Lyne Cholette, fondatrice et propriétaire de la boutique-galerie La Boîte, à Grandes-Piles, en compagnie de Danielle Julien, artiste peintre et membre du comité artistique de l'entreprise.

Quand des conteneurs font office de galerie d'art

Artisans et artistes se font voir de belle façon à la marina de Grandes-Piles, où l'on vient d'inaugurer un lieu d'exposition et de vente appelé tout simplement La Boîte.
<p>La galerie-boutique La Boîte.</p>
Cette galerie-boutique est née de l'initiative de la femme d'affaires montréalaise et amie des arts, Lyne Cholette, qui réside à Grandes-Piles depuis 16 ans. L'idée lui est venue après avoir vu à Miami des conteneurs retapés, percés de grandes portes et transformés en boutiques.
C'est exactement ce qu'elle a fait pour son projet de Grandes-Piles. À son invitation, plus de 20 artistes et artisans de la Mauricie y présentent leurs oeuvres qu'il s'agisse de peintures, photographies, sculptures, bijoux, vêtements, produits esthétiques artisanaux, etc.
Mme Cholette n'a pas manqué de souligner que quelques-uns d'entre eux sont bien établis et connus, et ce, jusqu'à l'étranger. La marraine du projet est en effet Danielle Julien, une peintre renommée, qui habite Grandes-Piles depuis 25 ans. Cette dernière n'était pas peu fière d'annoncer qu'elle avait rassemblé autour d'elle Régina Danielle Désilets, Lisette M. Hanna, X33, Danielle Huard, Michel Audet, Créations Art-v, Création Julie Dupont pour ne nommer que ceux-là.
«La Boîte se veut un lieu de diffusion et de mise en marché d'oeuvres et de produits dans différents médiums et styles qui plairont à tous les goûts. C'est un projet-pilote et on espère en voir d'autres, nous n'avons pas de limites», a résumé Mme Cholette.
Ces paroles sonnaient comme de la musique aux oreilles du maire de Grandes-Piles, Daniel Petit, qui a salué cette initiative en provenance du privé. Lui aussi a dit souhaiter voir ces «boîtes» se multiplier. Il aimerait bien que quelques-unes s'installent au parc de la promenade. «C'est le début d'une belle aventure. L'idée est vraiment bonne. J'espère en voir quatre ou cinq et même six autres. Je suis très fier de votre initiative», a-t-il confié à Mme Cholette.
Plusieurs personnalités de Mékinac s'étaient déplacées pour assister à cette ouverture, dont le préfet de la MRC de Mékinac, Alain Vallée et quelques maires, de même que l'agent de développement culturel de la MRC, Frédéric Lamothe, qui s'est réjoui de constater que la vitalité culturelle dans Mékinac, «ce n'est pas que des mots».