L'Italienne Arianna Fontana n'a laissé planer aucun doute sur ses sentiments en montant sur le podium pour recevoir sa médaille d'argent du 500m féminin en courte piste!

Trinquer au Prosecco ou au Magnum

Il y a beaucoup d'analogies à faire entre le hockey et le patinage de vitesse. Tenez, comme l'expression «tour du chapeau».
Après les deux médailles gagnées par Arianna Fontana, mon équipe de filles au relais conserve d'excellentes chances de monter sur le podium. En fait, au moment où vous lisez ces lignes, la course est déjà terminée (NDLR: elle était prévue mardi matin peu avant 6 h, heure du Québec). Je flotte sur mon nuage, ou encore j'essaie de comprendre qu'est-ce qui a pu se passer pour que mes Italiennes soient écartées du top-3.
Qu'à cela ne tienne, j'ai prévu le coup: on a amené une bouteille de Magnum à l'aréna, après avoir bu (un peu) de Prosecco samedi à la Maison de l'Italie. Que voulez-vous, l'esprit est à la fête par chez nous! On ne se privera quand même pas d'un bon champagne. Ce sont les Jeux olympiques et nous avons toutes les raisons d'être heureux.
Mais la ligne est mince entre le succès et l'échec. Lundi, j'ai pu constater à quel point les Canadiennes ont été secouées par la malchance qui s'est abattue sur leur délégation depuis le début des compétitions à Sotchi. Pour la première fois en plusieurs semaines, elles s'entraînaient en même temps que mes filles.
Étonnamment, nous avons pu observer leur relais. De notre côté, on s'était entendus pour ne pas patiner en équipe devant les autres pays. C'est comme si au hockey, l'équipe adverse savait la veille d'un match la composition des trios et le gardien qu'elle allait affronter. En plus, les Canadiennes se parlent en français, alors j'ai capté plusieurs bouts de conversation. Après la séance, j'ai avisé mes filles de quelques détails, étant donné que nous savons fort bien que la médaille de bronze pourrait se jouer entre nous et elles.
En tout cas, j'ai senti mes protégées beaucoup moins nerveuses que la gang du Canada. C'est normal dans les circonstances et dans notre sport, ça peut changer très vite. On aura sûrement la chance de s'en reparler jeudi...
En passant, les heures de pratiques sont prévues depuis des mois. J'ai organisé mon horaire en vue des Jeux de Sotchi en décembre dernier! C'est un hasard qu'on se retrouve sur la glace principale en même temps qu'une autre équipe.
Pas de Poutine en Italie
J'ai lu que le président russe Vladimir Poutine s'est rendu au village du Canada la semaine dernière. On n'a pas eu l'occasion de le voir à celui de l'Italie! Il faut dire que les deux quartiers généraux sont très différents. Dans la maison canadienne, il y a non seulement tous les athlètes, mais des parents, amis, anciens entraîneurs, officiels et ex-olympiens. Chez nous, c'est un peu plus politique... sauf quand nous ramenons des médailles.
À l'instar de jeudi, on a vécu une belle journée samedi avec la médaille de bronze de Fontana au 1500m. Une grande fête a été organisée jusqu'au petites heures du matin, comme je vous le disais plus haut. J'ai même dû demander gentiment à Arianna de retraiter vers sa chambre: avec l'heure qu'il était, j'avais peur qu'elle ne se couche pas!
En terminant, je dois souligner la victoire de la Hollandaise Jorien ter Mors au 1500m en longue piste, même si vous savez qu'il y a une grande rivalité entre nos deux pays. C'est que Jorien est d'abord une patineuse de courte piste (elle a terminé quatrième au 1500m samedi). Sa victoire ne plaît pas à tout le monde dans le milieu du longue piste, mais pour nous, il s'agit d'un grand accomplissement. On peut taquiner nos amis du longue piste jusqu'à la fin des Jeux!
Propos recueillis par Louis-Simon Gauthier