant aux services offerts en matière de tourisme d'affaires. «Située au centre du Québec, Nicolet est une ville privilégiée pour recevoir les congressistes des quatre coins du globe. Ce sera une autre façon pour nous de démontrer avec fierté le savoir-être et le savoir-faire de nos gens qui contribuent grandement à la réputation de Nicolet», a commenté le premier magistrat.
Celui-ci savait que les salles de réception de l'Hôtel Montfort étaient réservées en 2014 et 2015. Et quand l'offre ne peut répondre à la demande, M. Drouin explique qu'un promoteur hôtelier doit alors freiner ses efforts de promotion. «Mais M. Beaubien est en mode solution pour réduire les fuites ou les pertes commerciales. Et il a décidé d'investir dans une piscine olympique au lieu d'une piscine municipale. Il a choisi les ligues majeures», illustre le maire de Nicolet.
À son avis, la venue d'un centre de congrès risque de faire boule de neige au plan du développement commercial et touristique de sa ville. «Tout le monde va devoir s'ajuster. Et il y a des affaires qui se dessinent sur le boulevard Louis-Fréchette. À quelque part, c'est un tremblement de terre», a-t-il ajouté.
Pour le président de la Chambre de commerce et d'industrie du Coeur-du-Québec, Jean-Guy Doucet, il s'agit d'une nouvelle «énormément positive» qui va permettre d'attirer des congressistes. «C'est une décision d'affaires. Il faut croire qu'ils ont vraiment fait une étude de marché. Car l'Auberge Godefroy voulait aussi en faire un», a-t-il fait remarquer.
Effectivement, en octobre 2013, le président-directeur général de ce dernier établissement, Guy Boisclair, avait déclaré au Nouvelliste qu'il avait «une salle multifonctionnelle de 600 à 700 places dans le collimateur». Et il semblait alors que son annonce officielle n'était pas si lointaine, une démarche ayant même été entreprise auprès du comité du Fonds de diversification économique de 200 millions de dollars. Son projet comprendrait également l'ajout de 60 chambres.
Actuellement, l'Auberge Godefroy dispose d'espaces pouvant recevoir entre 250 et 400 personnes. Mais M. Boisclair rêve d'y construire un centre de conférences depuis le début des années 2000. S'il n'a pas été possible de le faire réagir hier sur l'annonce officielle d'un centre de congrès à Nicolet, il s'était montré bon joueur l'an dernier en parlant de «marchés complètement différents». Une remarque partagée par la directrice générale de l'Hôtel Montfort. «Le projet de l'Auberge Godefroy a subi plusieurs modifications. On a décidé d'aller de l'avant», a conclu Nancy Lemire.