François Massicotte participait à Juste pour rire de Trois-Rivières hier à la salle Thompson. L'équipe de production ne peut encore annoncer de date de diffusion.

Rendez-vous manqué avec l'autodérision

C'était juste ça? On aurait pu s'attendre à plus d'acidité, de mordant et de provocation provenant du concept de Juste pour rire de Trois-Rivières. Six numéros d'humoristes se sont succédé sur la scène de la salle Thompson, plus ou moins inspirés de la thématique trifluvienne, et ont été filmés pour une télédiffusion future. Ce qu'un immigrant retiendrait de sa soirée, est que Trois-Rivières est un «pit stop» entre Montréal et Québec, et que l'air y est nauséabond.
La cité de Laviolette est la cinquième ville dans laquelle l'équipe de Juste pour rire s'est arrêtée pour... en rire, après Québec, Saguenay, Laval et Rouyn-Noranda. Ben et Jarrod, Yannick de Martino, François Massicotte, Stéphane Fallu, Olivier Martineau et Jean-François Mercier ont tour à tour été présentés par l'animateur Stéphan Bureau, aussi co-concepteur de cette série d'émissions spéciales diffusées à TVA.
Le duo Ben et Jarrod, qui a déjà passé l'été à Trois-Rivières en résidence à la Maison de la culture, a livré un numéro dans lequel la seule référence à Trois-Rivières fut la mention du bar de danseuses Le Scrabble. Les deux humoristes personnifiaient de faux durs à cuire qui souhaitaient mettre sur pied un nouveau groupe de motards en ville (une ville qui aurait pu être Matane ou Granby).
Yannick de Martino a suivi avec un numéro axé sur les saveurs de chips. L'angle en a été changé par Stéphan Bureau qui l'a interrompu sur la scène pour remettre en question sa prétention d'être natif de Trois-Rivières, comme il l'avait indiqué pour se faire engager pour le projet. Pas beaucoup de références à Trois-Rivières non plus, outre la question de son gentilé. Non, ce n'est pas Trois-Rivieux.
Il a fallu attendre le passage de François Massicotte pour sentir que le spectacle était vraiment dédié à Trois-Rivières. Peut-être est-ce parce que l'humoriste a grandi à Trois-Rivières (Ouest, précise-t-il), mais nous fûmes plus indulgents sur les blagues de mauvaises odeurs («Le Cap pue plus», dit-il, puisque les vents soufflent de l'ouest vers l'est).
L'humoriste a mentionné ses emplois d'étudiant chez Podium Sports, au Tennis intérieur mauricien et au Gosier, ravivant la nostalgie de ceux qui ont connu ces endroits. Sans vraiment insulter Trois-Rivières, c'est plutôt sur Shawinigan qu'il a laissé tomber son observation la plus «méchante»: «Shawinigan a été inventée pour que les gens de Trois-Rivières se sentent mieux. Quand on se compare, on se console».
Stéphane Fallu a seulement effleuré un autre stéréotype associé à Trois-Rivières, celui de la capitale des pâtes et papiers. Après nous avoir rappelé que la ville avait un passé industriel basé sur le papier (toute une recherche!), il s'est appliqué à faire l'éloge du papier sous toutes ses formes et usages, sans vraiment rattacher ses propos et réflexions à la ville en particulier. Pas que ce n'était pas drôle, mais le numéro aurait pu être présenté à Sherbrooke ou à Gatineau.
Même chose pour Olivier Martineau, qui lui s'est seulement servi du titre de capitale de la poésie de Trois-Rivières pour se moquer un peu de la poésie en général, en lisant quelques extraits, dont les paroles d'une chanson de K Maro... Encore là, lien trop facilement établi avec la ville, et tout aussi trop facilement abandonné pour voguer vers le générique.
L'humoriste le plus audacieux fut Jean-François Mercier, qui a osé un peu plus que les autres, et qui a gardé le cap sur le thème de la soirée, qui devait être Trois-Rivières. Mercier a basé son numéro sur le fait que la ville se retrouve au 25e rang sur 36 dans un palmarès de «villes heureuses» et a tenté de remonter l'estime de soi des trifluviens...
Il est un des seuls à avoir intégré des éléments de l'actualité dans son texte, notamment en évoquant l'arrestation d'Alexis Vadeboncoeur par les policiers municipaux. Comme François Massicotte, il s'est permis de rabaisser Shawinigan pour rehausser Trois-Rivières. Ses propos plus crus ont davantage fait mouche que les monologues édulcorés et si peu trifluviens de ses prédécesseurs sur la scène.
Les interventions de Stéphan Bureau n'étaient pas plus recherchées, étalant aussi les remarques éculées sur l'odeur de Trois-Rivières et son statut de ville-étape entre Montréal et Québec. Il a aussi parlé trop longtemps du bunker des Hells Angels à vendre, et sa seule blague sur le maire faisait référence à son «pied pesant» en voiture.
Bilan: on pourrait parler d'un rendez-vous manqué avec une autodérision qui s'est révélée sous-exploitée.