Philippe Dumais, copropriétaire de la microbrasserie À La Fût, est accompagné de ses collègues Jonathan Desbiens, Alexandre Lemire et Marie-Claude Thiffeault.

Un 50e Festival western bon pour les affaires!

Est-ce l'effet 50e anniversaire? Est-ce la météo exceptionnelle qu'aura connue le Festival western de Saint-Tite pendant la quasi-totalité de son édition 2017? Quoi qu'il en soit, les commerçants de Saint-Tite constatent que l'année en cours aura été plus que bénéfique durant le Festival, qui prendra fin ce dimanche à Saint-Tite.
Francis Bédard, propriétaire de la boutique Le Mercier, à Saint-Tite.
Que ce soit les restaurateurs, les différents commerçants établis ou encore les vendeurs qui viennent profiter de la manne, tous ceux rencontrés par Le Nouvelliste cette semaine s'entendent pour dire que l'achalandage a été au-delà des espérances.
À la microbrasserie À La Fût, on a même dû trouver du personnel supplémentaire en plein milieu du festival afin de répondre à la très forte demande des clients qui affluaient dans le restaurant ou encore sous le chapiteau temporaire. «La première fin de semaine, ça a été fou, mais on a aussi vu une augmentation durant la semaine, alors que ça peut tomber plus tranquille parfois. Mais dès qu'il faisait beau, la terrasse se remplissait et notre brasseur est parfois devenu nerveux de manquer de bière blonde», lance en riant Philippe Dumais, copropriétaire de la microbrasserie.
Pour lui, c'est peut-être davantage la température exceptionnelle des derniers jours que l'effet 50e anniversaire qui s'est fait sentir pour son établissement. «Je ne sais pas à quel point l'effet 50e se fait sentir. Est-ce que la publicité qui entoure ça amène vraiment plus de monde? Difficile à dire, mais ce que nous on observe, c'est que dès que le soleil est là, les rues sont pleines et le restaurant va se remplir. Pour ça, nous avons été gâtés cette année», ajoute M. Dumais, qui précise qu'à chaque festival western, l'équipe composée généralement d'une cinquantaine d'employés en période estivale peut grimper à 70.
Pour le propriétaire de la boutique Le Mercier, Francis Bédard, non seulement l'achalandage a-t-il été excellent cette année, mais il se réjouit aussi de voir de plus en plus de nouveaux visages, et surtout des plus jeunes, franchir la porte de sa boutique ou se promener dans les rues. «Le festival fait aussi face au défi de renouveler sa clientèle avec les années, et on constate que ça se produit. Les jeunes sont nombreux à venir. On voit des gens qu'on ne voyait pas avant, qui nous confient que c'est leur première visite», mentionne-t-il.
M. Bédard admet qu'il appréhendait la publicité négative qui a entouré le débat sur le sport du rodéo et le bien-être animal, mais constate désormais que l'effet de cette publicité ne se sera pas fait sentir sur l'achalandage. «Lundi, je suis monté au deuxième étage de ma boutique et j'ai regardé la rue du Moulin. C'était plein autant que si ça avait été un vendredi. Je n'avais jamais vu autant de monde un lundi de festival», relate celui qui oeuvre dans cette boutique depuis plus de 20 ans.
Chez le Géant Motorisé, l'un des nombreux vendeurs de motorisés et roulottes présents au festival, on s'attendait aussi à vivre une année record. En date de vendredi après-midi, 48 motorisés et roulottes avaient été vendus, pour un total de plus de 7,3 M$ de ventes. Et la seconde fin de semaine est toujours excellente pour les ventes. «On va certainement dépasser les ventes de l'an dernier», croit Michel Bérard, représentant pour la compagnie rencontré sur place. Ce dernier indique que comme par les années passées, les gens ont acheté tant des véhicules neufs qu'usagés.
Année record?
L'organisation du Festival western de Saint-Tite ne peut encore le confirmer, mais tout porte à croire que l'édition 2017 du 50e anniversaire sera une édition record au niveau de l'achalandage. «Quand on jase avec les commerçants, ils nous disent: «Je n'ai jamais vu ça». Surtout les journées du week-end, mais même les journées de semaine il y a eu beaucoup de visiteurs. Nous, les indicateurs qu'on a, ce sont les campings qui affichent complet et notre billetterie aussi qui a littéralement explosé», indique le directeur général du Festival western, Pascal Lafrenière.
Ce dernier estime que le succès du festival pourrait avoir été un amalgame de programmation bonifiée et de température qui a été plus que clémente avec l'organisation. «Les gens se sont présentés à notre programmation, tant pour les rodéos que les spectacles, mais aussi dans les chapiteaux en ville. Je pense qu'on a fait un bon coup avec notre équipe de programmation pour faire en sorte que les gens soient là. Il fait beau, ça aide. Les chiffres finaux par la firme Crop, nous les aurons plus tard cette année, mais je ne serais pas étonné que ce soit une année record», avance Pascal Lafrenière, qui rappelle que plus de 1,5 M$ ont été injectés dans la programmation du 50e pour bonifier les activités et le service à la clientèle.
Place au dernier droit
La fête se poursuit ce week-end à Saint-Tite. Alors que les prévisions d'Environnement Canada laissent entrevoir des journées radieuses, des milliers de festivaliers sont attendus pour la dernière étape du 50e Festival western. 
Incluant le rodéo de vendredi soir, le Festival western présente cinq rodéos ce week-end. Les meilleurs concurrents de l'International Professional Rodeo Association (IPRA) sont sur place pour mettre la main sur les alléchantes bourses offertes par Saint-Tite. Et un rodéo extrême de nuit animera les grandes estrades jusqu'au petit matin dimanche.  
«C'est un beau et gros défi logistique pour nous de présenter cinq rodéos en 48 heures», lance Pascal Lafrenière, directeur général du Festival western de Saint-Tite. «Tous ces rodéos seront présentés à guichets fermés. Les ventes de billets ont explosé cette année.»
Les grandes estrades accueilleront donc en tout 37 500 spectateurs. «C'est un très beau succès... c'est phénoménal. Nous sommes vraiment contents de ça», ajoute Pascal Lafrenière. 
Les 50 ans de l'aventure western de Saint-Tite seront célébrés en musique samedi lors d'un spectacle orchestré par nul autre que la reine du country québécois, Renée Martel. Ce spectacle de clôture de la 50e édition sera présenté deux fois samedi. 
«Renée Martel a tout le temps été présente au festival western de Saint-Tite. Elle est avec nous dès les débuts de l'événement. C'est une occasion pour nous à l'organisation de lui rendre hommage et à elle de rendre hommage au 50 ans du Festival western», avoue Pascal Lafrenière. 
Ce spectacle unique regroupera sur scène des artistes comme Paul Daraîche, Isabelle Boulay, Julie Daraîche, Cindy Bédard, Guylaine Tanguay, Brigitte Boisjoli, Manon Bédard, Véronique Labbé, Annie Blanchard, Robby Johnson et Irvin Blais. 
Le Cirque Éloïze présentera son spectacle Saloon, Cavale au coeur du Far West pour une dernière fois samedi à 14h. Ce spectacle sait plaire au public de tous les âges et il reste encore des billets. En terminant, les amateurs de danse sont conviés samedi au plus grand rassemblement de danse country du Québec. Gabriel Delisle