La quarantaine de syndiqués des installations de Béton provincial à Trois-Rivières ont voté à 80 % pour la grève vendredi dernier, au lendemain de l'imposition d'un lock-out par la direction de l'entreprise.

Règlement chez Béton Provincial

En lock-out depuis le 26 mars dernier, la quarantaine de syndiqués de Béton provincial à Trois-Rivières sont de retour au travail après avoir accepté la dernière offre patronale et entériné ainsi une nouvelle convention collective d'une durée de huit ans.
Le dernier contrat de travail était échu depuis la mi-janvier 2015.
Le président du Conseil central du Coeur-du-Québec à la CSN, Paul Lavergne, reste tout de même amer par rapport à ce règlement. Selon lui, les négociations allaient «très bien» quand l'employeur a décidé de décréter un lock-out. «Il a été très agressif dans les discussions et c'est comme s'il avait voulu casser le syndicat avant l'été, car c'est là qu'il fait de l'argent», a-t-il commenté.