Alain Gravel, directeur du service des finances, Gaétan Béchard, directeur général, et Michel Angers, maire de Shawinigan, lors de la présentation du budget 2017 en conférence d'information, lundi après-midi.

Shawinigan: faible hausse de 1% des taxes

Jamais les Shawiniganais n'auront été autant épargnés sur leur compte de taxes qu'en 2017 depuis le début du règne de Michel Angers à l'hôtel de ville.
En fin d'après-midi lundi, le conseil municipal a adopté son dernier budget du présent mandat en n'imposant qu'une hausse moyenne de 1 %, un répit que le maire refuse d'attribuer à l'année électorale qui se pointe.
Pour la maison moyenne évaluée à 146 365 $ à Shawinigan, le prochain compte de taxes passera ainsi de 2432,42 $ à 2456,83 $, une hausse de 24,41 $. Jamais au cours de l'actuel mandat, et encore moins durant son premier de 2009 à 2013, l'administration Angers n'avait si peu sollicité les contribuables.
Comment expliquer cette retenue? M. Angers n'y voit rien d'exceptionnel, mais il décortique le passé pour préciser les contextes. 
En 2014 par exemple, il estime que la hausse du compte de taxes s'établissait à 1,97 %, mais que le pacte fiscal transitoire l'a soufflé de près d'un demi-point de pourcentage supplémentaire.
En 2015, les coupes de 1,2 million $ imposées par le gouvernement du Québec équivalaient à elles seules à une hausse de taxes de 1,6 %, selon lui. Sans elles, le compte de taxes moyen n'aurait augmenté que d'environ 1,15 %. 
L'an dernier, la Ville de Shawinigan avait annoncé une hausse moyenne de 1,54 %... en soustrayant la nouvelle taxe sur les insectes piqueurs, «un service que les citoyens souhaitaient se payer», glisse le maire. Mais en réalité, le compte de taxes bondissait de 3,2 %.
«Donc, au cours des quatre dernières années, on n'est pas montés en haut de 2 %», tranche M. Angers. «Et je vous rappelle que 57 % de nos dépenses sont attribuables aux salaires des employés et à la dette. Depuis trois ou quatre ans, l'administration municipale, à travers ses budgets d'opération, vit des compressions année après année.»
En 2017 d'ailleurs, les dépenses liées purement à l'administration municipale reculent de 273 000 $, notamment grâce à des suppressions de postes par attrition. Au total, cette fonction doit toutefois augmenter son budget de 168 000 $ par rapport à l'an dernier, en raison du coût des élections en 2017, évalué à 441 000 $.
Le maire fait remarquer que les surplus enregistrés par la Ville sous son règne démontrent clairement que Shawinigan n'a jamais exagéré dans sa perception de taxes. Effectivement, particulièrement au cours du mandat qui s'achève, Shawinigan a dégagé des excédents de 130 400 $ en 2014 et de 855 095 $ en 2015. Le résultat de 2016 sera dévoilé au printemps, mais en novembre, l'administration municipale prévoyait un coussin de 612 000 $.
«Les surplus de la Ville de Shawinigan ne ressemblent en rien à ce qu'on peut voir ailleurs au Québec», pointe M. Angers.
Taxe foncière
La hausse du compte de taxes moyen en 2017 est essentiellement attribuable à une augmentation du taux de la taxe foncière, qui passe de 1,3728 $ à 1,3948 $ par tranche de 100 $ d'évaluation. Il s'agit d'une majoration de 1,6 %.
Toutefois, les taxes pour le transport en commun et le service de la dette reculent, tandis que les tarifs sur l'eau, les égouts, la cueillette des ordures ménagères, la collecte sélective et le contrôle des insectes piqueurs sont gelés par rapport à 2016.
À noter que la fameuse taxe d'égout pour les entreprises, qui avait pris par surprise les gens d'affaires l'an dernier, ne subit aucune variation en 2017.
Au bout du compte, la Ville de Shawinigan prévoit des dépenses de 82,6 millions $ en 2017, une hausse de 2,9 % par rapport aux 80,3 millions $ de l'année qui s'achève. 
Le maire fait remarquer que le nouveau système d'éclairage intelligent permet déjà des économies de plus de 250 000 $, qui devraient doubler éventuellement. Le coût pour la desserte de la Sûreté du Québec diminuera encore l'an prochain, cette fois de 276 000 $, en raison d'un changement dans le calcul du coût d'un policier.
Enfin, M. Angers mentionne que les nombreux organismes qui reçoivent un soutien financier de la Ville doivent s'attendre à obtenir les mêmes montants en 2017, sans plus.