Martin Asselin

Tout un baptême pour Martin Asselin

Pour la première fois depuis la fusion municipale et même avant, les conseillers aspirants pour représenter le secteur Lac-à-la-Tortue n'ont pas à promettre la réalisation de l'assainissement des eaux usées lors du prochain mandat, puisque ces travaux sont enfin amorcés. Martin Asselin peut donc se présenter devant ses électeurs avec la satisfaction d'avoir participé de près à l'aboutissement de cet important dossier.
Le projet d'assainissement des eaux usées, évalué à plus de 40 millions de dollars, a emprunté un parcours de montagnes russes au cours des dernières années. Plusieurs citoyens n'y croyaient plus, mais la mise en place du Fonds pour l'eau potable et le traitement des eaux usées a non seulement permis de supporter la Ville de Shawinigan pour réaliser ce projet, mais également de réduire considérablement la facture des travaux pour les citoyens. Rappelons que Québec et Ottawa assument 83 % des coûts admissibles, laissant une proportion de 17 % aux riverains.
Évidemment, le pas de côté du conseil municipal sur les frais d'asphaltage aurait pu ternir la bonne nouvelle, mais la présentation du chantier et les explications sur le financement effectuées à Espace Shawinigan le 27 juin ont clairement démontré qu'une vaste majorité de citoyens applaudissaient le résultat.
«C'est sûr que ça m'a rassuré», convient M. Asselin. «On voit que la masse des citoyens sont satisfaits.»
Le gestionnaire immobilier peut donc solliciter un deuxième mandat le torse bombé par cette importante réalisation.
«C'est sûr et certain que ça a bien adonné, mais je poussais toujours sur ce dossier», explique M. Asselin. «Quand Michel (Angers) rencontrait le ministre Coiteux, je demandais toujours des développements. En fait, j'ai eu une satisfaction deux fois, car le projet avait aussi été accepté par Chantiers Canada, où chaque partenaire contribuait au tiers des coûts.»
La réalisation de ce projet majeur se conforme au plan directeur pour la protection du lac à la Tortue, un dossier sur lequel M. Asselin a mis beaucoup d'énergie depuis quatre ans.
«Qu'on parle de la revégétalisation et du nettoyage des berges, la vérification des (cours d'eau) tributaires, la pose des sacs de jute... L'assainissement des eaux usées sera une grosse action, mais il y a encore du travail à faire pour continuer à protéger le lac», prévient-il. 
M. Asselin a également accompagné le comité organisateur du Festi-Beach dans son désir de renouveler sa formule. L'événement a ainsi pris une pause en 2016, puis en 2017 parce que la Ville prévoyait que les travaux d'assainissement des eaux usées et d'aqueduc seraient commencés en juillet. L'an prochain, le suspense demeure entier, puisque selon toute vraisemblance, ce chantier demeurera très actif à l'été 2018. Difficile de savoir quand le nouveau Fastival prendra véritablement son envol.
«Ce n'est pas à moi de prendre la décision», commente le conseiller sortant. «Cet événement attirait beaucoup de monde au lac. J'aimerais beaucoup que ça continue, mais ça prend des bénévoles. Je ne sais pas encore ce qui va se passer pour les années futures.»
S'il est réélu, M. Asselin souhaiterait que la Ville se serve du défrichage effectué pour le raccordement du réseau d'aqueduc entre le rang Saint-Mathieu et le secteur Lac-à-la-Tortue pour aménager une piste cyclable.
«Nous pouvons faire d'une pierre, deux coups en ajoutant une couche de gravier», suggère-t-il. «Ce serait plus sécuritaire pour les cyclistes du rang Saint-Mathieu.» La réfection de l'avenue Saint-Georges, entre le pont de Grand-Mère et la route de Lac-à-la-Tortue, fait aussi partie de ses priorités.
M. Asselin sait qu'il fera face à au moins trois adversaires lors de l'élection du 5 novembre. Il s'agit de Robert Houle, Michel Roy et Roger Gélinas.