Le député de Nicolet-Bécancour, Donald Martel.

Rapport sur Gentilly-2: «De la poudre aux yeux»

Pour les députés de l'opposition Donald Martel et Julie Boulet, le rapport qui sera déposé aujourd'hui sur Gentilly-2, à la suite de la commission parlementaire, sera truffé de généralités. Et à défaut d'avoir pu faire accepter leurs propositions sur le Fonds, ils auront vainement tenté d'obtenir jusqu'à la dernière minute une ultime séance de travail pour les faire inclure comme recommandations distinctes.
La députée libérale de Laviolette, Julie Boulet.
«C'est de la poudre aux yeux avec des conclusions peu significatives», affirme sans détour la députée libérale de Laviolette.
«On aura déçu beaucoup les gens de la région et ça vient confirmer l'attitude du gouvernement à l'égard de la Mauricie», renchérit son homologue caquiste de Nicolet-Bécancour qui, depuis le début, craignait justement d'être leurré de la sorte.
Le duo a mordu la poussière dans sa tentative de faire adopter la recommandation sur la pérennité et la récurrence du Fonds de 200 millions de dollars pour les 30 prochaines années. L'autre volet fut aussi rejeté, soit celui voulant que cette enveloppe soit complémentaire aux différents fonds et programmes d'Investissement Québec.
Et le rapport ne contiendra rien concernant le territoire visé par le plan de diversification économique.
Parmi les recommandations qui ont passé le test, il y a celles de maintenir un service conseil en ingénierie dans la région et de réaliser une étude comparative sur un démantèlement immédiat ou différé de la centrale nucléaire. Dans ce dernier cas, toutefois, c'est la présidente de la commission qui a sauvé la mise, les membres du gouvernement s'opposant à l'idée.
«Ils n'ont pas fait preuve de beaucoup de respect à l'égard des parlementaires. Je ne suis pas allé là pour faire de la politique. J'ai fait un travail sérieux et rigoureux pour défendre un territoire qui a perdu 800 emplois de qualité», a commenté Donald Martel.
S'inspirant d'une expérience précédente en 2008, en situation de gouvernement minoritaire, Julie Boulet souhaitait au moins pouvoir faire inclure dans le rapport des recommandations distinctes.
«Ce fonds est une illusion et c'est loin de compenser les pertes qu'on aura», conclut celle qui, en dépit d'un climat «très cordial», dit s'être butée à «très peu d'ouverture» du côté gouvernemental.