Les locaux de Nicolet Plastique n'auront pas le temps d'être laissés vacants avec la venue de Rovibec au cours des prochains mois.

Rovibec s'installe à Nicolet

Alors que Nicolet Plastique est en processus de fermeture d'ici avril, les locaux de la route du Port ne resteront pas inoccupés très longtemps avec l'implantation de Rovibec, au coût de 3,9 millions de dollars.
<p>L'année 2014 commence avec une bonne nouvelle économique à Nicolet. Dans l'ordre habituel, on retrouve Pierre Genest, directeur général de la Ville, Martin Rousseau, directeur général de Rovibec, et Alain Drouin, maire de Nicolet.</p>
L'entreprise de Sainte-Monique, spécialisée dans la conception et la fabrication de systèmes de haute technologie automatisés pour l'alimentation des troupeaux, recevra entre autres un prêt de 500 000 dollars provenant du Fonds de diversification économique pour son déménagement.
Et si, dans ses belles années, Nicolet Plastique faisait travailler une cinquantaine de personnes, c'est un nombre équivalent d'employés que Rovibec amène avec elle. Un chiffre qui risque toutefois de se situer entre 75 et 100 d'ici cinq ans avec la conquête de nouveaux marchés et l'arrivée de nouveaux produits.
«Ça fait deux ans qu'on étudiait un site. Sainte-Monique est au milieu du triangle Victo, Drummond, Trois-Rivières. On avait plusieurs choix, dont Drummondville. Mais il y avait cette belle usine que M. Cloutier avait reconstruite en 2001», a raconté le directeur général de Rovibec, Martin Rousseau, en présence du propriétaire de Nicolet Plastique, Michel Cloutier. Un choix d'autant plus intéressant, selon lui, que le premier client de l'entreprise familiale fondée en 1976 était justement un agriculteur de Nicolet.
Depuis 2011, les besoins d'expansion avaient amené la direction à faire la location d'une bâtisse industrielle à Wickham de
21 000 pieds carrés. Mais il était devenu difficile de gérer deux sites, sans compter les pertes d'efficacité, d'où l'idée de regrouper les opérations sous un même toit.
Avec sa nouvelle usine de 59 000 pieds carrés et des terrains pouvant recevoir un agrandissement, Rovibec va pouvoir consolider sa position de leader à travers le monde en satisfaisant la clientèle avec des délais de production rapide et une flexibilité de production pour répondre aux besoins de plus en plus spécifiques des clients.
«Merci d'avoir choisi Nicolet. Cela maintient une cinquantaine d'emplois sur le territoire», a lancé le maire Alain Drouin.
C'est en septembre 2013 que Rovibec lui avait fait part de ses intentions d'agrandir ses installations. «Déjà, nous pouvions répondre à leur besoin. On a une ville qui a beaucoup à offrir pour les entreprises. On est à proximité des grands axes routiers réels et à venir», a commenté le premier magistrat, faisant référence au prolongement tant souhaité de l'autoroute 30.
Et celui-ci n'était pas peu fier de mettre à contribution le nouveau programme d'aide aux entreprises de la Ville, à la hauteur de 250 000 $, pour faciliter la relocalisation de Rovibec. «Le travail en silo n'existe pas chez nous. Ensemble, on va peut-être moins vite, mais on va plus loin», renchérit-il en faisant allusion à cette concertation entre les divers partenaires.
Si la transaction signifie la fin de la location à Wickham, la municipalité de Sainte-Monique n'aura pas tout perdu puisque la compagnie soeur de Rovibec, Milkomax Solutions Laitières inc., s'installera dans les locaux laissés vacants avec sa quinzaine d'employés. Cette entreprise, qui avait aussi reçu l'aide du Fonds de 200 millions $, produit le seul robot de traite mobile au monde.
D'ailleurs, le maire de Sainte-Monique, Marc Descôteaux, accueille favorablement le maintien des opérations de la famille Rousseau sous cette forme, se disant conscient des limites d'expansion dans sa localité. «On fait du mieux qu'on peut et on est allé au bout de ce qu'on pouvait faire», a-t-il fait savoir.
Depuis le début, le fondateur, Victor Rousseau, a eu le souci d'offrir la meilleure solution technologique d'alimentation robotisée pour améliorer l'efficacité des éleveurs de bétail. C'est en 1980 que la première usine, d'une superficie de 14 000 pieds carrés, fut construite à Sainte-Monique. Et depuis 2010, Rovibec est le seul manufacturier capable de proposer des systèmes complets d'automatisation.
Le député de Nicolet-Yamaska, Donald Martel, s'est réjoui de cette annonce, connaissant bien Rovibec par ses anciennes fonctions à la MRC et au CLD.
«Ce fut l'une des premières entreprises aidées par le fonds SOLIDE», rappelle-t-il en conclusion.