Shawinigan demeure la municipalité qui obtient le plus important montant de péréquation en 2017, soit 2 697 743 $.

Shawinigan demeure en tête de la péréquation

La mise en place d'une nouvelle formule de calcul pour la péréquation ne semble pas désavantager Shawinigan pour le moment, puisqu'elle demeure largement en tête du palmarès des villes québécoises qui bénéficient de cette aide du ministère des Affaires municipales et de l'Occupation du territoire.
En tout, 423 municipalités se partagent en 2017 l'enveloppe annuelle de 60 millions de dollars. Une fois de plus, la Mauricie figure plutôt bien dans ce palmarès peu enviable. Shawinigan demeure la municipalité qui obtient le plus important montant de péréquation en 2017, soit 2 697 743 $. Trois-Rivières suit pas très loin derrière, à 2 448 503 $. La Tuque occupe la cinquième place au Québec, à 1 324 883 $.
La péréquation vise à soutenir des municipalités dont la richesse foncière tire de la patte par rapport à la moyenne québécoise. Cette aide financière leur permet de boucler leur budget pour offrir les services attendus par la population. Outre la richesse foncière, le nombre d'habitants est également pris en considération dans ce calcul complexe.
Shawinigan n'a pas souvent cédé le titre de principale bénéficiaire de la péréquation depuis les fusions de 2002. Les nombreuses fermetures d'usines ont fortement contribué à cette situation, puisqu'elles entraînent une baisse d'évaluation du parc immobilier de la Ville et ainsi, privent l'administration municipale de précieuses recettes. En fait, en quinze ans, la première place ne lui a échappé que six fois. À quatre de ces occasions, le titre est revenu à Trois-Rivières.
Depuis cette année, le MAMOT a modifié son calcul de répartition de la péréquation. Cette décision avait été annoncée dans la foulée de l'Accord de partenariat avec les municipalités du Québec, en septembre 2015.
En guise de transition, le gouvernement a décidé d'introduire progressivement la nouvelle forme de répartition. En 2016, l'ancienne formule s'appliquait à 75 % et la nouvelle, à 25 %. Pour 2017, les deux modes de calcul sont appliqués également. La nouvelle formule sera utilisée à 75 % en 2018 et l'année suivante, elle sera entièrement intégrée.
Les municipalités de la région doivent-elles s'attendre à de profonds changements dans la répartition à la suite de ce nouveau calcul? Difficile de tirer des conclusions pour le moment. Mais par rapport à l'an dernier, les contributions à Shawinigan et à La Tuque ont respectivement augmenté de 2,7 % et 20,1 %. À Trois-Rivières par contre, elle a diminué 6 %.
Faut-il y voir une tendance? Au MAMOT, on demeure prudent sur la question.
«Étant donné que les montants de péréquation sont calculés à chaque année en tenant compte des nouvelles données sur la richesse foncière, il est difficile d'affirmer si la nouvelle formule avantagera Shawinigan dans l'avenir et si celle-ci obtiendra un montant toujours plus élevé au fil du temps», prévient le ministère dans un courriel.
Notons qu'à travers le Québec, treize municipalités de moins bénéficient d'un montant de péréquation en 2017 par rapport à 2016.