Si le décor de Lèche ton livre est dénudé, les textes meublent amplement le spectacle qui était présenté en première vendredi soir dans le cadre des activités hors les murs du Salon du livre de Trois-Rivières. Sur la photo, on retrouve, de gauche à droite: Patrick Senécal, Véronique Fontaine, Véronique Marcotte, Charles Papasoff et Rémi-Pierre Paquin.

Si près et si loin du paradis

C'est comme si, quand on sort des murs du Salon du livre, la littérature prenait ses aises et des directions inattendues. Avec Lèche ton livre, le spectacle présenté à la Maison de la culture devant quelque 150 spectateurs vendredi soir, on a exploré des zones inconvenantes des écrits de Véronique Marcotte et Patrick Senécal qui n'en manquent ni l'un ni l'autre.
Textes sulfureux ne signifient pas spectacle léger. Cet espèce de cabaret du scabreux et de l'inavouable s'est quand même déroulé dans une constante bonne humeur menée avec une très sympathique dérision par Rémi-Pierre Paquin assez à son aise dans la peau de Dieu servant de procureur dans le jugement dernier des deux écrivains.
À travers des extraits choisis de leurs oeuvres, Dieu a effeuillé quelques pages du livre des péchés capitaux dont on soupçonnait les deux protagonistes de s'être rendus coupables dans leurs écrits. C'est sans grande conviction qu'ils s'en sont d'ailleurs défendus au terme de lectures laissant assez peu de doute sur leurs répréhensibles penchants. Luxure, paresse, luxure, orgueil, luxure, vengeance, luxure: on n'a pas manqué de matériel incriminant.
Ce procès s'est déroulé dans une ambiance bon enfant largement dominée par l'humour. Les nombreuses ruptures de ton, les décrochages et les blagues écrites ont abondamment nourri les rires d'un public très complice. Toute la soirée a été marquée par cette auto-dérision qui a manifestement plu au public.
Yann Perreau est venu en invité-surprise réciter un texte de Claude Péloquin et interpréter une chanson au piano.
Le spectacle de vendredi était une première, un laboratoire. Un test, aussi, peut-être. Il ne subsiste pas de doute quant à la valeur de la formule qui n'a même pas vraiment souffert des carences comme les textes d'enchaînement que les comédiens lisaient.
On a évité l'écueil des lectures d'extraits figées et répétitives, changeant les formules avec des lectures individuelles, collectives, en dialogues, à quatre, en succession, etc. On retient particulièrement la lecture à quatre avec Véronique Marcotte et Patrick Senécal en narrateurs vulgaires et Véronique Fontaine et Charles Papasoff en couple érotique décalé. Suave.
Lèche ton livre offre un concept intelligent et divertissant qui offre à la littérature une plate-forme originale et privilégiée dont elle ne peut que profiter.