Les Petits chanteurs de la Maîtrise du Cap présenteront leur concert-bénéfice Moi mes souliers samedi, à 19 h 30, à la salle J.-Antonio-Thompson.

Sur les traces de Félix

Après avoir puisé dans les répertoires musicaux de productions du Cirque du Soleil, de films de Walt Disney et de la culture africaine par les années passées, les Petits chanteurs de la Maîtrise du Cap feront honneur à la chanson québécoise pour leur concert-bénéfice de la saison 2013-2014, samedi soir dès 19 h 30 à la salle J.-Antonio-Thompson.
Intitulé Moi mes souliers, le spectacle multidisciplinaire alliant musique, danse et théâtre plongera le public dans l'histoire de la chanson québécoise d'hier à aujourd'hui. Comme le titre du concert le suggère, c'est la célèbre pièce Moi mes souliers, de Félix Leclerc, qui sert de fil conducteur aux titres choisis par la directrice musicale Claire Bisaillon. Les textes, les chorégraphies et la mise en scène sont signés Pascale Pruneau.
«Cette année, on souligne le 50e anniversaire de la Maîtrise. Je voulais revenir à quelque chose de chez-nous. Il y a 50 ans, Félix Leclerc avait beaucoup de succès, et on fêtera les 100 ans de sa naissance cette année», commence Claire Bisaillon en évoquant son inspiration pour le concept du concert-bénéfice de cette année.
«J'avais le goût de chanter en français aussi... Ces dernières années, nous avons chanté en anglais, puis même en zoulou! Aussi, j'avais le goût de quelque chose d'un peu fantastique, et le fantastique est assez présent dans le folklore québécois», continue celle qui est à la barre de la Maîtrise du Cap depuis 2001.
Quatre jeunes comédiennes et un comédien adulte (Stéphane Dostie, qui chante aussi dans la Maîtrise), font vivre l'histoire de deux petites filles intriguées par une paire de bottes appartenant au grand-père de l'une d'elles. Le grand-père en question profite de la curiosité des fillettes pour leur raconter la légende d'Arthur Lepur et de Dédé Tremblay. Les personnages de la fée Lucette et d'une diablesse s'intègrent au scénario en le colorant de pointes d'humour.
Les quelque 80 choristes interpréteront des titres d'auteurs-compositeurs marquants comme Gilles Vigneault, Raymond Lévesque et Jean-Pierre Ferland, ainsi que de groupes qui ont aussi influencé la musique québécoise dans les années 1970, comme Beau Dommage et Harmonium. Des chansons de Claude Dubois, Robert Charlebois et Mes Aïeux sont aussi au programme.
Claire Bisaillon a sélectionné des pièces dont les harmonisations se prêtaient bien au choeur qu'elle dirige. Et parfois, elle a choisi la version d'un autre groupe que celle de l'artiste original. C'est le cas notamment de Jours de plaine, de Daniel Lavoie, revisitée par les Charbonniers de l'enfer, et reprise à partir de cette version-là par la Maîtrise du Cap. Les chansons de Beau Dommage seront pour leur part livrées dans une suite écrite pour choeur par Anthony Razankovic.
Même si les jeunes de la Maîtrise du Cap ne connaissaient pas nécessairement toutes les chansons de ces monuments de la culture québécoise, Claire Bisaillon observe «qu'ils aiment beaucoup les chanter. Il y a quelque chose là-dedans qui les rejoint. Ce sont nos racines, et ça paraît».
Les choristes seront accompagnés de Francine Dufour au violon, Philippe Bournival au piano, Martin Carbonneau à la guitare, Sébastien Saliceti à la basse et Philippe Coulombe à la batterie.
Les billets sont en vente à la billetterie de la salle Thompson au coût de 25 $ pour les adultes et 10 $ pour les étudiants de 17 ans et moins.