Le 24 avril dernier, au moins 400 personnes sont mortes dans l'effondrement d'un immeuble qui abritait cinq ateliers de confection au Bangladesh.
Le 24 avril dernier, au moins 400 personnes sont mortes dans l'effondrement d'un immeuble qui abritait cinq ateliers de confection au Bangladesh.

Tragédie au Bangladesh: un rappel troublant que les ateliers de misère existent toujours

Comité de solidarité/Trois-Rivières
Le Nouvelliste
«Les fissures dans les murs étaient apparentes depuis de nombreux jours et nous ne voulions plus y entrer pour aller travailler, mais les propriétaires ont appelé les policiers pour nous obliger à entrer.»
Le 24 avril dernier, au moins 400 personnes sont mortes dans l'effondrement d'un immeuble qui abritait cinq ateliers de confection au Bangladesh.
Une tragédie semblable a aussi eu lieu en novembre 2012, dans le même pays, alors qu'un incendie dans une usine de textile avait coûté la vie à plus de 100 ouvriers, en majorité des femmes, suscitant une polémique sur les conditions de travail et de sécurité des employés de cette industrie, la deuxième plus importante au monde.
Qu'est-ce qu'un atelier de misère?
Un atelier de misère signifie un espace de travail qui ne respecte en rien les normes fondamentales du travail de l'Organisation internationale du travail (OTI) et la Déclaration universelle des droits de l'homme.
Les conditions de santé et sécurité y sont mauvaises, les heures supplémentaires excessives, les salaires misérables, l'organisation collective des travailleurs et travailleuses combattue, sans oublier que les abus et le harcèlement y sont fréquents. Au Bangladesh, des millions de personnes travaillent 6 jours par semaine, 12 heures par jour, dans des usines de textiles surpeuplées et délabrées
Un code d'éthique pour les compagnies?
Bon nombre de compagnies qui nous offrent des produits de consommation bon marché fabriqués dans les ateliers de misère affirment se conformer à des traités internationaux et à des codes de conduite qui garantissent aux travailleuses et aux travailleurs de bonnes conditions. Le fait que ces codes soient davantage appliqués dans un pays que dans un autre peut être expliqué par la volonté politique des dirigeants et souvent par la pression exercée par des organisations de la société civile.
Rôle et responsabilités du Canada
Le Canada est signataire de nombreuses conventions internationales concernant le travail des enfants et les droits des travailleuses et des travailleurs. Tous les pays, où sont installés les ateliers de misère, négocient avec le Canada des ententes concernant les tarifs douaniers associés aux produits que nous retrouvons sur les tablettes des magasins de chez nous. La négociation des tarifs douaniers doit être liée au respect des conventions internationales. Le Canada devrait exiger des processus de surveillance et de contrôle de l'application de ces conventions.
Le consommateur est-il piégé?
Nous voulons tous trouver, à bon prix, des produits qui répondent à nos besoins de consommateur. Certains diront « mieux vaut travailler dans un atelier de misère que de mourir de faim », d'autres feront le choix de ne pas acheter certains produits. Deux réactions qui ne contribuent pas à l'amélioration de ces conditions de travail. Ces personnes appellent à une reconnaissance que nous ne sommes pas seulement des consommateurs, mais des citoyens capables de prendre la parole en défendant des droits universellement reconnus.
Qui travaille dans les ateliers de misère?
Environ 215 millions d'enfants dans le monde sont considérés comme des travailleurs. Cinquante-trois pour cent d'entre eux sont impliqués dans des travaux considérés comme dangereux.
Au moins 12,3 millions de personnes sont considérées des travailleuses et travailleurs forcés (servitude de dette, traite des êtres humains et esclavage moderne). Les populations les plus vulnérables sont les femmes et les filles ainsi que les populations migrantes.
Dans le monde, 829 millions de femmes et 522 millions d'hommes vivent dans la pauvreté.
Sources : OTI, 2011
Pour en savoir plus
Association québécoise des organismes de coopération internationale
Centre international de solidarité ouvrière et Coalition québécoise contre les ateliers de misère (CQCAM)