Mikaël Zewski a disputé sept rounds de boxe samedi face à un boxeur qui refusait de prendre des risques, se contentant de se défendre. Il aura au moins eu l'occasion, ainsi, d'accumuler un peu de temps dans le ring.

Top Rank va mettre le paquet pour Zewski

Mikaël Zewski n'a fait qu'une bouchée de Krzysztof Szot, samedi, lors de la carte préliminaire du gala mettant en vedette Jean Pascal et Lucian Bute. Le boxeur a ainsi protégé sa fiche parfaite grâce à cette 23e victoire, dont 18 par K.-O. Il est toutefois temps de passer aux choses sérieuses et le Trifluvien a appris dimanche qu'il avait l'appui des dirigeants de Top Rank.
Zewski se doutait bien qu'il serait difficile de faire tomber son adversaire, lui qui n'avait jamais visité le plancher en 29 combats. Pire encore, Szot n'a que très rarement démontré ses capacités offensives, préférant y aller d'un effort défensif et tenter de surprendre le boxeur de 24 ans.
«Je suis satisfait dans la mesure où j'affrontais un gars qui ne voulait que survivre. Il n'attaquait pas et il ne s'est pas essayé parce que j'aurais augmenté la cadence. Ce n'était pas un combat spectaculaire, mais techniquement, j'ai fait ce que j'avais à faire.»
Après avoir dominé tous les rounds, Zewski a senti que la fin approchait au septième assaut puisque son adversaire avait perdu son protecteur buccal à quelques reprises afin de reprendre son souffle. «Je voulais qu'il pense qu'il n'y avait aucun moyen afin qu'il puisse gagner et au septième round, j'ai vu dans ses yeux qu'il avait abandonné, a expliqué Zewski. Après un coup, il a perdu son protecteur buccal et il a mis le genou à terre. Je ne sais pas si c'est parce qu'il avait mal ou parce qu'il voulait le ramasser.»
Le Trifluvien en a immédiatement profité dès la reprise en enchaînant une combinaison qui a de nouveau forcé Szot à poser un genou à terre, avant de lancer la serviette. «J'ai fait des rounds, alors, pour ça, je suis content. Mais je suis déçu du fait que c'était au Centre Bell, dans un gala historique, et que ça n'a pas été un combat où nous nous sommes échangés des coups. J'aurais aimé donner un méga show. Mais je n'ai pas à me plaindre, c'était une belle victoire», a-t-il souligné.
Place aux choses sérieuses
Depuis plus d'un an, les amateurs de boxe s'interrogent à savoir quand Zewski affrontera un adversaire de meilleur calibre. Même le principal intéressé semblait se questionner à ce sujet, lui qui laisse sa carrière dans les mains de son gérant, Cameron Dunkin.
La réponse est venue samedi soir. Le vice-président du groupe Top Rank, Carl Moretti, a indiqué à Zewski qu'il était temps de passer à l'étape suivante et que l'écurie allait ouvrir son portefeuille afin d'attirer des boxeurs de calibre pour le Québécois. «À mon prochain combat, le type d'adversaire va avoir changé. C'est fini les huit rounds, ce sera des affrontements de dix assauts, selon ce qu'on m'a dit. C'est le temps d'avancer», a-t-il lancé.
Toutefois, il y a fort à parier que Top Rank s'assurera que son poulain se batte sur ses propres cartes, plutôt que celles d'autres groupes, comme ce fut le cas lors de ses deux dernières sorties. Ses présences au Québec s'annoncent donc beaucoup plus rares. «Ça pourrait changer si, par exemple, HBO est impliqué dans un événement qui est à Montréal et que je peux me battre à la télévision», a-t-il indiqué.
Zewski a aussi appris une autre bonne nouvelle samedi, puisqu'il apparaît maintenant au 12e rang du classement pour la ceinture vacante NABO des mi-moyens, une première dans sa carrière. Son objectif de se battre pour un titre mineur en 2014 est donc à portée de main. «Je suis éligible à la ceinture grâce à ce classement. Top Rank n'a pas besoin d'appeler pour me vendre parce que je suis maintenant aspirant», s'est-il réjoui.
D'ici là, Zewski compte s'accorder quelques semaines de repos, lui qui a disputé six combats dans la dernière année. Il ne prévoit pas retourner dans le ring avant le mois d'avril.